Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Ven 17 Jan - 0:12




Introduction



Époque du sujet : Actuelle
Date du sujet : 2 Novembre 2013
Ordre de passage des participants : Arianna Knigthkey & Peter Pan



Cela faisait déjà plus d’une journée que le petit groupe était arrivé à Neverland pour sauver Henry. De son côté, Arianna, qui s’était cachée dans les cales du Jolly Roger pendant qu’ils étaient tous occupés, avait fini par se faire prendre par le capitaine Hook. Contrairement au reste du groupe, la jeune fille n’avait pas sommeil. Elle n’arrêtait pas de se rappeler tous les moments qu’elle avait passé sur cette ile, bons comme mauvais mais étrangement, elle avait plus de bons souvenirs que de mauvais. Le seul mauvais souvenirs qu’elle avait, c’était le jour où Peter l’avait renvoyée chez elle. Elle aurait préféré y rester mais monsieur en avait décidé autrement. En même temps, elle avait fini par tomber sous son charme. Vous en connaissez beaucoup des demoiselles en pleine puberté qui résisteraient à un aussi beau jeune homme comme l’était Peter Pan ? Moi non plus !

Jetant un coup d’œil pour voir si Hook dormait bien - et c’était le cas apparemment, elle décida donc d’aller un peu se balader même si les adultes qu’elle accompagnait lui dirait de se méfier du coin. Le coin, elle s’en souvenait comme si c’était encore hier. L’odeur des feuilles des arbres, la lune qui brillait dans le ciel étoilé de Neverland, sentir le sol sous ses pieds nus - car oui elle avait retiré ses baskets - et marcher pieds nus sur l’ile lui avait toujours procuré une certaine liberté. En fait, le seul endroit où elle se sentait libre et où elle pouvait être elle-même, c’était bel et bien au Pays Imaginaire. Elle finit par arriver dans une petite clairière où elle venait souvent s’amuser autour du feu. Il n’était pas loin du camps des garçons Perdus à l’époque mais là, tout était différent. Elle avait du mal d’entendre la musique de la fête qu’ils devaient faire certainement. Ah, elle donnerait n’importe quoi - euh non peut-être pas n’importe quoi - pour être auprès d’eux et s’amuser autour du feu de camps. Elle s’assit par terre, devant son ancien feu de camps à elle qui était éteint depuis bien longtemps déjà. Tout à coup, elle entendit un bruit. Qui ça pouvait-il être ? De toute façon que ce soit un du groupe des adultes ou des garçons perdus, à vrai dire, ce n’était pas ce qu’il la dérangeait. Ce qu’elle voulait le plus, c’était LUI !
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Ven 17 Jan - 21:29


&


    Dans l'île de l'éternelle jeunesse, Neverland, tout n'était pas aussi tranquille qu'autrefois. Si Peter avait longtemps régné en maître sans avoir du fil à retordre ce n'était plus réellement le cas désormais. Bien que presque tout ce qui se passait sur son île fasse partie de ses plans, il y avait bien deux ou trois petites choses qu'il n'avait pas forcément vu venir et ça l'embêtait au plus au point puisque cela risquait de mettre à mal ses projets. Tout d'abord, il avait prévu que la petite équipe de Swan se prennent de bec bien plus longtemps que ça mais la blonde avait visiblement eut plus d'un tour dans son sac. Deuxièmement, il ne s'était pas attendu à ce que son fils s'isole des autres mais après tout c'était finalement tellement plus amusant comme ça, la révélation de leur lien serait faite le moment venu. Après tout, à part Felix, personne n'avait connaissance que Peter avait un fils, avait eut une autre vie auparavant et qu'il avait en des temps jadis porté un autre nom. Le dernier point sur lequel Pan n'avait pas eu son mot à dire était la présence d'une ancienne connaissance, clandestinement arrivée sur son île. Oui, une jeune femme qu'il avait autrefois gardé sur son île comme moyen de pression sur son père, un ancien Perdu et qu'il avait finit par renvoyer, faute de pouvoir se servir d'elle à nouveau. Seulement, elle semblait toujours attachée aux sentiments qu'elle nourissait autrefois pour lui et cela pourrait lui servir puisqu'il fallait compter avec elle de toute façon. Quelle n'avait pas été sa surprise quand Felix était revenu de sa mission d'espionnage en lui annonçant qu'Arianna était avec eux. Tout d'abord vexé, l'éternel enfant avait ensuite vite vu là un moyen de garder un oeil permanent dans le camp de Swan, Crochet & cie. Oui, il pouvait encore se servir d'elle aujourd'hui et quoi de mieux que de raviver une flamme autrefois éteinte, c'était un jeu amusant finalement.

