Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia   Dim 22 Fév - 20:05


Galaad avait déjà mal au crâne, à imaginer toute la mauvaise volonté dont Mahélia allait faire preuve. Que ce soit une femme secrète, il pouvait le comprendre. Mais cela faisait plusieurs mois qu’elle logeait chez lui. Quel était l’argument qui l’autorisait à être réservée sur son mal ? Un orgueil trop grand ? Lui qui clairement ne pouvait pas comprendre le dessein d’un génie ? Franchement, s’ils évoluaient sur deux plans différents, il aurait été tellement plus heureux. « J'ai fait une crise convulsive. » Car ici, il était loin d’un sentiment de joie. Il inspira profondément à cette réponse, sa prise sur le plan de travail s’accentuant. Il devait faire attention, de ne pas perdre son calme. Il était persuadé que cela amuserait Mahélia et il n’avait vraiment aucune envie de lui donner ce plaisir. Car lui, il n’aurait rien à gagner en retour. « Oui. Merci, je sais comment ça s’appelle. » Autant dire qu’ici, il ne fit aucun effort pour retenir sa remarque acerbe. Puisqu’elle semblait être en si bonne santé, il ne voyait pas pourquoi il prendrait des gants pour discuter avec elle. « Pourquoi. C’est ça que j’aimerais savoir. » Pourquoi t’avais ça, hein, Mahé ? Pourquoi t’étais pas foutue de partager ce qui te manquait ? Pourquoi t’avais pensé à lui, quand t’étais tombée en rad de logement ? Pourquoi tu t’accroches si fort à Galaad, pendant la nuit ? Pourquoi t’es là, putain, à le faire tourner en bourrique comme s’il était qu’une distraction de plus.

Il passa une main sur son front, avant de se pincer l’arête du nez, la fatigue de sa mauvaise nuit le frappant soudainement. Il eut envie de faire une sieste, et se réveiller que quand cette histoire serait résolue – encore une fois, si ce qui se passait ici était une histoire. Il aurait voulu tirer à grand coup sur la langue de Mahélia pour la délier. Mais, malgré ce côté fort rustre, Galaad savait se tenir. Combien Mahélia rendait la situation impossible à gérer. Le chasseur, éventuellement, aurait dû s’interroger sur l’origine de cette colère ? Bien qu’il n’en avait pas tant besoin. Les détails, il les avait déjà bien en tête. Cependant, il y avait une raison sous-jacente à cette inquiétude, qui le rongeait. Galaad ne voulait pas perdre Mahélia. Il n’arriverait pas à se l’avouer de sitôt. Mais elle était tout ce qui lui restait d’avant, et il ne pouvait pas nier qu’il était attaché à elle. A sa manière… Il continua de s’exprimer, son ton restant relativement calme, malgré l’agacement qui tournait dans le fond de son regard. « Ca a à faire avec ta bague, hm ? » Il eut un mouvement de menton, détaillant les doigts de Mahélia. « Tu peux faire comme si tout allait bien, mais je te rappelle que tu vis avec moi. & je ne suis pas aveugle. » Loin de là, c’était sa pire des qualités, de remarquer ce qui ne tournait pas rond. Il avait été entrainé à ça, ça avait été son jeu d’enfant. Galaad aimait les détails de la vie, même ceux qui rendaient son monde terriblement cruel.

« Tu es sur qu'il n'aurait pas mieux valu faire appel à un professionnel ? » Galaad leva les yeux au ciel, face au scepticisme de Mahélia. Il était sûr qu’il ne voulait en rien laisser les bricolages au génie, il ne doutait pas qu’elle était une catastrophe avec ses deux mains, sans aucune magie dans celle-ci. Et il ne voulait pas, non plus, dévier de la conversation. Malheureusement, les mots lui échappèrent plus vite que ce qu’il ne voulait. « Je ne suis pas Sven, mais je sais réparer une porte. J’dois te rappeler d’où je viens ? » Il ne doutait pas une seule seconde qu’elle tomberait dans le piège. Mahélia n’avait jamais été dans les environs, quand il s’était intéressé à la ferme, et où il avait appris, avec les paysans, tout une série de travaux manuels. Elle savait qu’il aimait le travail de la terre, c’était tout. Au final, qu’est-ce que Mahélia connaissait, de sa vie ? Un sourire sarcastique se balada sur ses lèvres. Oui, qu’est-ce qu’elle en savait ? Ils vivaient ensemble, et pourtant, aucun des deux n’avaient une idée précise de la vie de l’autre. Rien d’étonnant à ce que Mahélia refuse de se livrer. Son sourire, se tordit en une moue, à cette pensée. Jusqu’alors, il n’avait jamais ressenti cette curiosité chez les autres. En fait, à part la curiosité qu’il nourrissait envers le génie, et ce, depuis son enfance, Galaad n’avait que très peu d’intérêt pour d’autres individus. Pas que ça le dérangeait. Il était très bien comme ça. Enfin, il était très bien, jusqu’à ce qu’il tombe sur Mahélia et sa manie de ne rien dire, comme lui. Et il n’aimait pas cette ressemblance. Certainement pas.

Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia   Dim 22 Fév - 22:21


Si le sujet de conversation avait été plus léger pour elle, Mahélia aurait fait une remarque sur combien Galaad avait fait des progrès pour contenir sa colère depuis qu'elle avait emménager chez lui. Cependant, aujourd'hui, elle ne cherchait pas à faire exploser cette rage. D'ordinaire, elle jouait une part pas si innocente que ça dans les débordements du brun. Ça l'amusait, ça la distrayait de ce que sa vie à Storybrooke était. Gagner du temps, trouver un moyen de récupérer sa bague et attendre, attendre que les crises passent, attendre de pouvoir rentrer chez elle. Elle n'avait aucune place dans ce monde. Ici, elle n'était rien de plus qu'un monstre contre-nature et tout dans cet univers cherchait à corriger cette anomalie. « Pourquoi. C’est ça que j’aimerais savoir. » Parce que je suis en train de mourir, songea-t-elle. Mais c'était un peu brusque comme révélation, n'est-ce pas ? Oh, elle savait bien que Galaad n'appréciait pas tous ces secrets autour de sa condition et qu'il haïssait sa désinvolture. Elle savait aussi qu'il n'aimerait pas plus une réponse franche. D'une, elle serait d'humeur exécrable s'il apprenait à quel point son état de santé se dégradait. Question d'orgueil. Puis elle n'avait pas besoin de la pitié de quelqu'un. Encore moins de la seule personne qui pouvait l'aider à tenir la douleur à baie. Il ne devait pas apprendre l'influence que sa seule présence avait sur sa magie. Le génie ne pouvait pas se permettre de devenir encore plus dépendante de lui ; le plus de temps elle passait en sa compagnie, le plus la peine devenait insupportable quand il s'en allait. Non, elle ne lui dirait rien de tout ça.

« Ca a à faire avec ta bague, hm ? » Il n'avait pas l'air fier de démontrer ces capacités d'observation, le brun. Etrangement, ça ne lui apportait aucun plaisir de prouver qu'il avait compris le jeu de Mahélia depuis un bon moment. Il n'était pas aussi mesquin qu'elle. Cependant, il faisait fausse route et cette constatation lui arracha un petit sourire. La bague était un tout autre problème. Un plus urgent. Certes, la récupérer lui achèterait quelques semaines, mais, plus important, ça l'assurerait de sa liberté. Ça lèverait le poids d'une énorme inquiétude de ses épaules. « C'est vrai, je n'ai plus ma bague. » L'avouer était déjà un grand pas pour elle. Elle sentait les mots se coincer dans sa gorge, tenter de l'étrangler, de taire cette vulnérabilité. Inconsciemment, elle joua avec le pauvre substitut qu'elle avait choisie dans la boîte à bijoux de Mia, un quelconque cadeau d'un des anciens petits amis de l'organisatrice. « Ça n'a aucun lien avec mes crises. Pour un chasseur de créatures, je pensais que ça au moins tu l'aurais compris. » Elle ne pouvait pas tenir sa langue, hein ? Chasser le naturel et il revenait au galop. Son logeur lui avait offert beaucoup trop d'occasion de jouer avec ses nerfs en pelote pour qu'elle n'en saisisse pas une, bien qu'elle le regretta dès que les mots quittèrent sa bouche. Autant pour le plan qui consistait à ne pas l'énerve. Lui rappeler qu'il ne savait rien sur elle ne semblait pas une bonne tactique pour le convaincre d'arrêter avec ce qui commençait à ressembler à un stupide interrogatoire.

