Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 mémoires oubliées ▬ Soyala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: mémoires oubliées ▬ Soyala   Sam 21 Fév - 18:08






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [x] Présent
Date du rp : 21 février
Météo (approximative) : ciel gris, vent froid, l'hiver est toujours là
Matin, après-midi, soir : fin de matinée
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé




Finalement, Mnémis aussi, dormait mal. Elle avait cru, un temps, être indemnisée aux mauvais tours de cet incapable de Croquemitaine. Ce qui avait été le cas. Cependant, elle supposait qu’elle avait bien un point de rupture, comme toute créature vivante. Les songes s’étaient alors invités à ses nuits, où tout se mélangeait avec les fibres de son pouvoir. Elle arrivait à dormir, et faisait même des nuits presque complètes. Ce qui la dérangeait et qui était à la source de son inconfort, c’étaient les rêves qui la poursuivaient, et qui lui faisaient entrevoir les pires possibilités. Mnémis n’était pas idiote, et elle ne craignait rien du passé, ou de l’improbable. Pour un oracle, cela aurait été une mauvaise blague. Mais le doute, finalement, s’était immiscé dans ses pensées. Pire, encore, elle sentait l’emprise du Croquemitaine, sur elle, comme une main froide posée dans son dos. Pour sûr, elle irait lui dire le fond de sa pensée, quand elle le croiserait – et quand elle serait parfaitement sûre qu’il ne soit pas d’humeur tranchante…

Mnémis déambulait dans les rues, perdues dans ses réflexions. Ce n’était pas parce qu’elle avait des nuits difficiles qu’elle s’empêchait de faire son travail. Le temps passait et rien ne l’empêchait de faire son œuvre. L’ultimatum serait bientôt proche et il lui restait tant à faire. A cette idée, son cœur se fit plus léger et un sourire de renard s’égara sur ses lèvres. Bientôt, tout ceci n’aurait plus d’importance. Mais en attendant, elle était plus qu’attachée à ses différentes réalités, en parfaite osmose avec tout ce qui l’entourait. Elle sentait la présence, lourde, du pouvoir du Croquemitaine sur la ville. Si elle tendait l’oreille, elle était persuadée qu’elle l’entendrait de rire. Mais pour l’heure, ses actions n’étaient pas encore incontrôlables et il y avait encore un semblant de paix, pour certains. Ceux qui n’avaient pas d’enfants et qui ne faisaient pas de vague, en soi. Sinon, Mnémis ne doutait pas que le bureau du shérif devait être débordé et que la famille Charming vivait une ébullition jamais égalée. Pour peu, elle aurait presque ri. Son heure viendrait. Oui, le Croquemitaine ne serait plus une menace pour très longtemps. Et bientôt, les gens reprendraient leurs vies ennuyeuses, heureux de la fin des évènements.

Ici. Elle s’arrêta brusquement, manquant de se faire renverser par la personne qui suivait. Mnémis n’y prêta aucune attention et se tourna vers la vitrine devant laquelle elle s’était arrêtée. Weasle’s Web. Un mince sourire se posa sur ses lèvres, alors qu’elle détaillait, à l’intérieur du salon de thé, la figure de Phoenix, tranquille. Soyala. Ah oui, c’était vrai. Une Heure. Si seulement ce n’était que ça. Elle fronça les sourcils au roulement de la voix, dans le creux de son oreille, se demandant ce qui motivait une telle réaction, dans son don. Alors, une fois encore, accompagnée d’autres, la voix s’éleva. Pour raviver des souvenirs enfuis, oubliés. La période de la jeune enfance de Mnémis – si l’on pouvait considérer qu’elle en avait eu une – était une mémoire perdue, pour elle. Il ne restait rien, que des élans vagues, mêlés à des sensations. Il n’y avait aucun nom, aucun fait. Mnémis, simplement, ne se souvenait de rien. Les voix rirent. Elle leva les yeux au ciel, sa curiosité, définitivement, piquée. Comment as-tu pu oublier la femme qui t’as élevée ? Sans aucun commentaire de sa part, elle poussa la porte du salon de thé. « Phoeeeenix. » L’élongation fut volontaire. Soyala ne la reconnaitrait pas. Et elle ne voulait pas se révéler aussi vite. Alors, elle n’avait qu’à se jouer de ça, pour cerner la personne qu’elle avait en face d’elle.