    Aussi, il n'eut pas à attendre longtemps pour voir une ouverture se profiler. Ses nouveaux prétendus alliés endormis, la jeune femme s'était rapidement isolée des autres pour réfléchir. Se serait surement un jeu d'enfant que de la rallier de nouveau à sa cause. Elle était amoureuse de lui autrefois, il n'avait qu'à jouer sur cette corde là et rapidement il obtiendrait d'elle tout ce qu'il voulait. Aussi, il attendit qu'elle se soit éloignée, qu'elle se dirige vers l'ancien campement et vers son ancien emplacement favori pour arriver discrètement. Il ne voulait pas rater son entrée, cela ajouterait à l'aspect théâtral de la chose. Il avait confié le campement à son fidèle alliée balafré et lui avait fait promettre de le contacter rapidement si quoi que se soit se passait. Il devait garder un oeil sur Henry, fraichement débarqué dans le camp et sous bonne garde. Cela avait été si facile de lui faire croire qu'il était un Perdu comme les autres pour mieux l'impressioner ensuite. Henry était somme toute d'une crédulité et d'une naiveté digne des plus grandes légendes. Pan peinait à croire qu'ils puissent être de la même famille, toutefois, les liens du sang avaient finit par se dégrader. Déjà, avec un fils aussi souillé que le sien, il n'était pas difficile de voir une baisse de qualité. Son petit-fils, lui, avait le mérite d'être courageux et prêt à tout cependant, le fils qu'il avait lui-même eut avait hérité du côté naif de Rumple enfant et c'était un grand avantage pour Pan. Il menait le jeu avec un longueur d'avance et bientôt il mettrait sa seconde phase à excéution. Une petite mise en scène devant Swan et une carte pour lui donner l'emplacement d'Henry. Décidément, Pan allait bien s'amuser dans les jours à venir. Mais revenons en à ce qui importait à l'instant, faire rennaitre des sentiments enfouis et avoir une espionne sous sa coupe. Pan s'avança donc et prit sa voix la plus mieilleuse et envoûtante pour s'adresser à la demoiselle alors qu'il s'était glissé derrière elle sans qu'elle ne le voit pour lui chuchoter à l'oreille, posant une main sur ses épaules fragiles.

    - Bien le bonsoir ma douce amie. Il me semble que cela fait une éternité que nous ne nous sommes pas vu. Cependant tu n'as pas changé, tu es toujours aussi jolie...

    Il se redressa pour se positionner face à elle, quittant son dos pour venir la regarder droit dans les yeux, faisant son beau sourire qui autrefois l'avait mise si rapidement dans sa poche. A son regard, il ne doutait nullement qu'elle éprouve encore des sentiments à son égard, se serait d'une facilité déconcertante. Il avait un visage d'ange et bien qu'il commette les pires atrocités, cela ne semblait nullement déranger la jeune demoiselle.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Ven 17 Jan - 23:55


Peter : - Bien le bonsoir ma douce amie. Il me semble que cela fait une éternité que nous ne nous sommes pas vu. Cependant tu n'as pas changé, tu es toujours aussi jolie...

Sans qu’elle le voit, il s’était glissé juste derrière elle et avait posé une main sur les épaules de la jeune fille. Elle ne put s’empêcher de sourire alors qu’il se redressa et lui fit face. Il la regardait droit dans les yeux en affichant ce sourire qui l’avait fait tant craquer et qui risquait de la faire à nouveau craquer. Cependant, il oublia un détail : elle n’était plus si naïve que ça et savait pertinemment ce qu’il cherchait de faire. Il voulait jouer ? Ils allaient jouer. Elle avait fini par comprendre un peu comme il fonctionnait et elle comptait aussi obtenir certaines choses. Elle était loin d’être idiote contrairement à ce que les autres pouvaient pensé, Hook y compris. Certes, elle était amoureuse de Peter et il le savait - elle ne sait plus comment d’ailleurs - et elle tenait beaucoup à lui mais elle tenait aussi à Henry, ce petit frère qu’elle aurait voulu avoir. Savoir que Peter avait le rôle du méchant dans la réalité ne lui plaisait pas du tout et elle comptait bien faire changer les choses. C’est pourquoi il lui fallait absolument tout savoir sur lui, essayer de faire en sorte qu’il se confie à elle. Au moins qu’une vraie amitié naisse entre eux mais avec le caractère arrogant, manipulateur et très intelligent de Peter, elle allait devoir bien ruser tout en restant honnête et sincère.

- Quand on est renvoyée chez soi parce que papa a fait ce que tu voulais et que la méchante reine lance une malédiction pour nous envoyer dans un monde où la magie n’existe pas et que le temps est arrêté à Storybrooke, normal que j’ai pas changé !

D’accord, là, elle lui en voulait un peu pour l’avoir renvoyer chez elle et elle s’en serait bien passé d’ailleurs. Elle aurait préféré rester ici plutôt que de passer vingt-huit ans à aller au lycée, voir une bande de crétin sans cervelle passer leur temps à lui chercher des noises. Si elle devait trouver quelque chose de positif, c’était le fait qu’elle était désormais peu féminine et très garçon manqué niveau vestimentaire en plus d’avoir tendance à se bagarrer. Pour se battre, elle savait et grâce aussi à la télévision. Au moins, c’était le seul truc positif. Le reste n’avait pas vraiment changé : une mère qui cherchait à la caser avec son « meilleur ami » qui était en fait le fiancé qu’on lui avait imposé dans son ancienne vie, des parents qui ne faisaient pas le moindre effort pour la comprendre et les autres qui la jugeaient parce qu’elle ne pensait pas comme eux, il ne fallait pas s’étonner qu’elle regrettait amèrement l’époque où elle « vivait » à Neverland. Parfois, elle aurait aimé être à la place de Lily. Elle, au moins, était libre et en plus de ça était la favorite de Peter. Oui, il y avait de la jalousie et il y aura toujours de la jalousie entre les deux demoiselles.