La porte et sa réparation, voilà un sujet qui s'annonçait un peu plus sure. Qu'elle pensait. Parce que c'était plus que sure que Galaad n'était pas Sven. Elle se mordit la lèvre inférieure pour stopper toute remarque sarcastique sur ce point et reprit son livre, une bonne excuse pour ne plus faire face à son colocataire. Elle n'était pas sure de pouvoir réussir longtemps à ravaler toutes les répliques qui lui brûlaient la langue, mais qui ne feraient qu'envenimer la situation. « Compris, monsieur Je-sais-tout-faire-de-mes-mains, je te laisse gérer la porte. »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia   Lun 23 Fév - 15:13


C’était comme s’attaquer à une couche de pierre, qui recouvrait les secrets de Mahélia. Il avait l’impression de s’y prendre à main nue, sans argument valable. Galaad savait que le génie ne se retiendrait pas à réfuter ses demandes, si elle n’était pas d’humeur. Ce qu’il doutait qu’elle soit, un jour. Elle n’avait jamais eu la confession en habitude et maintenant, plus que jamais, la révélation le frappait. Finalement, que savait-il de Mahélia ? Elle était un génie, elle avait passé un accord avec ses parents – ce qui avait mené à son existence -, elle était insupportable et appréciait farouchement sa liberté. Liberté qu’elle ne possédait qu’à moitié, maintenant. « C'est vrai, je n'ai plus ma bague. » Il hocha la tête, par réflexe. Était-ce pour ça qu’elle s’absentait si souvent ? Hm. Ce n’était certainement pas lié. Il doutait que si quelqu’un possédait bien Mahélia, elle n’aurait pas été ici, avec lui, à lui pourrir la vie. Ou à lui avouer ce qu’elle avait toujours nié. Un poids s’enleva de ses épaules, quand elle accepta enfin de lui parler, un minimum. Ce qui, pour autant, ne voulait pas dire que la situation s’améliorerait. « Ça n'a aucun lien avec mes crises. » Il haussa un sourcil, tout en pinçant les lèvres. Galaad, même s’il avait quelques facilités sensorielles avec la magie, n’en restait pas moins un être humain. Le pan du monde magique lui échappait plus souvent qu’il ne le remarquait. Avec Mahélia, c’était particulier. Il se sentait proche d’elle, et supposait –justement – que c’était parce qu’elle l’avait aidé à venir au monde. C’était ce qui l’avait dérangé depuis si longtemps, et qui ne l’agaçait plus tant que ça, depuis quelques semaines. Il fallait dire qu’il avait d’autres soucis à s’occuper.

« Pour un chasseur de créatures, je pensais que ça au moins tu l'aurais compris. » Galaad croisa les bras, sa moue s’étant renforcée sur son visage, lui donnant une mine renfrognée. Cela faisait longtemps qu’il n’avait plus ressenti l’adrénaline de la chasse, et la traque, très certainement, lui manquait – il aurait mille fois préféré chasser un autre griffon, que d’avoir à héberger Mahélia. Alors, la critique vola, renvoyant le sarcasme au génie. « Je ne prends pas le temps de faire la causette avec eux. Alors il faudra que tu sois plus explicite que ça. » La traque n’était pas une science exacte et généralement, Galaad et ses compères ne prenaient pas le temps de mener un interrogatoire. Ils étaient envoyés pour tuer ces créatures. Les tuer vite, les tuer définitivement. Mahélia avait dérogé à la règle, et pourtant, elle restait bien la personne dont il connaissait le moins. Il fit rouler ses épaules, se retournant à peine pour récupérer son déjeuner. « Je conçois que tu n’aimes pas en parler. Mais tu vis sous mon toit et j’aimerais savoir ce qu’il t’arrive. » Il aurait voulu être plus calme, en prononçant ces mots. Mais c’était ainsi, tout ce qui tournait autour de sa colocataire était devenu viscéral, et il ne pouvait que s’emporter, ne serait-ce qu’un peu. Même si d’autres mots restaient enfoncé, bien loin dans sa gorge. Il ne lui dirait pas qu’il s’inquiétait. Il ne lui dirait pas qu’il ne supportait pas de la voir ainsi. Il ne dirait pas, tant de choses encore.