De manière presque élégante – elle ne partageait rien de Rachelle, qui avait bien fait tourner en bourrique la rousse, surtout en jouant avec la sœur de cette dernière – elle se dirigea vers un des petits fauteuils, n’attendant aucune invitation, le salon était vide, elle pouvait bien se le permettre. Elle croisa les jambes, planta son menton dans le creux de sa main, le coude posé sur la table. « Dis-moi, qu’est-ce que tu sais, sur moi ? » Elle n’était pas idiote, elle connaissait la réputation du salon de thé. Non pas pour les boissons qu’elle servait, mais pour les informations. Elle n’avait pas l’intention de tourner autour du pot éternellement. Elle se devait d’aller droit au but, avant que son corps ne consente à lui procurer un semblant d’inquiétude.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: mémoires oubliées ▬ Soyala   Lun 23 Fév - 14:20


Elle avait cette désagréable impression d'être prise au piège de ses propres pensées et pour une personne sûre d'elle-même c'était tout sauf agréable. D'autant plus que ses nuits, supposément reposante, n'arrangeaient en rien la situation ; elle faisait cauchemars sur cauchemars dans lesquelles la vie illusoire de Phoenix avait une place trop préoccupante pour que cela soit sain. Et quand bien même elle avait conscience qu'il était ridicule d'être ainsi touchée par une fausse identité, des faux souvenirs ; les petits tours de ce sombre personnage, se faisant appelé « Croquemitaine » ne lui permettait pas de faire le point, une seconde fois, sur la situation. Soyala, elle était donc sur les nerfs. Les rêves que cette créature envoyait chez tous les habitants de cette maudite ville semblaient rendre tout le monde à vif. Oh, elle pouvait lui admettre la subtilité de la chose, les cauchemars n'avaient été, au départ, que de désagréables rêves où, une fois réveillé, le souvenir de mauvais songe s’estompait aussi rapidement que de la fumer dans l'air. Puis petit à petit cela s'était empiré au point d'entendre toute la ville se plaindre à ses proches. Les choses étaient encore confuses, donc elle n'avait pas d'informations sûres, mais la conclusion était l'arrivée de cet être fait de fumer, se cachant dans les ombres jouant avec la population comme pour passer le temps. Elle aurait très bien pu être dessus de tout cela, Soyala, mais revenir sans cesse dans ce lieu ne faisait rien pour aider à faire le tri dans ses souvenirs. Puis, quand bien même cela l’ennuyait, sa sœur avait le même souci ; les cauchemars. Elle ne pouvait donc pas se permettre de montrer qu'elle était touchée plus qu'elle ne le laisser entendre. Elle était l'aînée et en tant que telle se devait de protéger au maximum sa cadette.