- Sinon, t’as fait quoi pendant vingt-huit ans à part donner des ordres aux garçons, flirter avec cette peste de Lily et envoyer deux crétins pour enlever Henry ?

Même son humour avait changé. Il était devenu plus noir, plus cynique. Si elle voulait qu'il se confie à elle comme des amis le feraient, c'était plutôt mal barré pour l'instant mais le ton de l'adolescente était plutôt doux et calme.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Sam 18 Jan - 15:03



    Pan devait bien avouer qu'il était presque troubler de la voir ici de nouveau. Elle avait fait partie de ses jeunes femmes qui avaient eut le privilège de passer du temps ici, plus qu'il n'était permis. Elle avait été un pion pour Peter mais avait finit par devenir un moyen de distaction. Il s'était rendu compte qu'il avait finit par l'apprécier et ne souhaitant pas s'embarasser de ça, il avait vite trouver le moyen de la renvoyer chez elle quand sa vengeance envers son père fut réalisé. Elle était physiquement une femme désormais, enfin presque, et elle était attirante il fallait bien avouer, comme elle l'était déjà autrefois. Seulement, ce qu'aucune fille ici ne pouvait comprendre c'est que Peter avait eut une autre vie avant, un passé d'adulte ce qui faisait qu'il avait du mal à s'autoriser à se détendre surtout avec des filles aussi jeunes. Alors bien sûr il était jeune aussi donc en soit, mais mentalement il avait trois cents et cela se sentait. Il n'arrivait donc pas vraiment à voir un potentiel amoureux avec quelque fille que se soit même si parfois, comme tout garçon, surtout avec des hormones de môme de quinze ans, il avait des envies et qu'il ressentait des émotions. En la voyant ce soir, si déterminée, il fallait dire qu'il avait une grande envie de jouer. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas prit de temps avec une fille et flirter avec elle avait toujours été un de ses jeux favoris. Il lui fit donc un compliment mais ne fut pas surprit qu'elle n'y prête pas attention pour s'attarder sur la partie où elle n'avait pas vieillit. Pan avait déjà une réponse toute trouvée à ce genre de propos.

    - Quand on est renvoyée chez soi parce que papa a fait ce que tu voulais et que la méchante reine lance une malédiction pour nous envoyer dans un monde où la magie n’existe pas et que le temps est arrêté à Storybrooke, normal que j’ai pas changé !

    - Oui, c'est sûr, vois ça comme un prolongement de quelques années supplémentaires et puis regarde, ça te permet d'être nouveau ici, avec moi, comme au bon vieux temps n'est ce pas.

    Il continuait de sourire, persuadé qu'elle ressentait de nouveaux les sentiments d'autrefois. Seulement sur ce coup là, c'était Peter qui était un peu naif de croire que trente années ne lui avait pas changé les idées. Elle avait mûri malgré tout et surement qu'elle avait finit par admettre que Pan était loin d'être un enfant de coeur. Le monstre qu'il était finissait peut-être enfin par lui sauter un peu aux yeux. Pas de soucis, le jeu n'en serait que plus amusant. Elle serait sa petite pause, sa petite touche de fraicheur entre les différentes étapes de son plan avec Henry et la petite équipe de Swan. Vraiment, il était finalement ravi qu'elle soit venu ici alors que ce n'était pas prévu, une touche de spontanéité ne pouvait finalement pas faire de mal. Toutefois, loin de vouloir partir sur de bons sentiments et surfer sur la vague de la nostalgie, elle préférait visiblement régler ses comptes avec Peter.

    - Sinon, t’as fait quoi pendant vingt-huit ans à part donner des ordres aux garçons, flirter avec cette peste de Lily et envoyer deux crétins pour enlever Henry ?

    - Outch...C'est qu'elle mordrait. Dit-il dans un éclat de rire...Je ne te connaissais pas ce côté aigrie mais je dois dire que ce n'est pas pour me déplaire, tu es moins...Naive qu'autrefois je dois bien l'admettre. Il commença à marcher autour d'elle, comme à son habitude pour donner plus de sens et de gravité à ses propos. Mes garçons se portent bien, je puis te l'assurer. Il continua sur sa lancée dans un ton moins amicale. Lily et moi sommes comment dire...Un peu en froid en ce moment, je suis bien trop occupé justement par ton troisième point, notre cher Henry. Je dois dire que j'attendais sa venue avec beaucoup d'impatience et ce depuis plus de trois cent ans. Il s'approcha d'elle, se baissa légèrement et colla son visage à quelques centimètres du sien, sentant son souffle sur son visage. Si tu es venue pour le récupérer, je préfères te prévenir, tu peux repartir directement informer ton nouvel ami Jones et sa petite bande que vous n'êtes pas prêt de le retrouver...

    Il se releva, bras croisés, satisfait de son petit effet. Elle ne voulait pas jouer, soit, mais cela ne voulait pas dire qu'elle pouvait se permettre de lui parler sur ce ton. Il aimait ce côté sûr d'elle et plus indépendante c'était certain mais il n'appréciait pas vraiment qu'on prenne trop ses aises non plus. Elle marchait sur des charbons ardents et elle allait devoir faire attention. Pan avait plus d'un tour dans son sac et il ne voulait pas gâcher ses petites retrouvailles. Il enchaina donc.

