Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Mar 23 Déc - 22:08






Peace Woodstock
Feat Cillian Murphy



ღ Ma véritable identité


ϟ nom : boogeyman ϟ date de naissance : au mois de novembre ϟ Âge : éternel, et trop jeune, à la fois ϟ lieu de naissance : royaumes eneigés ϟ lieu de résidence : là où la peur le porte ϟ métier(s), occupations : croqueur d'enfant, mangeur de chat, créateur de cauchemar ϟ statut social : célibataire ϟ groupe : écailles et crocs ϟ personnage [x] inventé [x] tiré d'un conte/autre... ϟ son univers : les vieilles langues de parents, un peu de ma faute, cinq légendes


ϟ Quels sont vos signes particuliers ? Il est difficile de croire que Peace représente une quelconque menace. C’est un homme frêle, qui se ferait facilement renversé par l’obscurité, s’il n’en était pas né. Il tremble souvent, d’une tension invisible, qui le ronge, sous la peau. Ses yeux bleus, presque limpides, tombent, froids, émus, sur les silhouettes des hommes. Il parait impressionnable, alors que tout ce qui l’impressionne, c’est la facilité avec laquelle il peut attirer un enfant dans ses bras, pour lui faire du mal, le dévorer, Croquemitaine en peine.

ϟ Quelles sont vos principales habitudes/manies ? Boogey aime les lieux sombres, humides et abandonné. Il n’aime pas le genre humain et s’il est amené à les rencontrer, il les évite le plus possible, émet un grognement, à un moment ou à un autre. Il parle très peu, et il fait parfois croire qu’il a perdu sa langue, pour plus de facilité. Il ne sourit que très peu, et quand il sourit, il vaut mieux prendre ses jambes à son cou. Car, s’il n’y a que d’infimes détails qui le font rire, cela ne veut pas dire que c’est bon pour vous.

ϟ Quels sont vos qualités, vos défauts ? Boogey, ce n’est qu’une fureur, qui court, qui explose. Il ne prend pas la peine de faire dans la tempérance et s’il vit, il vit tout, à son maximum, son plein potentiel. Malheureusement, à l’exception des pleurs des enfants, il n’y a que peu de choses qui l’apaisent. Tout l’irrite, principalement depuis qu’il possède un corps et n’hésite pas à se montrer violent autour de lui, se moquant bien du danger qu’il pourrait attirer vers lui. Il n’est pas humain, alors, il n’obéit pas aux mêmes règles, ne vit pas suivant les mêmes instincts. Le Croquemitaine ne connait pas de limite, et n’en supporterait aucunes.

ϟ De quel camp faites-vous partie ? Il ne fait partie d’aucun camp. Lui, il se contente de faire peur aux chiots et aux mioches. C’est sa seule utilité. Après tout, il n'existait que dans l'imaginaire, intouchables par les oppositions de ce monde. Après, les mères le décrieront comme une vilaine créature. Si seulement il n'était que ça.

ϟ Quel(s) est/sont votre/vos ennemi(s) ? Boogey n’a pas d’ennemi. Parce que, à ses yeux, personne ne peut lui faire opposition. Il est un mal nécessaire, qui s’en prend à des créatures innocentes. Personne ne le chasse, tout le monde le fuit. Il pourrait dire que les mères poules sont sa calamité, mais que reste-t-il d’une mère, quand elle n’a plus d’enfant à protéger ? Eh oui, Boogey est sournois et il ne se donne pas le luxe de voir une opposition naitre. Il aime la faiblesse des enfants, qui sont persuadés, que tout est fini. Ça ne fait que lui rendre le travail plus plaisant.

ϟ Avez-vous une quête à accomplir ? Le Croquemitaine se doit d’être là, quand on a besoin de lui. Il attend les enfants perdus dans le vent d’hiver, ceux qui se sont égarés, ou les esprits courageux, qui s’attardent aux lieux interdits. Boogey, c’est ce qu’il fait, être la mauvaise créature, que vous n’auriez jamais dû rencontrer.