Voilà pourquoi elle se démenait avec son salon de thé – elle avait d'ailleurs fortement pensé à ouvrir un commerce dans la même idée au Mont, mais ce n'était pas le moment d'y réfléchir. Elle innovait dans la création de thé, tisane grâce à ses nombreuses connaissances sur la nature et les plantes qui la compose. Il est assez ironique de se rendre compte que c'est avec l'arrivée de cette nouvelle menace, que les gens fréquentent son salon dans l'espoir d'un remède miracle contre leurs maux de l'esprit. Quand bien même elle pouvait servir une boisson apaisante, elle n'était qu'une Heure, perdue dans un monde sans magie – ou avec si peu magie, utilisée par tous ces morveux se croyant de grands sorciers, magiciens, parce qu'ils sont capables d'apparaître et de disparaître dans une brume violette, verte ou peu importe la couleur. Elle ne retint pas le reniflement moqueur à cette pensée. Elle ne pensait pas qu'ils avaient conscience de puiser plus que nécessaire dans les réserves déjà bien réduites de ce monde pourtant c'était tellement évident ; faire venir la magie de leur monde d'origine à Storybrook laissait pourtant entendre que c'était la magie dudit monde qui était utilisé et comme tout ce qui vient avec la magie à un prix … Le prix ici, était très sûrement la disparition de cette réserve. Elle voudrait bien faire entrer du sens dans la tête des C's et surtout dans celle de Regina, mais elle avait bien trop de soucis dans l'absolu pour se jeter dans cette bataille qu'elle savait perdue puisque la Reine n'entendrait jamais raison sur un tel sujet – ce n'était pas comme si Soyala était aussi âgée que les saisons elles-mêmes, non, pas du tout. C'était dans de telles situations qu'elle souhaitait avoir, au moins, une de ses sœurs aînées pour se confier. Ou se jeter dans les bras dans la recherche du réconfort comme le petit renard perdu et affolé qu'elle eût été dans ses premières années en tant qu'Heure – ce qui remontait à un bon moment, mais elle était toujours prête à se faire consoler par une aînée si elle se sentait au plus mal. Mais ses sœurs, hormis Iluska, n'étaient pas ici, elle devait donc stopper le cheminement de ses pensées.

S'apercevant que les derniers clients s'apprêtaient à partir, Soyala se dirigea vers la caisse afin d'avoir les règlements tardifs des consommateurs. Le minimum de politesse et le client partait, ne lui tenant pas rigueur de ce comportement très peu commerciale. Le salon maintenant vide, elle passa un coup d'éponge sur les tables ayant accueilli les clients dans la journée. La chose faite, elle mit de l'eau à bouillir et se prépara une décoction de plante dont le but était de la rendre moins nerveuse. Elle en appréciait le goût, alors elle pouvait bien s'essayer à cette boisson. La préparation en train de mijoter, elle alla chercher une chaise dans la réserve qu'elle rapporta au comptoir, elle plaça le mélange d'herbes dans une théière en fonte puis s'installa sur la chaise et sortit un livre du tiroir et commença à en lire quelques pages, savourant les gorgées de sa boisson. Elle avait bon espoir de pouvoir fermer le salon d'ici peu de temps, mais comme il n'était pas encore de la fermeture … Elle se disait que le fait d'être train de lire dissuaderait d'aventureux clients à la recherche d'un élixir magique ou autre stupidité dans le genre.

Entendant le bruit de pas se stoppant devant la porte d'entrée, elle parvient à retenir un grognement et se montra particulièrement impolie en ne détachant pas son attention de sa page – elle en était en plein milieu et elle considérait comme particulièrement désagréable de devoir stopper à un tel moment – encore une ligne et au moment où elle ferma l'objet, une voix qu'elle ne connaissait que trop bien fit son entrée dans le salon. « Phoeeeeeenix » s'exclama la voix. Ou du moins la voix principale de ce corps. Rachelle. Mnémis. Dans les deux cas, elle n'avait aucun bons souvenirs de la jeune femme pendant la malédiction – la première s'entend – et pour ce qui était de Mnémis, c'était une autre histoire ; elle n'avait jamais eu à faire à elle et ne le souhaitait pas particulièrement. Malheureusement, les oracles étant ce qu'ils étaient, ils voyaient, entendaient des choses dépassant au grand nombre de personnes, en un mot, ils étaient épuisants. Et Soyala était bien trop fatigué pour jouer le jeu trop longtemps. D'autant plus que le ton qu'employait l'oracle lui rappelait une enfant que sa sœur et elle avaient élevées. Hazan. Elle la revoyait aussi, la petite, dans ses cauchemars.
Elle soupira bruyamment et daigna lever les yeux sur la nouvelle venue maintenant installée à l'une des tables, elle la salua d'un hochement de tête sec et au diable l'heure, elle se leva et tourna le panneau « open » sur « close » retourna à au comptoir attraper une seconde tasse et se dirigea vers la brune, prenant sa propre tasse et la théière. D'un pas souple elle ne prit pas longtemps avant de s'installer en face de l'oracle, elle la servi – que cela lui plaise ou non – et se remplit de nouveau sa propre tasse. « Dis-moi, qu’est-ce que tu sais, sur moi ? » La question aurait pu la prendre au dépourvu tant elle ne s'y attendait pas. Seulement elle avait des années d'expérience alors se contenta-t-elle de hausser un sourcil parfaitement épilé. Elle s'installa plus confortablement dans le fauteuil porta sa tasse à sa bouche pour en boire une gorgée, le tout en observant attentivement le jeune femme – pas si jeune que ça – en face d'elle. « Voilà une question quelque peu surprenante, venant d'une Oracle. » se contenta-t-elle de répondre, une partie d'elle quelque peu confuse. La brune semblait trop sérieuse et d'après ce qu'elle savait, cela n'était pas conforme à son caractère. Était-ce à cause de la fatigue qu'elle percevait sur son visage ? Un jeu ? Ou bien s'agissait-il d'une conversation d'une autre dimension ? On ne lui en voudra pas d'être sur ses gardes.