    - Moi qui pensait que tu étais venu pour moi...Je me suis lourdement trompé je crois...Tu es là pour ton cher ami Henry. S'en est presque touchant je dois dire, enfin ça le serrait si j'avais ce genre d'émotion évidement. Peut-être que je te laisserais le voir ou lui parler avant de mettre mon plan à exécution. Si j'étais toi, je ferais rapidement mon deuil de cet amitié. J'ai besoin d'Henry et il est hors de question que vous interferiez. Si tu tiens à moi ne serait-ce qu'un petit peu, tu ne ferais pas ça. L'avenir de Neverland est en jeu...

    Il n'avait pas honte de lui dire les choses, enfin une partie des choses. Neverland était bien en jeu car sans Pan, pas vraiment de Neverland. Que ferait les Perdus. Bien sûr ce n'était pas la magie de l'île qui mourrait mais bien lui, cependant ça, il n'était pas encore en mesure de lui révéler, elle s'empresserait d'en faire part aux autres et c'était hors de question.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Sam 18 Jan - 16:26


Peter : - Oui, c'est sûr, vois ça comme un prolongement de quelques années supplémentaires et puis regarde, ça te permet d'être nouveau ici, avec moi, comme au bon vieux temps n'est ce pas.

Là-dessus, elle ne pouvait pas lui donner tort. Cela lui avait au moins permit de rester une adolescente et de trouver le moment idéal pour revenir mais la situation, elle, ne l’était pas vraiment. Il souriait toujours jusqu’à ce qu’elle lui demande ce qu’il avait fait pendant son absence, en n’oubliant pas de faire allusion à l’indienne.

Peter : - Outch...C'est qu'elle mordrait. Je ne te connaissais pas ce côté aigrie mais je dois dire que ce n'est pas pour me déplaire, tu es moins...Naive qu'autrefois je dois bien l'admettre.

Oui, elle avait changé, c’était certain. C’était surtout le lycée qui l’avait changée. Si à Neverland, Peter en était le maître incontesté et un petit démon, au lycée de Storybrooke, c’étaient les élèves populaires qui en étaient les maîtres incontestés en plus des petites brutes. L’adolescente avait des atomes crochues avec un groupe de filles populaires qui lui menaient la vie dure depuis pas mal d’années, ainsi qu’un crétin qui la cherchait sans cesse. Voilà d’où lui venait donc ce côté aigrie et ça ne l’avait pas aidé à vouloir devenir une adulte. Bien au contraire ! S’accrocher à l’image de Peter - même si elle s’en souvenait plus jusqu’à la fin de la malédiction - et de Neverland lui avaient permis de tenir bon. S’évader en rêvant avait été sa façon de s’enfuir, de revenir ici.

- Quand t’as une bande d’imbéciles accro à la mode et un crétin qui te cherchent avant les cours et à la fin des cours du lundi au vendredi, y a de quoi devenir aigrie !

Rien qu’en repensant à l’enfer qu’elle vivait là-bas, elle perdit son sourire. La vie était décidément plus facile sur cette ile que dans ce lycée maudit selon elle.

- Toi, au moins, t’es pas obligé d’aller à l’école et supporter ces abrutis tous les jours !

L’éternel garçon commença à marcher autour d’elle, comme il l’avait toujours fait. C’était l’une des choses qui énervait Aria mais elle avait fini par s’y faire. Elle ne pouvait pas lui interdire de bouger s’il en ressentait le besoin. Il lui raconta que les garçons perdus allaient bien. Sur ça, elle ne pouvait que le croire même si elle se doutait qu’il y avait du avoir encore quelques changements comme des départs et des nouvelles arrivées, comme toujours. Par contre, elle fut plus intéressée par le froid entre Lily et lui. Une information qui lui fit très plaisir d’ailleurs. Depuis le temps qu’elle rêvait de les voir en froid. C’était bon pour elle. Mais c’était lié à l’arrivée d’Henry. Quand Peter révéla l’âge qu’il devait avoir environs, Aria ouvrit grand les yeux. Plus de 300 ans ! Elle l’imaginait plus jeune que ça niveau âge.

- Wow ! Plus de 300 ans ! Je pensais que t’avais moins que ça ! Au moins dans les 186 !

Oui, elle n’en revenait pas ! Tout à coup, il approcha d’elle en se baissant et collant son visage à quelques centimètres du sien. Cela eut pour effet de faire battre très très vite le cœur de la jeune fille. En fait, ça lui faisait cet effet à chaque fois qu’il faisait ça.

Peter : - Si tu es venue pour le récupérer, je préfères te prévenir, tu peux repartir directement informer ton nouvel ami Jones et sa petite bande que vous n'êtes pas prêt de le retrouver..

Il se releva ensuite. Pourquoi Peter avait-il tant besoin d’Henry ? Il n’allait quand même pas lui faire de mal ? Là-dessus, elle commença à avoir peur pour le jeune Henry. On ne touche pas à son petit frère de cœur !