ϟ Avez-vous des objets dont vous ne vous séparez jamais ? Avant, ses crocs et ses doigts lui étaient suffisants. Maintenant, il se sert d’un couteau abimé, qu’il a volé à un paysan mort, pour tout faire, notamment l’enfoncer dans la chair des autres, parfois dans la sienne, quand il s’ennuie. Il joue tout le temps, avec, le faisant tourner entre ses doigts, oubliant de l’aiguiser, préférant s’acharner, le lancer dans le mollet d’un fuyard, le laisser, en guise d’indice.

ϟ Avez-vous déjà été confronté à la magie ? Confronter ? cela laisse penser à une mauvaise rencontre. Le Croquemitaine en est né, dans des recoins peu recommandables, manipulé par de bien mauvaises personnes. Il est fait de magie, Boogey. D’ailleurs, il s’en sert, parfois, pour apparaitre sous un lit, se fondre dans l’obscurité d’un placard, donner vie à des biens sombres cauchemars.

ϟ Quelle est la dernière chose que vous faisiez avant que le sort ne vous envoie dans notre monde ? Boogey se reposait, d’une traque rondement menée, les sangs séchant sur ses lèvres froides. Il avait choisi un abri moisi, qui ne payait pas de mine, qui, pour lui, ferait une demeure parfaite, pour les heures d’attentes qu’il prévoyait. Ensuite, le frémissement dans l’air l’avait éveillé de son demi-sommeil et il avait observé, incapable, le sort foncer vers lui, foncer vers tout.

ϟ Un dernier mot ? il court, il court...



ღ Nouvelle identité : À Storybrooke


ϟ nom : Woodstock (la ville, pas le festival) ϟ prénom : Peace (son vieux regrettait le flower power) ϟ date de naissance : 21 novembre ϟ Âge : 32 ans ϟ lieu de naissance : Storybrooke ϟ lieu de résidence : l'ancienne maison de son vieux, légèrement excentrée, ridicule, minuscule ϟ métier(s), occupations : handicapé sentimental, et social, il travaille dans la supérette de la ville, offre parfois un bonbon aux enfants les moins sages ϟ orientation sexuelle : abstinent ϟ statut social : célibataire

ϟ Quels sont vos nouveaux signes particuliers ? Il parait vide, Peace, fuyard, surtout. Presque insensible du monde qui l’entoure, un monde qu’il ne maitrise pas, qui a parfois le don de l’intrigué, de cette attention malsaine qu’il plante sur les autres, de ce regard froid et vide qu’il pose et qu’il fixe, indiscret, indisposant. Souvent, il a le regard baissé, pour éviter d’agacer l’entourage, pour ne pas attirer trop de regards sur lui. Sauf quand il y a un enfant dans les parages. Là, son regard s’illumine d’une lueur vive et il prête attention à l’innocence. Il se gratte souvent la clavicule pour occuper ses mains. Ou il les passe dans ses cheveux, les frotte sur son pantalon, pour y chasser les démangeaisons sous sa peau.

ϟ Quelles sont vos nouvelles principales habitudes/manies ? Elles ne sont pas, exactement, ce que l’on pourrait appeler de « nouvelles ». Il s’énerve toujours, moins qu’avant, avec une ampleur amoindrie, aussi. Mais il n’hésite pas de marquer son mécontentement, quand celui court en lui. Heureusement, peu de choses arrivent à l’agacer, parce que, peu de choses l’intéressent, le touchent, l’émeuvent. Peace se tient à l’écart du monde, des gens, avec lequel il ne veut pas se mélanger. Attendez de voir son intérêt grandissant, pour les autres habitants. Vous regretterez la loque qu’il savait être.

