Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Sam 14 Mar - 16:59




Jafar & Shéhérazade
1Elle reste silencieuse après mes questions, venant me tourner le dos. Bien je suppose que mes paroles l’ont blessée encore une fois, ou simplement l’ont refroidie. Je retourne alors au cour en ouvrant la boite pour en ressortir quelques objets, tous assez différents les uns que les autres. « Il existe bien des composantes à la magie, certaines sont naturelles, d’autres magiques et encore d’autres sont imprégnés de sentiments puissants. » Dis je en pensant à tout ce qui sait être utilisé dans la magie. Après tout, les génies eux même servent de composantes pour un sortilège, pour mon sortilège qui me permettra de vaincre les lois de la magie. « Les herbes servent souvent de composantes, que ce soit dans leur état naturel ou traité… D’autres sont magiques de nature comme les haricots qui permettent de voyager entre les mondes… Il y a aussi simplement des parties d’êtres vivants. » Dis je en sortant la patte du lapin blanc, patte que je lui ai personnellement arraché. Elle m’arrête alors en se retournant vers moi, passant ses mains sur mon visage pour capturer mon attention, passant dans ma chevelure ce qui me fait hausser un sourcil. Elle se comporte à nouveau tel une amante, poussant ma curiosité au point d’en oublier totalement ce que j’ai commencé à lui expliquer. Mon regard sombre dans le sien, je ne dis mot, la laissant s’exprimer devant moi, écoutant chaque mot en me demandant quel subterfuge se cache à nouveau dans son comportement. Elle avait mit du temps à répondre à mes questions, tant de temps que j’avais pensé qu’elle préférait rester silencieuse à ce sujet.

Aucun mot ne vient stopper sa déclaration, l’entendre m’avouer qu’avec moi, Jafar le Mage Noir, elle peut se montrer naturelle sans devoir se cacher me surprend. Comment voulez vous que je puisse croire que seul un cœur d’obsidienne aussi sombre que le mien puisse apprécier une jeune femme comme elle ? C’est improbable, pire que cela c’est quasiment impossible. Elle me répond alors à d’autres questions qui étaient restés la première fois sans aucune explication, elle m’avoue encore des choses, m’expliquant qu’elle ne souhaite pas que tous puissent la connaître, connaître son passé, son histoire ses aventures, qu’elle préfère garder tout cela dans le secret. Je la laisse tout dévoiler, le faite que je semble être un tel mystère pour elle… Alors c’est cela, c’est ce qui lui plait, non l’homme que je suis mais le faite qu’elle n’arrive point à me cerner, me comprendre, le faite que je peux être paisible comme en colère sans qu’elle arrive à prévoir la tempête. En faite je réalise la vérité qu’elle dévoile, ce n’est pas ma personne qui l’intéresse, ni le pouvoir, ou encore simplement ce que je peux produire comme effet chez elle par ma présence. Je suis juste une curiosité, comme un objet mystérieux qu’elle chercherait à comprendre, un être différent qui attise le questionnement, un passe temps. « Alors c’est ce que je suis pour vous… Une occupation que vous cherchez à définir ? » Ma voix au début montre un coté un peu offensé, traduisant mal ce qu’elle a cherché à exprimer, la regardant toujours avec insistance alors qu’elle s’est à nouveau détourné de moi pour retourner à la boite et les composantes que j’avais commencé à lui dévoiler peu avant qu’elle s’ouvre ainsi à ma personne. Mais étrangement, de moi même je semble corriger la faute d’interprétation, peut-être trop habitué à être méfiant et voir en premier le négatif pour en découdre le bon coté de ses paroles.

« Ne fuyez point, vous avez commencé quelque chose, maintenant il faut faire face. » Assumer ses paroles, ses actes, une chose que je lui ai reprochée la dernière fois, qu’elle n’assumait point ce qu’elle créait. « Dites moi si je fais fausse route ou si vous tentiez d’exprimer autre chose que le faite que j’attise un sentiment de curiosité chez vous. » Dis je à nouveau en posant la main sur son épaule pour l’obliger à me faire face, à se mettre de front par rapport à moi, qu’elle sente mon regard se poser sur elle et chercher à percer les mystères de son âme pour y trouver les réponses qu’elle y cache. « Dites moi ce que vous pensez sans faire de détour, libérez les mots ouvertement avec honnêteté. Est ce ma personne qui vous plait comme vous aviez sous entendu peu avant, ou est ce l’état dans lequel je vous mets. » Bien des questions qui nous détournent finalement de la magie et de nos leçons.


FICHE © SINENOMINEVULGUS
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Sam 14 Mar - 17:37


Je me sens tellement honteuse de m'être à nu. Lorsque je finis, il pense être à mes yeux une curiosité qui me fait passer le temps. Ce n'est pas du tout le cas. Je me tourne, je ne veux pas y répondre de peur de le vexer maladroitement. Je lui dis de reprendre et touche du bout des doigts la patte blanche du lapin, si douce. Pauvre bête... Il me demande d'assumer et je reste silencieux. Que vais-je bien lui dire ? Dois-je rester franche ? Il m'oblige à lui faire face et je me sens contrainte à lui répondre. Je déteste ça, être mise au pied du mur, devoir me justifier quand je n'en ai pas envie. Mais j'ai commencé cette discussion, je lui ai soufflé toutes ces interrogations et je me dois d'y mettre fin.