Dernière édition par Soyala le Lun 2 Mar - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: mémoires oubliées ▬ Soyala   Lun 23 Fév - 21:55


Elle est fatiguée. Et ce n’était pas une fatigue saine, ou une fatigue normale. C’était la lassitude qui marquait tous les habitants de cette ville, à cause d’une créature sombre, qui prenait trop son pied avec le sort des habitants de Storybrooke. Son sourire de renard se posa sur ses lèvres et elle jeta un regard dédaigneux à la tasse de thé qui lui était offerte. Mnémis préférait largement le café et n’avait que faire d’une décoction de plante. Elle n’y toucha pas et resta confortablement installée sur son siège, suivant les mouvements de Soyala, la mine sceptique, pour cacher la curiosité qui commençait à naitre. Mnémis n’avait pas droit à une enfance, c’était pour cela que, tout ce qui s’y rapprochait, était occulté. Elle ne nourrissait aucun sentiment d’appartenance aux Heures, à ce qui avait potentiellement été transmis. Si elle analysait de manière posée et parfaitement logique, cela ne faisait aucun hasard qu’elle soit apparue au Mont Olympe – un lieu qu’elle avait étrangement, rarement visité, surement à cause des Pythie, qu’elle méprisait profondément, se prétendant être des liseuses du destin, alors qu’elles n’étaient que des charlatans de secondes mains. Là-bas, la magie y était plus concentrée, et en quelque sorte, plus puissante. Le lieu idéal pour la croissance d’un oracle.

Normalement, rien ne l’aurait poussé à franchir cette porte, pour agacer plus que nécessaire Soyala. Mnémis n’en avait que faire de ces quelques années de son passée, où rien d’extraordinaire s’était déroulé. Elle grandissait, commençait à développer ses pouvoirs, laissant les voix éclore unes à unes. Son premier souvenir consistait à une course poursuite. Elle était jeune, oui. Mais elle avait déjà cinq voix, de son côté. Elle eut un sourire acerbe à cette pensée. L’ignorante Mnémis avait tiré des fruits de ses erreurs et avait tout fait pour gagner en force. « Voilà une question quelque peu surprenante, venant d'une Oracle. » Son sourire de renard se posa sur ses lèvres et elle pencha brièvement la tête sur le côté, la défiance tournant dans son regard bleuté, vif. « En quoi cela te surprend-t-il ? » La contrepartie vint avec une facilité déconcertante, preuve que Mnémis n’avait besoin d’aucune préparation, et qu’elle était passée maitre dans son art. « Tu vends des informations. Pour autant, cela ne veut pas dire qu’elles sont justes. » Elle posa son dos contre le dossier du siège, porta vaguement sa tête en arrière. Ses doigts jouaient avec une de ses bagues, qu’elle faisait tourner sur sa peau. La discussion pourrait être vide, qu’elle s’en moquerait presque. La proximité avait toujours été un facteur qui facilitait le travail des voix. Mnémis, réellement, n’avait pas besoin d’être ici. Mais la curiosité était là. Et elle avait besoin de voir de ses propres yeux, ne pas laisser son don faire tout le travail. Il n’y avait pas que les voix qui avaient le droit d’être témoin du monde.