Peter : - Moi qui pensait que tu étais venu pour moi...Je me suis lourdement trompé je crois...Tu es là pour ton cher ami Henry. S'en est presque touchant je dois dire, enfin ça le serrait si j'avais ce genre d'émotion évidement. Peut-être que je te laisserais le voir ou lui parler avant de mettre mon plan à exécution. Si j'étais toi, je ferais rapidement mon deuil de cet amitié. J'ai besoin d'Henry et il est hors de question que vous interferiez. Si tu tiens à moi ne serait-ce qu'un petit peu, tu ne ferais pas ça. L'avenir de Neverland est en jeu...

Alors, il ne pouvait rien ressentir, ni même un peu d’amour. Une partie du livre avait raison au sujet des émotions de Peter : il ne savait pas ce que c’était l’amour. Elle se doutait que c’était en partie lier à ses parents mais elle ne savait pas à quel point les parents du jeune homme avaient eu un terrible impact sur lui.

- Bien sur que si je suis venue pour toi mais je suis aussi venue pour Henry ! C’est mon petit frère de cœur ! Bon, d’accord, je suis venue en premier pour toi et ensuite pour Henry ! Et il se passe quoi à Neverland ?


Elle poussa un soupir. Qu’est-ce qu’il avait pu vivre avant de venir sur cette ile. Elle voulait le savoir. Elle ne lui avait jamais posé la question et il serait peut-être temps qu’elle le fasse. C’est donc sur un ton doux et inquiet, inquiet autant pour lui que pour Henry, qu’elle posa enfin la question :

- Qu’est-ce que tu lui veux à Henry ? Et … Qu’est-ce qui t’es arrivé avant que tu ne deviennes Peter Pan pour que tu ne ressentes plus aucun sentiment ?

Là, il allait être surpris ! C’était certain …. Ou pas ! Personne ne savait que Peter n’était pas né entant que Peter Pan à part bien sur Rumplestilskin mais l’adolescente ne connaissait pas encore le lien qui unissait le Ténébreux à Peter.

- Tu sais, tu peux me le dire ! Ce qui se passe entre toi et moi reste entre toi et moi ! Je te l’ai déjà dit !

Elle lui fit alors un sourire sincère et tendre. Bon, il était aussi un peu amoureux il faut bien l’avouer. Elle aurait voulu le prendre dans ses bras mais à chaque fois, elle se l’interdisait. S’il ne ressentait plus rien, il l’enverrait rapidement sur les roses, elle en était sure !
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Dim 19 Jan - 20:05



    Pan écoutait d'une oreille peu attentive les propos de la jeune femme. Pas qu'en soit ça ne l'intéressait pas, quoi que, mais lui l'école il ne savait même pas ce que c'était. Il venait d'une époque où on étudiait que quand on était noble ce qui était loin d'être son cas. Déjà il savait lire et écrire, c'était finalement déjà assez énorme en soit et en de nombreuses années de vie il avait eut le temps de diversifier ses connaissances intellectuelles. Le lycée était une chose qui lui était totalement inconnue sauf pour ce qu'il avait pu en voir dans le monde sans magie qu'était la terre d'adoption des habitants de Fairytale. Non, Wendy lui avait apprit de nombreuses choses mais en cent ans certaines informations étaient déjà erronées. Il ne connaissait rien à la mode, aus cours, aux étudiants, aux filles populaires ou quoi que se soit du genre aussi parlait-elle pour lui une autre langue quand elle s'exprima.

    - Quand t’as une bande d’imbéciles accro à la mode et un crétin qui te cherchent avant les cours et à la fin des cours du lundi au vendredi, y a de quoi devenir aigrie !Toi, au moins, t’es pas obligé d’aller à l’école et supporter ces abrutis tous les jours !

    Il ne préféra pas répondre, ne voulant pas lui accorder le fait qu'il ignorait ce qu'était en soit l'école. Il n'était pas bête ni illétré mais il refusait qu'elle puisse penser qu'il manquait de connaissances en la matière, ou surtout en toutes les matières. Il connaissait l'essentiel pour survivre, il était intelligent et plutôt autodidacte comme garçon quand il fallait commencer de nouvelles choses. Il préféra donc aborder le fait qu'il attendait Henry depuis bien longtemps, ne réalisant pas qu'en fait, il n'avait jamais mentionné à son ancienne comparse et captive qu'il avait des siècles d'existence à son active faisant de lui un des plus vieux personnages qui soient. Il se doutait bien qu'elle le croyait âgé mais visiblement pas à ce point.

    - Wow ! Plus de 300 ans ! Je pensais que t’avais moins que ça ! Au moins dans les 186 !

    C'était précis ça 186. Il esquissa un sourire avant de lever sa main pour la faire partir du hat de sa tête au bas de son corps comme pour dire " bien conservé hein ". Il était un adolescent de quinze ans depuis tellement d'années qu'il était finalement bien difficile de se souvenir de tout. Il s'était surement ennuyé parfois mais la perspective de ne pas vieillir était pour lui quelque chose d'extrement réjouissant. Il avait peur de la mort et ainsi cette peur n'était que moins vivace bien que fort présente ces derniers temps. Il fit ensuite son petit monologue sur Henry puis cela sur sa prétendue déception de ne pas croire qu'elle était venue pour lui, jouant faussement sur la corde sensible de la jeune femme pour faire croire que cela le touchait un tant soit peu. Il ne ressentait que peu de choses alors qu'elle vienne pour lui ou pour une des fougères de l'île (dédicace à Mireille) il s'en fichait pas mal en fin de compte. Ce qu'il voulait c'était qu'elle serve finalement à ses plans comme un atout de plus, voilà tout. Il savait qu'elle avait un lien avec Henry mais il restait à en déterminé la nature exacte ce qu'elle ne tarda pas à lui révéler.