Il avala sa tartine et haussa les épaules au commentaire de Mahélia, qui vraisemblablement n’avait aucune confiance en ses talents de bricoleurs. Il partit chercher dans son bureau sa boite à outil – qui avait certes pris un peu la poussière – pour aller se poser devant la porte de la salle de bain, qui avait certainement besoin d’attention, elle-aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia   Lun 23 Fév - 19:51


Il faudra ? Le formulation arracha une moue peu impressionnée au génie. Si elle acceptait de répondre à son logeur plutôt que de partir en promenade dans le centre ville, c'était qu'elle estimait qu'il s'en était montré digne lors des dernières semaines. Qu'il ne vienne pas gâcher cette esquisse d'estime en se montrant si certain de prérogatives sur ses secrets qu'il n'avait pas. Elle n'en avait parlé ni à Kida, ni à Tooth alors elle voyait mal une raison pour laquelle elle devrait lui expliquer les choses. Il ne faudrait rien. Qu'il n'oublie pas que ce n'était pas à Mia son ancienne petite amie qu'il avait à faire, mais bien au génie qui l'avait amené au monde. S'il ne la craignait pas -surement difficile, après avoir assisté à une telle manifestation de faiblesse- qu'il se souvienne au moins de ça. Et puis, lui rappeler qu'il gagnait sa vie en tuant des créatures magiques n'était pas très plaisant non plus. Elle n'aurait pas du le lancer sur ce sujet. C'était une chose de savoir qu'il ne posait pas de question et éliminait les menaces, c'en était une autre de se remémorer que s'il avait eu comme mission de tuer un autre génie, il aurait tout mis en oeuvre pour y parvenir. Et il aurait réussi ou serait mort dans le processus. Son espèce faisait partie de ces abominations que Galaad était susceptible de chasser sous ordre de son orgueilleux de seigneur. Bordel, pour ce qu'elle en savait il était même capable de ramener sa bague à cet imbécile de lord sur son ordre. Mais non. Le brun s'était attaché à elle, peu importe à quel point il le niait. Elle en voulait pour preuve qu'il avait abandonné sa mission en se rendant compte qu'elle était la cible. Puis, même si ces souvenirs étaient faux, ils avaient une relation de couple gravée dans leur mémoire. Il ne la trahirait pas si facilement.

Et elle pouvait comprendre, sincèrement, qu'il ait envie de savoir quel jeu elle jouait depuis qu'elle avait posé ses valises chez lui. C'était naturel, ce besoin de comprendre. C'était les échos de la curiosité de ce gosse qui cherchait toujours à désobéir à ses parents et espionner l'invité occasionnelle qu'elle avait été sur son domaine. Cependant il comprenait aussi qu'elle n'en parlerait pas. Alors pourquoi insistait-il autant ? « Ce n'est rien de grave, une petite maladie. Mais fais attention, un peu plus et je pourrais penser que tu t'inquiètes pour moi. » Le ton était délibérément malicieux, comme pour prouver que rien n'avait changé. Il était aussi lacé de séduction, parce qu'elle savait que ça agaçait son colocataire. Qu'il tempête donc sur le fait qu'il n'avait rien à faire de ce qui lui arrivait tant qu'il ne se retrouvait pas avec un corps à cacher et la laisse tranquille avec ses propres soucis. Mahélia le laissa s'emparer de ses outils de bricolage et, estimant que le voir se lancer dans la réparation de la porte était un bon signe pour estimer la conversation close, elle s'installa confortablement dans le canapé pour reprendre sa lecture interrompue. Rien de mieux qu'un bon policier pour se changer les idées. Et si ce n'était pas le cas et bien... Le seul argument que Galaad avançait pour légitimer son envie de savoir ce qui se passait était qu'ils partageaient un toit. Si Mahélia trouvait un autre logement, tout serait réglé. Elle n'aurait plus à s'inquiéter de cette dépendance au brun qu'elle alimentait chaque nuit passée dans le même lit. Même si la pensée lui déplaisait plus qu'elle ne l'aurait cru. Mais c'était uniquement parce qu'elle savait que le sommeil serait bien plus dur à trouver. N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia   Mer 25 Fév - 11:37