« Et j’ai horreur que les gens se trompent à mon propos. » Mnémis avait repris pleinement son service, se nourrissait des souvenirs pour alimenter ses forces, dans ce monde avare de magie. Elle ne commettrait pas la même sottise qu’à la sortie de la première malédiction. « Mais je ne suis pas ici pour critiquer ton produit. » L’amusement était presque forcé, en ce temps où elle sentait la force de Pitch, pressante, sur ses épaules. Elle arriverait à y faire abstraction, au moins le temps de cette discussion. Un croquemitaine ne serait pas ce qui l’arrêterait. « Je suis là pour l’acheter. » Avec ça, au moins, elle devait bien avoir piqué l’intérêt de Soyala, non ?
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: mémoires oubliées ▬ Soyala   Mer 25 Fév - 17:39


Autant pour sa bonté, en observant la brune en face d'elle dédaigner la tasse si gentiment offerte. Si jamais Iluska venait à apprendre la venue de l'Oracle dans son salon, elle ne pourra pas dire que sa sœur n'avait pas été polie. Elle ne pouvait pas forcer la brune à consommer la boisson et Zeus sait combien elle semblait en avoir besoin. Certes, ce n'était pas comme si elle allait l'informer de ce fait. Elle savait que Soyala était une Heure, de ce fait devait bien se douter qu'elle ne proposerait de boire quelque chose sans aucun effet dans les jours qui courraient. Soit, ne pas l'en informer était peut-être une petite vengeance de ce que lui avait fait subir la brune en tant que Rachelle. Cela n'était pas non plus une énorme vengeance, loin de là, mais toutes émotions positives étaient bonnes à prendre et la satisfaction de savoir que la brune rejetait un breuvage aux propriétés apaisantes faisait partie de ces émotions. Elle n'avait pas non plus demandé à la revoir. Sérieusement, sur toutes les personnes dans cette foutue ville, il fallait que cela soit elle.

« En quoi cela te surprend-il ? » riposta l'oracle en réponse à la question que Soyala avait donnée. Un petit sourire, montrant son amusement disparu aussitôt pour être remplacé par un visage impassible, les yeux glacés. Comment cette petite impertinente osait-elle remettre en question la véracité des informations qu'elle récoltait ? Elle n'allait pas mentir sur le fait qu'elle faisait en sorte d'en savoir le plus possible, sur le plus de personne possible, cela n'aurait pas grande utilité. Cependant, encore une fois, ce faire ainsi questionner sur la qualité de son second travail – l'automne d'abord, les informations ensuite, puis finalement le salon de thé – était plus qu'irritant. Elle croisa les jambes, attrapa sa tasse et posa son coude sur l'accoudoir, une nouvelle gorgée d'avalée le tout en observant la brune en face d'elle. Elle continuait de réfléchir à la véritable raison ayant poussé l'oracle à entrer dans le salon en cette fin de matinée. Il y avait toujours une raison et ce n'était visiblement pas pour déguster l'une de ses créations à boire. Soyala attendait donc de voir où elle voulait en venir, cachant à peine l'ennuie qu'elle ressentait. Elle n'avait pas l'envie nécessaire de se lancer dans une conversation vide de sens et c'est ce qu'il risquait de se passer si elle ne laisser pas la demoiselle continuer. Elle attendait, donc et n'eut pas à le faire longtemps « Et j'ai horreur que les gens se trompent à mon propos. » Nous y voilà, pensa-t-elle, un coins de sa bouche tressautant rapidement, moqueurs. « Et pourquoi, crois-tu que je ne n'ai jamais vendu d'information à ton sujet ? » Elle haussa un sourcil, la défiant de la contredire « Je ne vend rien qui ne soit pas sûr. Certes, tu es un sujet de beaucoup d'interrogations, mais surtout de mystère. Ce qui est raconté à ton sujet change d'une personne à l'autre alors tant que rien n'est certain, je garde tout pour moi. » C'était le problème avec les oracles, on ne savait pas sur quel pied danser avec eux. Ça aussi, c'était irritant.