    - Bien sur que si je suis venue pour toi mais je suis aussi venue pour Henry ! C’est mon petit frère de cœur ! Bon, d’accord, je suis venue en premier pour toi et ensuite pour Henry ! Et il se passe quoi à Neverland ? Qu’est-ce que tu lui veux à Henry ? Et … Qu’est-ce qui t’es arrivé avant que tu ne deviennes Peter Pan pour que tu ne ressentes plus aucun sentiment ? Tu sais, tu peux me le dire ! Ce qui se passe entre toi et moi reste entre toi et moi ! Je te l’ai déjà dit !

    Il l'observa un moment sans rien dire, sans bouger comme s'il cherchait à formuler une réponse convaincante. En vérité, pour la première fois depuis longtemps, Pan ne savait pas quoi dire. C'était inconcevable de révéler ses plans réels mais il fallait qu'il donne des informations qu pouvaient jouer en sa faveur si d'aventure elle se plaisait à les répeter. Il fallait qu'elle ai foi en lui sans penser qu'il était devenu gentil ce qui n'était pas le cas loin de là. Ce qui se passait entre eux restait entre eux ? Il en doutait sincèrement, ici, rien ne restait finalement secret bien longtemps à moins d'être seulement connu de lui-même ou de son second. Il reprit sa marche avant d'avancer de nouveau vers elle.

    - Cela fait beaucoup de questions...Sache que j'ai besoin d'Henry pour ramener la magie sur cette île. Elle se flétrie peu à peu et si on n'empêche pas ce qui arrive, bientôt tout ce qui est sur cette île finira par s'éteindre. Plus de magie, plus de rêves, plus d'enfants qui viennent ici pour s'échapper du quotidien. Il reprit son souffle et poursuivit. Les enfants n'ont plus personne en qui croirent et peu à peu, la magie viendra à s'éteindre de l'imaginaire de tous les mondes tu comprends. Je ne veux pas que cela arrive, Neverland à besoin que la magie existe pour que les enfants y croient. Les fées, les sirènes, toutes mourront tu comprends. Je dois sauver cette île, mon île. J'ai besoin d'Henry car il a le coeur pur et seul lui peut par la force de sa croyance ramené l'île à vivre à nouveau.

    Pan souriait, presque naturellement, arrivant presque à se convaincre lui-même de ses propos. Il avait volontairement éludé la question des sentiments cela ne la regardait pas. En vérité, oui l'île se mourrait mais au fond ça lui était presque égal ça, le problème c'est que lui mourrait et ça il ne l'avait mentionné qu'à Felix et Wendy, sa confidente de toujours. Oui, si Henry ne lui donnait pas son coeur de croyant véritable, Peter Pan ne serait plus qu'un lointain souvenir et cette idée lui était intolérable. Il refusait de devoir mourir.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Sam 1 Fév - 14:38


Le jeune homme observa Aria un petit moment, paraissant chercher une réponse. Elle voyait bien qu’il semblait surpris. Il avait toujours réponse à tout mais là, pas du tout. Elle l’avait pris de court on dirait. Il s’avança à nouveau vers elle, lui disant que cela faisait beaucoup de question.

- Je sais !

Il lui raconta que l’ile était mourante, ce qui inquiéta encore plus l’adolescente. Neverland, mourante ? Plus de magie, ni de rêves ! Elle qui avait vécu un temps sur cette ile, elle s’y était attachée et l’avait un peu considérée comme son second chez elle. Elle en avait vécu des aventures qu’elle n’oublierait jamais, excepté si on lançait encore une fiche malédiction qui modifiait la mémoire. C’était une catastrophe ce qui était en train d’arriver mais que venait faire Henry là-dedans ? Peter, lui continuait à lui expliquer.

Peter : - Les enfants n'ont plus personne en qui croire et peu à peu, la magie viendra à s'éteindre de l'imaginaire de tous les mondes tu comprends. Je ne veux pas que cela arrive, Neverland à besoin que la magie existe pour que les enfants y croient. Les fées, les sirènes, toutes mourront tu comprends. Je dois sauver cette île, mon île. J'ai besoin d'Henry car il a le coeur pur et seul lui peut par la force de sa croyance ramené l'île à vivre à nouveau.

Arianna l’écoutait attentivement et son inquiétude ne faisait que grandir. Il était hors de question que tout ceci disparaisse. Cela voudrait dire aussi que son royaume, quelque soit l’état dans lequel il se trouvait, allait également disparaître. Les gens qu’elle avaient connus et qui étaient restés là-bas, les endroits où elle avait des souvenirs d’avec son grand-père, du temps où ses parents et elle étaient heureux mais elle avait également des souvenirs ici, comme la fois où elle s’était une nouvelle fois enfuie de sa cage et que Peter était parti la chercher. Le pauvre, il avait tenté de jouer la comédie pour attirer son attention mais il avait réellement reçu un coup sur la tête et s’était évanoui. Aria l’avait donc trouvé inconscient et avait pris soin de lui le temps qu’il retrouve ses esprits. Elle se souviendrait toujours du regard qu’il avait eu à son réveil. De la surprise et de l’étonnement. C’était d’ailleurs là où ils se trouvaient qu’elle l’avait amené pour le veiller dans son sommeil.