ϟ Quels sont vos nouvelles qualités, vos nouveaux défauts ? Peace est le parfait tenancier d’une supérette. Il a l’œil pour les voleurs à la tire – avec lesquels il garde de bons contacts, généralement - fait des réductions aux employés récurent, reconnait la tristesse chez certain et leur offre un petit mot de pure politesse. Il paraitrait presque gentil, Peace. Il joue l’enfant sage, qui ne s’est pas encore tout à fait détourné du droit chemin. A cette exception, chez lui, règne un véritable bordel ambulant, incapable d’apprécier la moindre notion de rangement – il a toujours été sur la route, sans se soucier de ses biens, ni de ses besoins. A présent que quelques objets s’accumulent, il ne considère même pas que cela représente un problème, puisqu’on ne lui a jamais appris à ranger – le vieux tente de lui inculquer cette leçon, sans succès. Peace, aussi, à la bonne manie de s’endormir sous son lit. Son corps frêle et menu n’a aucun mal à se glisser sous les lattes en bois, et c’est ainsi qu’il s’endort le mieux.

ϟ À cause de la malédiction, les habitants de Storybrooke ont vécu la même journée pendant vingt-huit ans, jusqu'à l'arrivée d'Emma Swan. Décrivez-nous cette journée répétitive : Peace n’avait pas une journée des plus palpitantes. Et c’était même le résumé de sa vie, l’absence d’électricité, du frisson de l’existence. Il se réveillait à même le sol, le dos douloureux de son mauvais traitement, et lui, il souriait à cette douleur, faisant rouler ses épaules, craquer ses omoplates, alors qu’il savourait cette sensation, s’élevant en plusieurs gestes, avant de descendre en bas, toujours en pantalon de pyjama. Il se fit engueuler par le vieux, alors que Peace l’écoutait toujours juste d’une oreille et qu’il se faisait griller des tartines, avant d’aller s’habiller. Une fois dans une tenue acceptable, il allait manger son pain, que le vieux avait fini de lui préparer. Il avala une tasse de café froid, de la veille, avant de se rendre vers la supérette. Il était encore tôt, mais il avait une livraison à recevoir.

Il marchait dans la rue, évitait le regard des autres, évitait aussi de les toucher, de se faire bousculer, de se faire remarquer. De toute façon, à cette heure matinale, les rues sont peu remplies et c’est à peine s’il croise Teela, retournant de son jogging habituel. Il salue le chauffeur qui est déjà là et ouvre l’arrière de la supérette, pour aider au déstockage. Après, toujours en peu de mots, il quitte l’autre homme et commence à allumer les lumières dans les rayons, vérifiant les frigos et cie, avant d’aller allumer sa caisse enregistreuse et d’ouvrir le magasin, pour les premiers clients. Mais peu viennent durant la première heure et il en profite pour remplir les rayons, alors qu’un deuxième caissier l’à rejoint.

La journée s’allonge et les têtes défile, Peace saluant ceux qu’il connait depuis bien des années maintenant et il ne prête plus l’oreille aux remarques que les gens peuvent avoir sur lui. Il se contente de jouer l’invisible, c’est ce qui lui convient le mieux. Après 16heures, il est libre de retourner chez lui et laisse les clés de la boutique à l’autre gérant de la supérette. Peace n’a pas envie de retourner chez son vieux et s’arrête saluer Hunting, prenant des nouvelles du jardinier, lui empruntant une lecture qui lui fut vivement conseillée.

Finalement, après s’être amusé à observer les reptiles de Hunting, Peace s’en va, faisant un détour par le parc pour enfant, où il laisse glisser son regard sur ceux qui ont encore l’autorisation de leurs parents de s’amuser. Peace sourit faiblement, presque apaisé et il s’en va chez son vieux, l’aidant à faire le repas du soir, avant de regarder une émission de télévision sur les grands tueurs en série de l’Amérique.



ϟ La nouvelle vie de ton personnage en quelques lignes : Peace, s’il s’interrogeait sur son passé se rendrait compte qu’il manque des pièces magistrales, au puzzle de sa vie. Il ne se souvient pas de son enfance, n’en a aucun besoin. De mémoire, il a toujours été le garçon que l’on mettait sur le côté, trop discret, trop inquiétant, aussi. L’homme a peur de ce qu’il ne connait pas, et tout psychologue aurait été incapable d’expliquer Peace. Pas qu’il soit passé sous les bons soins des docteurs, loin de là. Il savait resté discret, Peace. Surtout, il savait se faire passer pour l’idiot du village, parce qu’il l’était, surement. Il n’a jamais eu de désir de partir de cette ville, n’a jamais eu de désir de s’épanouir, d’avancer, de faire quelque chose de sa vie. Peace, il se contente d’attendre, que sa patience prenne fin et qu’il ne puisse plus contrôler ce qui court sous sa peau, noir et affamé. Il ne se l’explique pas, mais il n’en a pas vraiment besoin. C’est là, et c’est ce qui l’a toujours fait vivre.