« Mais je ne suis pas venue ici pour critiquer ton produit. » Elle aurait pu en affirmer le contraire, avec les accusations précédentes, mais elle préféra laisser couler. Elle choisit en revanche de faire un hochement de tête faussement reconnaissant. Tout en sirotant sa boisson, elle attendit patiemment que Mnémis dévoile enfin la raison de sa venue. Et si, comme elle l'avait deviné quelques secondes plutôt, cela serait dans le but de faire appel à son second métier. « Je suis là pour l'acheter. » Bingo. Soyala avait vu juste. Se réjouissant intérieurement, elle se contenta de hausser à nouveau un sourcil « Ooooh, vraiment ? » L'élongation volontairement moqueuse – ça, c'était en partie pour le Phoeeeeeenix de tout à l'heure, ou peut-être que finalement cela l'amuser autant que cela l'intriguait. Elle fit tourner le liquide ombré dans sa tasse avant de reporter son intention sur la brune « Et en quoi mes humbles services peuvent-ils t'être utiles ? » Elle fit traîner le mot humble un peu plus longtemps qu'il ne le fallait, s'amusant elle-même de la soi-disant humilité de ce que qu'elle faisait. Après, tout n'y avait-il rien de plus humble dans le fait de servir des thés ? Blagues à part, elle était quelque peu – plus que ça même – curieuse sur ce que souhaitait l'oracle et le business étant le business, elle n'allait pas y tourner le dos, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: mémoires oubliées ▬ Soyala   Lun 9 Mar - 15:43


Mnémis savourait, cette opposition qu’elle ressentait, qu’elle observait, nette et farouche, dans le regard de Soyala. Elle ne put empêcher le sourire de fleurir sur ses lèvres, ni ne le voulut réellement, affichant librement la satisfaction malsaine qu’elle prenait à cet échange. Titiller l’automne était plus amusant que ce qu’elle n’aurait pu prévoir. Car il n’y avait que ça de vrai, ces personnes, qui répondaient à ses sous-entendus et ne laissaient pas leur intégrité entachées par la simple présence d’une oracle capricieuse. Tout ce qu'elle attendait, de la part de la femme qui l'avait élevée. « Certes, tu es un sujet de beaucoup d'interrogations, mais surtout de mystère. » Mnémis joua la fausse modestie, déclinant le compliment d’un geste de la main. Il n’y avait rien d’étonnant, c’était le résultat d’un dur labeur, ce mystère, ce jeu d’anguille, qu’elle maitrisait à la perfection. Que valait un oracle, si elle pouvait être si facilement trouvée. Plus important, encore, quelle satisfaction le bas peuple pouvait tirer, de percer son mystère. Elle n’était qu’un outil, qui était au service d’un intérêt beaucoup plus grand que de nourrir la curiosité des simples d’esprit. « Ce qui est raconté à ton sujet change d'une personne à l'autre alors tant que rien n'est certain, je garde tout pour moi. » Elle hocha la tête, ne quittant pas l’esprit de l’automne du regard, soutenant les accusations qui volaient dans le regard de l’informatrice.