Cependant, elle remarqua qu’il n’avait pas répondu à toutes ses questions. Surtout celle concernant les sentiments du jeune homme. Têtue comme elle était, elle n’allait pas le lâcher, c’était certain !

- C'est horrible ! Par contre, tu m’as toujours pas répondu à une question : qu’est-ce que tu as eu pour ne plus vouloir rien ressentir !

En lisant le livre, elle avait compris ça. Finalement, il y a quand même du bon dans cette histoire de malédiction.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Sam 1 Fév - 22:04


    Peter Pan appréçiait cette conversation avec la jeune femme qui lui avait finalement manqué un petit peu. Il est vrai qu'il ne s'était pas vraiment posé la question mais de l'avoir avec lui en cet instant le ramenait à la réalité. Il trouvait qu'elle était bien plus forte et bourée de charme qu'avant ce qui ne faisait qu'accroitre tout ce qu'il ressentait en cet instant. Toutefois, quelque chose le gênait grandement, cette trop grande confiance et ce besoin de poser des questions auxquelles il n'avait aucune envie de donner réponse. Son passé, sa vie et ses sentiments ne regardait que lui et personne d'autre. Il refusait qu'elle puisse s'en servir contre lui aussi il ne voulait pas répondre. Il préféra enchainer sur la souffrance de l'île et sur un tissu de mensonge aussi gros que l'île. Il s'attendait à de la peine, de la compassion peut-être mais pas au fait qu'elle l'aborde à peine pour reposer sa question qui avait le don d'agacer l'éternel adolescent.

    - C'est horrible ! Par contre, tu m’as toujours pas répondu à une question : qu’est-ce que tu as eu pour ne plus vouloir rien ressentir !

    Il avait envie de s'énerver maintenant et de la renvoyer d'où elle venait. Il ne voulait pas répondre et elle n'allait pas l'y forcer. Il changea d'expression du tout au tout. Il passa derrière elle, passa sa main dans les cheveux de la brune de ses longs doigts fins et glacés. Il allait lui faire mal si elle continuait ainsi à jouer avec le feu. Pan ne rigolait plus du tout et les rares fois où cela arrivait, il fallait mieux ne pas être la personne ou l'obstacle en face de lui. Aussi, il finit par se positionner de nouveau face à elle à quelques centimètres et prononça d'un ton tranchant et piquant

    - En quoi mes sentiments t'intéresse ou te concerne. Si tu crois que je vais m'ouvrir à toi tu te trompes. Ce qui touche à mon passé me concerne. Je n'ai jamais dit que je ne ressentais rien toutefois mais tout ce qui touche à de l'affection, non. Ca n'a jamais été mon truc de toute façon.

    Il n'en dirait pas plus. Il avait quand même livré deux ou trois petite choses. Un fait du passé, un manque d'affection à l'égard d'autrui et que ça n'avait jamais été son truc. Il ajouta sur un ton plus doux

    - Je pense que j'ai en quelque sorte formulé un semblant de réponse malgré tout non ?

Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Sam 1 Fév - 22:36


A force de s’entêter à vouloir qu’il se livre à elle, Arianna avait fini par le mettre presque en colère et la réaction du jeune homme ne se fit pas longtemps attendre, après qu’il ait un peu joué avec les cheveux de la jeune fille, ce qui l’avait un peu surprise. Il n’avait jamais joué avec ses cheveux.

Peter : - En quoi mes sentiments t'intéresse ou te concerne. Si tu crois que je vais m'ouvrir à toi tu te trompes. Ce qui touche à mon passé me concerne. Je n'ai jamais dit que je ne ressentais rien toutefois mais tout ce qui touche à de l'affection, non. Ca n'a jamais été mon truc de toute façon.

Ainsi, c’était bien ce qu’elle avait toujours pensé. Tout ce qui concernait l’amour, il ne l’avait jamais connu. Mais voyant qu’il était plus que déterminé à ne rien lui révéler sur le sujet, elle préféra laisser tomber pour le moment. Il reprit un ton plus doux et ajouta ceci :

Peter : - Je pense que j'ai en quelque sorte formulé un semblant de réponse malgré tout non ?
- Oui, j’ai eu la réponse que je voulais ! Je ne t’embête plus avec ça.