C’était une discussion de sourds, où Galaad n’était pas certain d’obtenir le dernier mot – généralement, avec Mahélia, il échouait lamentable à prouver son point de vue, ce qui avait le don de l’agacer plus que nécessaire. Il n’avait certainement pas assez d’années de vie pour s’exprimer avec un discours de lâche, tout en réussissant à en tirer une certaine fierté. Mais puisqu’il sentait qu’il perdait son sang-froid, pour lequel il faisait tous les efforts du monde, il décida de ne pas surenchérir sur la mauvaise foi du génie. Il avait une porte à réparer et puisqu’il semblait avoir plus de magie dans les doigts que celle qui avait aidé à sa confection, il était celui qui se devrait de s’en charger (il entendait déjà Mahélia répliquer : ‘je ne t’ai pas demandé de défoncer cette porte, c’est ton problème.’) Alors, autant repousser la migraine le plus loin possible et suivre les conseils avisés de Taylor Swift. Ce qui ne l’empêcha pas de se repasser les derniers mots de sa colocataire en tête, alors qu’il commençait les réparations dans la salle de bain. « Ce n'est rien de grave, une petite maladie. » Voilà, il le savait, qu’il aurait dû être médecin, à Storybrooke, il aurait eu de quoi justifié une consultation, et lui clouer le bec définitivement. Mais non, il n’était qu’un cuistot un peu rustre. (‘un peu’). « Mais fais attention, un peu plus et je pourrais penser que tu t'inquiètes pour moi. » C’était qu’il se sentait faible, entre les doigts de Mahélia, lui, le chasseur de créature. Il n’aimait pas quand elle lui tournait autour de cette manière, c’était malsain et elle s’en sortait toujours, ainsi. Profitant des coups bas et de sa séduction… ah, parfois il regrettait de ne pas avoir accomplis sa mission, il y a bien des années. Galaad aurait été tellement plus tranquille, s’il ne s’était pas arrêté son humanité.

Au moins, son bricolage lui permit de se vider la tête pendant quelques dizaines de minutes. Galaad avait cette capacité de se concentrer totalement sur l’objet de son attention, chassant toute distraction de son esprit. Ce qui ne voulait pas dire, pour autant, que de manière inconsciente, le sujet s’arrêtait de tourner. Loin de là. Ainsi, alors que la porte reprenait une forme respectable, n’attendant plus qu’un coup de peinture sur le chambranle, Galaad fut plus agacé, qu’il ne l’avait été, en arrêtant la discussion avec Mahélia. Il y avait une raison, derrière cet agacement plus vivace : le problème n’était pas réglé et il ne savait toujours pas ce qu’il se passait avec ce fichu génie. Si ce n’était pas à cause de la bague, qu’était-ce ? Il se repassa vaguement les discussions, de ces trois derniers mois, revenant sur le premier soir, où elle s’était invitée chez lui. Elle n’avait pas pu. Elle n’avait pas le pouvoir de le faire. Était-ce lié à la magie ? Galaad secoua la tête. Certainement, c’était même une question idiote. Avec les Charmings Associés, il n’y avait plus grand monde, qui s’amusait à étendre leurs pouvoirs. Un vilain sorcier, de temps en temps. Il était vrai que Galaad n’avait croisé aucune créature relativement dangereuse, à Storybrooke. Il eut un goût amer dans la bouche, décidant de faire une brève pause dans son travail.

Mahélia était toujours là, occupée à lire tranquillement n’importe quel roman assez intéressant pour qu’elle s’y attarde aussi longtemps. Il ne comprenait pas vraiment l’attachement à ces vies de substitution que les lecteurs pouvaient ressentir. Mais il n’était pas un grand critique littéraire, alors, quel avis fondé pouvait-il vraiment avoir, sur la question ? Galaad se servir un verre d’eau, qu’il ne toucha pas dans l’immédiat. « Est-ce que tu fais quelque chose, pour cette ‘maladie’ ? » Ses doigts soulignèrent son scepticisme, mimant les guillemets. « Ou tu attends simplement que le temps passe et qu’une solution te tombe du ciel ? » Ah, le voilà, notre brave Galaad, en croisière contre l’idiotie de Mahélia, qui montrait qu’il n’en avait que faire de ses belles paroles. « & oui, je m’inquiète pour toi. » Allons bon, d’où lui venait ce soudain élan de sincérité ? Sans réelle réponse, au moins, nous pouvions supposer que ces paroles ne le tueront pas, n’est-ce pas ? « Même si on dirait que je n’en ai pas le droit. » Et l’accusation était bien là, lourde et justifiée.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia   Dim 1 Mar - 0:25