Il n’a pas de parent, n’en a aucun souvenir. Il a toujours vécu avec le vieux, qui prend soin de lui, qui lui a appris beaucoup, alors que Peace était semblable à ces sociopathes, incapables de la moindre empathie, de sympathie envers le genre humain. Maintenant, il mime, vaguement, ce qui lui donne un air encore moins rassurant… Soit. Peu de gens connaissent son histoire, parce qu’il n’en a pas. Il se contente d’être le gars de la supérette, que tout le monde connait, que tout le monde ignore. Ca lui va très bien comme ça, il n’a pas besoin de plus.
Spoiler:
 











Dernière édition par Peace Woodstock le Ven 1 Mai - 23:19, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Mar 23 Déc - 22:10



COPYRIGHT

ღ Tell Me A Story...


Peace a toujours existé. Il n’était qu’une idée, qu’une graine de peur, que l’on appliquait sous la peau des enfants. Il était la noirceur qui était supposé les laisser sur le droit chemin, s’occuper dans déchets de la vie, des trop curieux, des malheureux. Peace, n’était qu’une idée, n’allait que par un titre, qui était devenu son emblème, son nom. Le Croquemitaine, mangeur de chair, voleur d’enfant. Il n’était rien, est né de l’imaginaire collectif. Dans un monde fait de magie, il fallait se méfier, de ce qui n’existait pas. Et pendant de longues années, le Croquemitaine n’était qu’une apparition fugace, ne possédait pas de réel corps, qu’une entité floue, qui apparaissait dans les instants d’effrois, se nourrissant de celle-ci, et de leur catalyseur. Cannibale ? Eut-il seulement fallut qu’il soit humain.

Le Croquemitaine est autre chose, qui aime que l’on ne prononce pas son nom, qu’on ne fasse que penser à lui, pour qu’il apparaisse. Il aime les tremblements des muscles, l’hésitation de la réflexion. Car, s’il n’existe pas, il suffit de croire en lui, pour qu’il coupe un nez, arrache un doigt. Boogeyman n’avait rien d’une réflexion. Il n’était qu’un chien fou, qui se lançait sur sa proie, sur ces créatures innocentes et égarées, allant, sans pitié, dans leur sillage, les renverser, pour leur briser les côtes, les empêcher d’avancer. Boogey n’est qu’une cruauté, sauvage, primaire. Qui ne connait guère le contrôle, puisqu’aussi puissant que sont ses moments d’existence, il ne peut qu’en profiter, sans censure, sans freins.

Il était heureux ainsi, le Croquemitaine, créature ricanant de ses horreurs, pour ses brefs tour de malice, avant de disparaitre, jusqu’à la prochaine peur bleue – comme ses yeux. Et puis, il y avait deux mois, il était apparu, errant, inconfortable sur ses jambes, surgissant du dessous d’un lit. Vide, qui plus est. Boogey ne sait toujours pas ce qui lui a donné forme, mais il s’en moque. Il a un corps. Il a une faim. Il a une soif. Qu’il épanche, autant qu’il le peut, jusqu’à ne plus avoir de retenue.

Et le sort frappa. Noir. L’entrainant dans un nuage maussade, qui le transporta dans un autre monde, sans aucun souvenir de ce qu’il était. Il n’avait pas peur, malgré cette nouvelle identité – il était la peur, après tout. Mais il était dérouté, voyageant dans un inconnu, se sachant différent des autres. Il fut pris sous l’aile d’un vieil homme, qui eut pitié de ce qu’il était. Ah, le doux sentiment d’obligation envers un être dérouté. Peace – puisque ce fut le nom qu’il reçut – n’absorba aucune des leçons de bienséance, de respect des autres, d’amour de l’espèce humaine, de solidarité. Mais il mimait à la perfection, et il comprit qu’il avait tout intérêt à faire profil bas.