Mais elle n’en dit pas plus là-dessus. Ce sera pour une autre fois. Là, elle avait à présent envie de bien profiter de ce moment où ils n’étaient qu’à deux. C’est fou comme il lui avait manqué. Elle ne l’avait pas remarqué au début mais il était toujours aussi beau qu’avant. Un regard bleu sombre, un sourire charmeur et qu’est-ce qu’elle adorait son sourire. Lorsqu’elle vivait à Neverland, même si ce n’était qu’en tant que captive, elle n’avait eu de rares discussions avec lui. Au début, il ne l’intéressait pas du tout. Au contraire, il l’énervait plus que tout et elle avait à chaque fois envie de le frapper. Et puis, avec le temps, et quelques conversations, elle avait fini par tomber sous son charme. Ce qu’elle vivait là, elle ne le vivait pas avec les autres jeunes de son âge, ni même avec Julian, son meilleur ami dans sa vie à Storybrook et son fiancé dans le monde des Contes. C’est vrai qu’officiellement, elle était toujours sa fiancée aux yeux de ses parents. De toute façon, elle n’aimait pas Julian. C’était juste pour elle un simple pote et rien de plus. Mais lui, elle savait qu’il voulait plus et ce depuis que cette maudite malédiction avait été brisée.

Voyant qu’elle l’avait tout de même un peu vexé, elle ne savait pas comment faire pour lui redonner le sourire. Elle réfléchit un moment mais comme il était contre tout ce qui était affection. Elle était tentée de lui pourquoi mais elle avait malgré tout une petite idée. La seule idée, c’était qu’il n’avait pas eu les parents idéals. Elle qui se plaignait des siens, lui avait surement eu pire qu’elle.

- Allez souris ! T’es pas beau quand tu fais la tête ! T’es beaucoup avec ton magnifique sourire charmeur !

C’était tout ce qu’elle avait trouvé et il est vrai que pour remonter le moral, elle était plutôt maladroite avec les gens.

- Tu veux qu'on joue à un jeu ? Celui que tu veux tant que ça reste raisonnable !

Elle faisait bien de préciser car avec lui, rien n'était raisonnable.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   Dim 2 Fév - 0:02


    Peter Pan ne savait pas trop pourquoi qu'il s'était énervé contre elle aussi fortement pour avoir posé cette question. Après tout, c'était venant d'elle en toute innocence pour ce qu'il en savait mais cela le blessait qu'elle cherche à le manipuler en lui soutirant des informations. Il aimait sa fraicheur et sa douceur et voilà qu'elle devenait une fille forte et indépendante. Une très bonne chose qui plaisait un Pan dans la limite du raisonnable et de sa vie privée. Il ne voulait pas la blesser mais visiblement il avait râté son coup, sa colère l'emportant. Elle préféra tempérer la situation comme elle savait si bien le faire, choisissant la bonne chose à faire pour ne pas offenser l'éternel enfang capricieux qu'il était. Il était réellement un enfant dans ces moments là qui n'acceptait pas d'être mis au pied du mur ou de s'avouer vaincu ne serait-ce que quelques secondes. Malgré tout en se défendant il avait parlé un peu, s'adoucissant rapidement en changeant de ton pour faire part de ce qu'il avait livré à la belle qui ne lui en tenait visiblement pas rigueur, comme toujours.

    - Oui, j’ai eu la réponse que je voulais ! Je ne t’embête plus avec ça.

    Elle pensait l'embêter et à juste titre, il était assez clair dans ses intentions dans ses moments là. Il n'avait pas voulu l'effrayer mais la peur de parler et le malaise qu'elle se mette à parler de ça alors qu'ils ne s'étaient pas vu depuis si longtemps était une chose qu'il avait du mal à avaler. Elle avait changer et elle n'était plus cette gamine folle de lui malgré ses actes de monstre. Il doutait des sentiments qu'elle pouvait encore avoir pour lui bien qu'elle prétendait être venu surtout pour lui. Serait-elle capable de le trahir ? De le vendre à Rumplestiltskin ou Jones ? Il ne l'espérait pas mais il en doutait de plus en plus, se méfiant d'elle bien plus qu'auparavant. Cependant, elle sembla vouloir désamorcer les choses en lui lançant un compliment qu'il ne manqua pas de retenir. Elle s'en voulait, il était toujours le chat et elle la souris, les choses étaient à leur place.

    - Allez souris ! T’es pas beau quand tu fais la tête ! T’es beaucoup avec ton magnifique sourire charmeur ! Tu veux qu'on joue à un jeu ? Celui que tu veux tant que ça reste raisonnable !

    Un jeu, quelle bonne idée, il sentait qu'il allait apprécier le jeu. Oui, il avait déjà une idée toute trouvé. Bien sûr c'était risqué un peu pour lui aussi mais il était prêt à ça, il voulait jouer avec le feu ce soir et il se sentait pousser des elles. Elle l'attirait comme un aimant ce soir sans qu'il n'arrive à savoir pourquoi. Comme si elle lui avait...Manqué ? Peut-être pas à ce point là mais il y avait un petit quelque chose qu'il ne pouvait définir, comme une forme de soulagement et de contentement malgré tout ça. Il la regarda alors avec malice et lança.

    - Un action ou vérité me conviendrait. Qu'en penses tu Arianna, comme au bon vieux temps ? Mais cette fois tu es plus grande, je peux être un peu plus...Curieux...

    Oui, finit les jeux d'enfants mais plutôt des jeux d'adolescent. Il voulait connaitre sa vie là-bas, son entourage, son affection pour Henry, sa fidélité envers lui et celle envers Jones et sa bande. Il voulait un vrai jeu avec de vrais enjeux et qui sait, pourquoi ne pas tenter aussi des actions inédites si l'occasion se présente.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]   


Revenir en haut Aller en bas
 

Cela faisait bien longtemps [Peter Pan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-