Mnémis n’en avait que faire, de ce qu’elle lisait dans le comportement de son vis-à-vis, ou de ce que les voix révélaient, au détour d’un murmure, entre deux ricanements indécents. Elle n’était pas là pour juger, aujourd’hui, elle ne serait qu’une observatrice intransigeante. Car elle avait un plan pour Soyala, qui pourrait devenir un pion entre ses mains, et en ne refusant pas l’intérêt que la proposition de Mnémis provoquait, elle venait déjà de mordre à l’hameçon. Ses pouvoirs s’en délectèrent, tandis qu’elle continuait de faire tourner distraitement ses bagues, autour de ses doigts, attendant que la tenancière termine son petit jeu de moquerie, pour laisser place aux ‘humbles’ civilités. « Et en quoi mes humbles services peuvent-ils t'être utiles ? » Un sourire de renard flotta et elle passa une main dans ses cheveux, humant l’air, presque enjouée, l’oracle. Mnémis ne perdit rien de sa superbe, agençant les pièces de son plan, pour impliquer Soyala, presque parfaitement. « Tu as dit que tu gardais tout, à mon propos. » Elle plissa un peu les yeux, son sourire se fanant sur le coin de ses lèvres. L’amusement présent disparu de ses traits et dans son regard ne reposait plus que la planification froide et attentive, des créatures de son espèce. Si seulement tu n’étais pas un oiseau si solitaire…

« Je veux que ça continue d’être le cas. Qu’importe les informations que tu récupères, qu’elles s’avèrent justes, ou fausses. Que ça aille de mon nom, à ma localisation, à mon plat préféré.» Elle l’avait dit, qu’elle n’aimait pas que ses secrets soient révélées. Et si une personne dans cette ville avait les capacités de percer son secret, c’était bien Soyala. Pour peu qu’elle y mette de la bonne volonté. Surtout, cette femme avait un nom, dans l’entreprise de l’information. Mnémis n’avait qu’à s’intéresser à la source, et tout serait tellement plus aisé, pour elle. « Je demande l’embargo total. Et ce, jusqu’à contre-indication de ma part. » Cela sonnait comme un ordre, et quelque part, ça l’était fortement. Elle savait ce qu’elle voulait, et elle n’essuierait aucun refus. Surtout que, Soyala, en bonne vendeuse, devrait reconnaitre une offre, quand elle en apercevait une. « Bien entendu, ton prix sera la mien. »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: mémoires oubliées ▬ Soyala   Dim 29 Mar - 16:53


Elle avait observé les différentes expressions faciales de l'oracle avec une sorte de curiosité qu'elle ne savait pas ressentir. Cela dit, cela n'était pas surprenant étant donné qu'elle avait affaire à un être entouré de mystère, il n'en fallait guère plus pour attiser son désir d'en savoir plus. On ne la changeait pas. D'autant plus qu'elle ne se serait pas attendue à ce que Mnémis vienne à elle. Quand on cherchait à garder secret ce qu'on ne souhaitait pas voir être révélé, on reste loin d'une personne connue pour avoir un certain penchant dans la collecte – et éventuellement dans la vente de ceux-ci. Et contrairement à la croyance populaire, cela n'arrivait pas si souvent. C'est pourquoi il était intéressant d'observant de potentiel futur client. Surtout de l'envergure de l'oracle. Soyala n'allait pas se faire de fausses idées sur les raisons de sa présence ici, cela devait être quelque chose de suffisamment important car d'après ce qu'elle savait, la brune faisait rarement appel à quelqu'un pour régler quelque chose. Ce qui en soi était plutôt une bonne chose quand on se trouve être un oracle ; ça a toujours tendance à attirer les curieux, au mieux ou les personnages aux intentions beaucoup moins louables, au pire. Cela dit, le fait d'en savoir si peu sur un être potentiellement dangereux, c'était un secret pour les personnes renseignées que l'oracle n'avait que faire du sort des autres, pas qu'elle s'en souciât, du sort des autres, mais bon, s'il y avait un risque pour ses sœurs, mieux valait l'évaluer, pas vrai ?