Faire taire cette soif, incurable, qui lui rongeait les veines. Celle d’aller à la rencontre des enfants en larmes, non pas pour les rassurer, mais pour les emmener dans un ailleurs, plein de frayeur. Peace ne comprenait pas cette violence qui l’animait. Mais il ne cherchait pas à la faire taire. Il n’y arriverait pas éternellement. Et depuis qu'une voiture jaune se baladait dans la ville, il savait que tout n'était qu'une question de jours... Peace, regagnerait sa liberté, retrouverait ses souvenirs, retrouverait son origine sombre, sans que celle-ci ne puisse plus le tourmenter.

Et ça se brisa, comme le corps de ce petit enfant, qui fut frapper par un véhicule. Peace le vit voler jusqu'au pare-brise et une expression choquée se dessina sur ses lèvres, alors qu'il courait déjà jusque l'enfant pour s'assurer qu'il allait bien. Il hurla d'appeler une ambulance, tandis qu'il serrait se petit corps qui se tordait de douleur. Et Peace le regarda, n'empêchant son sourire de trancher son visage dans une expression bien triste. Pousser des enfants, c'était bien marrant, mais ça ne serait jamais suffisant...




ღ through the looking-glass

Prénom : alpha-goat
Pseudo(s) : gan-sha
Âge : 23
Anniversaire : y a pas longtemps
Pays : be
Comment as-tu connu le forum : dc
Fréquences de connexions : 5/7
Commentaire(s) cey la faute à Sora. cpas la mienne. puis, il faut bien un vilain pour mettre les demoiselles en détresse, non?







Dernière édition par Peace Woodstock le Sam 2 Mai - 9:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Mer 24 Déc - 12:48


Que dire face à cette biographie...
Bon d'abord rebienvenuuuuue \o/
Et ton personnage... Waaaaw, il est totalement obscure et j'adore ! Et ce nom ça me fait trop rire, totalement paradoxal ! Et ton avatar et aaaaaaaah *-* ... JE VEUX UN LIEN AVEC TOI
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Ven 26 Déc - 14:38


Merci toi

Oui, il ne faut pas se fier au nom, ce n'est pas un ange, mon Peace & pas de problèmes pour le lien. Une fois ma fiche finie, j'irai butiner
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Sam 27 Déc - 10:04







Te voilà validé, petit croquemitaine tout mignon Va donc jouer avec les enfants, mais nettoie le sang après ton passage


Notes de bienvenue


♣️ Puisque tu es validé(e), il faut maintenant que tu signes l'accord de Mr.Gold dans ce sujet.

♣️ Tu dois penser à enregistrer ton avatar ici

♣️ Si tu as pris un personnage existant dans une oeuvre, il faut penser à l'enregistrer ici

♣️ Recense le métier de ton personnage dans ce sujet

♣️ Créer tes utilitaires (fiches de liens, fiche de rp) pour éviter les oublis, ce qui arrive à tout le monde si on ne note pas correctement

♣️ N'oublie pas de remplir correctement ton profil avec tous les renseignements demandés.

♣️ Si tu as des questions, n'hésite surtout pas. Nous sommes là pour t'aider à t'intégrer sur le forum et nous avons des cookies !

♣️ N'hésite pas à te rendre dans le flood, à participer aux divers sujets/jeux proposés dans la partie hors rpg et aux discussions concernant la série.




Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Sam 27 Déc - 10:20


Youhou, mon Peace est tout beau et tout mignon

Merci beaucoup *0* *va faire la paperasse sur le champ* (oh, et il sait pas nettoyer le sang, il aime laisser sa trace )
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Sam 2 Mai - 9:29


Voilà, c'est changé patron
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    Sam 2 Mai - 9:37


C'est Felix qui va être content
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite    


Revenir en haut Aller en bas
 

Peace ▬ darkness shall rise, and i shall bite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: ANCIENNES FICHES-