Mahélia pensait que la discussion se poursuivrait, que cette tête de mule de Galaad ne voudrait pas lâcher le morceau. Elle fut agréablement surprise de le voir s'investir autant dans la réparation de la porte tout en gardant sa bouche fermée. La mauvaise humeur ne lui était pourtant pas passée. Ignorant le nuage noir qui semblait suivre son colocataire partout, elle se replongea dans son livre. C'est que le génie n'était pas le genre de personne à se torturer l'esprit avec des problèmes qui ne la concernait pas sur le moment présent. S'il était vrai qu'elle était sans doute la cause de la mine colérique du brun, tant qu'il ne la blâmait pas et gardait ses états d'esprit pour lui, elle considérerait le sujet clos. Ce n'était pas comme si ce garçon respirait la joie de vivre dans sa vie de tous les jours. A croire qu'il prenait personnellement offense de toutes les petites choses du quotidien qui n'allaient pas dans son sens et oubliait de savourer les bonheurs simples. C'était effrayant de constater qu'elle avait amené dans ce monde une créature si taciturne. Toujours est il qu'elle avait tort de considérer la conversation terminée, comme elle l'apprendrait dans quelques instants. Mais pour le moment, Mahélia se perdait dans les pages de son livre, se plongeait dans une autre histoire et s'oubliait dans les lettres imprimées. C'était un moyen comme un autre de chasser de son esprit le fourmillement incessant de sa magie. Malgré les mensonges qu'elle déversait sans scrupules en réponse aux question de Galaad, elle ne pouvait échapper à la vérité qui la rongeait peu à peu. Se focaliser sur autre chose, peu importe quoi, l'aidait. C'était pour ça qu'elle dévorait les bouquins, les uns après les autres. Elle noyait sa douleur dans les pages.

C'est sans doute ce qui fit qu'elle ne réagit pas aussitôt à la remarque pas si innocente que ça de son logeur. La blonde n'entendit pas les premières syllabes, faillit rater la reproche explicite -rata définitivement les guillemets- et dut cligner des paupières plusieurs fois pour se sortir de ce petit monde et revenir à la réalité. Un retour qui ne se fit pas dans la bonne humeur, loin de là. Il commençait à sérieusement l'agacer à revenir sur ce sujet, comme un chien qui rongeait son os. Ne pouvait-il pas laisser couler, une fois dans sa vie ? Mais non, c'était trop espérer que de le voir renoncer à ses principes. Ça ne l'amusait plus, Mahélia, de devoir se défendre de toutes ses accusions et ça se lisait dans son regard, dangereusement froid. « Je ne sais pas pour qui tu me prends exactement, mais je ne suis pas du genre masochiste. » Ou suicidaire, faillit-elle laisser échapper. Ironique quand elle repensait aux plans de sa vieille amie. Cependant, le fait est qu'elle ne pouvait pas faire grand chose, exceptée remettre la main sur sa bague et, s'ils en arrivaient à cette nécessité, mettre son nez dans le linge sale des Charmings. Elle se passerait bien de ce genre de base besogne, seulement sa vie était en jeu. « & oui, je m’inquiète pour toi. » L'aveu lui arracha un éclat de rire aussi froid que son regard. Elle ne pensais pas qu'il se l'avouerait, et encore moins qu'il lui avouerait. Ce n'était pas sage. Elle était un être facétieux, un esprit qui se nourrissait de mésaventure et qui excellait dans la manipulation. Il ne devrait pas dévoiler de telles faiblesses devant elle. Ce n'était pas une question de droit, mais de bon sens. Cependant le chasseur de créatures en était dépourvu, comme il en faisait de nouveau la preuve. « Tu peux faire ce que tu veux de ton inquiétude. Tu devrais juste la garder pour quelqu'un qui en a besoin. » Elle fit mine de réfléchir une minute avant de lui offrir un sourire de prédateur, dénué de la compassion que l'aveu aurait dû lui inspirer. « On te trouvera un gentille fille avec qui tu pourras jouer les seigneurs protecteurs, ne t'en fais pas. » C'est que son esprit d'indépendance s'accommodait mal de cette quête de réponse que le brun justifiait d'une inquiétude malvenue. D'autant plus que sa magie semblait la presser d'accueillir sa proximité et qu'elle était mauvaise pour faire ce qu'on attendait d'elle.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia   


Revenir en haut Aller en bas
 

like a wound i can't stop scratching ▬ Mahélia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-