Un vieil adage dit prudence est mère de sûreté. Raison pour laquelle Soyala, sans vraiment le montrer, restait sur ses gardes quant au pourquoi du comment du service que Mnémis allait lui proposer. Déjà qu'en demandant des précisions, elle ne sentait que trop bien le contentement de celle-ci et elle n'appréciait guère la chose. Elle était peut-être curieuse, sur bien des points – beaucoup moins qu'Iluska cela dit – ainsi donc elle savait reconnaître quand on ne lui disait pas tout. De ce fait, elle ne savait pas trop sur quels pieds danser et choisis donc porter les traits d'un désintérêt poli sur le visage – après tout, elle n'aimait pas qu'on tourne autour du pot. Se resservant de la boisson, elle entendit, enfin, la raison de la présence de l'oracle en ces lieux. Ou plutôt, une partie de ses raisons puisqu'elle était quasiment certaine que la brune ne lui disait pas tout. L'étrangeté dans sa demande résidait dans le fait qu'elle ne souhaitait voir aucune information à son sujet continue d'être tenue sous silence. Elle masqua parfaitement son irritation face à cette demande : n'avait-elle pas dit, quelques instants plus tôt que justement, elle ne divulguait rien à moins d'être de certaine de la véracité de ce qu'elle savait . Et encore, elle n'avait rencontré personne ayant le prix adéquat. Certes, elle avait de nombreuses informations sur des personnes diverses et variées, mais cela ne voulait pas dire qu'elle les vendait à n'importe qui. Donc pourquoi devrait-elle commencer à le faire maintenant ?

« Je demande l’embargo total. Et ce, jusqu’à contre-indication de ma part. » La lueur d'amusement qui traînait dans ses yeux pour laisser place à une dureté qu'on ne lui voyait pas souvent prendre. Elle entrait probablement dans le jeu douteux de l'oracle, mais elle avait passé l'âge qu'une gamine se permette de lui donner un ordre de la sorte. D'autant plus qu'elle avait signalé précédemment qu'elle n'avait rien vendu. Avoir la capacité de voir le futur – ou autre chose dans la même idée – amoindrissait-il les capacités de compréhension etl'audition ? Raison pour laquelle il y avait très peu de personne postulant pour l'emploi ? À méditer. La jeune femme eu tout de même la bonne grâce d'ajouter qu'elle paierait ce qu'il faudrait. Incroyable. Cependant, elle avait une bonne idée sur le prix en question. Ne restait plus qu'à voir si l'oracle l'accepterait, rien n'était moins sûr. Éventuellement, elle laisserait couler le ton sur lequel elle lui avait fait sa "demande". Éventuellement. « Mon prix, demandes-tu ? » se contenta-t-elle de répondre, faisant mine de réfléchir profondément à la question. « Tu sembles férocement attachée à garder secret tout ce qui te concerne, que cela s'avère véridique ou non, me demandant gentiment de continuer de le faire. » Elle accentua demandant d'une façon si innocente que personne ne serait dupe. Il fallait bien qu'elle fasse légèrement ressortir la façon dont elle avait très peu apprécié ladite demande, non . « De la façon dont tu présentes la chose, c'est comme si tu préparais quelque chose de gros. » Elle arqua un sourcil, détailla l'individu en face d'elle. Elle s'installa confortablement dans son fauteuil puis reprit, ne quittant pas des yeux l'oracle « De ce fait, mon prix sera le suivant, je veux tout savoir sur ta personne. » Elle mettrait plus de clarification plus tard. En attendant, elle se demandait si la jeune femme accepterait. On pourrait dire de cette demande un simple souhait d'assouvir sa soif de curiosité, il y avait un peu de ça. Mais elle voulait aussi faire le tri entre ce qu'elle savait et ce que la brune lui dirait si elle y consentait.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: mémoires oubliées ▬ Soyala   


Revenir en haut Aller en bas
 

mémoires oubliées ▬ Soyala

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-