« Est-ce qu'être curieuse envers vous est un mal, Jafar ? La curiosité fait partie de moi, il n'y a que la curiosité qui attire mon intention sur les choses ou les personnes que je ne connais pas. Vous attisez ma curiosité. Et ce que je découvre de vous, je l'apprécie. Donc oui, j'aime l'état dans lequel vous me mettez mais j'aime aussi votre personne. Ce que je veux dire avec tout ça, c'est qu'être avec vous me change de mon quotidien morose et fade. J'apprends de nouvelles choses, j'ai des discussions et je n'ai pas peur d'affirmer ou de questionner. En vous ouvrant la porte, je pensais à mal. Je me disais que vous étiez ma malédiction, que les mauvaises actions que j'ai pu faire me rattrapais et que j'allais payer. En fait, j'ai été prise au dépourvu parce que vous n'étiez rien de tout ça. Vous avez sauvé ma sœur, vous avez été franc avec moi et m'avez raconté votre histoire alors que je sais pertinemment que vous ne vouliez pas. Vous avez joué le jeu, ce pacte entre nous, vous l'avez respecté et aussi insolente et agaçante que je suis, vous vous êtes retenu de me faire du mal alors que plus j'en apprends de vous, plus je découvre que les personnes qui ont osé se mettre en travers de votre route ont eu des têtes coupées, des coups de foudre, etc. »


Je marque une pause. Je repasse en mémoire tout ce que je viens de lui dire. Je crains qu'il ne prenne mal mes paroles mais je préfère les laisser ainsi, ne pas donner d'avantages d'explications, ne pas fouiller, entrer plus en profondeur dans chaque sujet que j'évoque. Il comprendra certainement que je ne mens pas ?

« Ne prenez pas mal ce que je dis, s'il vous plaît. Je m'en veux assez de vous avoir repoussé la nuit dernière, je ne veux pas me sentir encore plus coupable. J'avais simplement peur que vous me voyez autrement, que vous pensiez que je n'étais pas digne de la fille que vous connaissiez en allant plus loin. J'aimais cette provocation entre nous. C'était un jeu qui me plaisait. Mais pas un mauvais jeu qui me permettrait de me moquer de vous ou de vous avoir. Un jeu que je découvrais. J'y découvrais une autre facette de moi et une autre de vous. J'ai passé ma vie à passer les autres avant moi et pour une fois, je pensais à moi. C'est peut-être un peu égoïste... Je vous ai repoussé à cause de moi, pas à cause de vous. »

Je mettais une mèche de cheveux qui s'était enfuie de mon chignon derrière mon oreille en continuant de le fixer. L'art de la parole, je le maîtrisais si bien avant et à présent je laissais les mots s'échapper sans réfléchir. Presque une arme contre moi. Je déposais mes mains sur son torse et les remontais jusque sa nuque pour les y croiser. Je déposais ma tête contre son torse et soupirais lentement. Peu importe qu'il ne me croit pas, j'aurais essayé.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Sam 14 Mar - 19:37




Jafar & Shéhérazade
1La sensation qu’elle refuse de me parler est bien présente, je sens que par mes gestes je lui force la main. Est ce si sombre ou malvenu qu’elle veuille à ce point garder cela pour elle ? Mon regard s’assombrit encore un peu car j’ai la réelle sensation qu’elle n’éprouve pour moi rien de bien positif si c’est tellement difficile d’en parler, m’attendant du coup au pire, aux révélations les plus honteuses ou insultantes. Finalement elle débute cette explication, recevant toute mon attention, mon regard ne la quittant point un seul moment pour tenter de voir ce qui est vrai ou faux, voir si elle se force à trouver des mots ou si ils sont naturels. Mon regard dévoile cette fois ci de l’interrogation alors qu’elle développe son idée, voyant bien en moi une curiosité mais plus que cela, ce qu’elle découvre est plaisant. C’est un peu difficile à croire qu’elle puisse trouver quelque chose de plaisant en ma compagnie alors que je l’ai jeté sur un mur, alors qu’elle sait comment je traite les gens comme j’ai traité son père, sa sœur, ou mes intentions pour Will… Ou alors elle a quelque chose de sombre dans son cœur qui apprécie mon aura noire et corruptrice. Je ne peux pas cacher un petit sourire amusé quand elle avoue être surprise que je n’ai point été pire avec elle et son insolence comparé à ceux que j’ai déjà châtié ou croisé. Il est vrai que je me suis contenu mais si elle avait croisé mes pensées, elle aurait vu à quel point j’avais souhaité lui faire du mal quand elle s’est moquée de ma personne. Quand elle se stoppe dans son explication, j’ai comme une sensation de « inachevé », comme si elle m’avait servit un demi repas me mettant en appétit sans me donner la suite. Je ne bouge pas, je ne me détourne pas, d’ailleurs je ne fais aucun commentaire à tout ce qu’elle m’a dit, attendant de voir si elle s’arrête la mais finalement elle continue en commençant par me demander de ne point prendre mal tout ce qu’elle me dévoile. La suite, intéressante, semble justifier ce soudain acte de la dernière fois, exprimant une justification bien plus probable et surement honnête que celle du « repas qui allait bruler. » Après tout ce discours, tous ces mots, elle vient se coller à moi, si tendrement que cela en est étrange, donnant presque la sensation d’une supplication de ne pas la rejeter à mon tour.

« Shéhérazade… » Je marque une pause, en faite je ne sais point réellement que dire par rapport à cela, me doutant qu’elle attend une réaction que si soudainement je retourne à la leçon de magie, elle prendrait cela comme un refus de réagir à tout ce qu’elle m’a offert et dévoilé, elle prendrait surement cela même comme une attaque. Je soupire lentement en sentant ses mains sur ma nuque, sa tête contre mon torse, hésitant un instant avant de glisser la main dans sa chevelure, enfin en partie vu le chignions sur mon chemin, la laissant ensuite passer sur sa joue pour commencer à détacher son visage de mon torse, sans l’éloigner de moi ou la repousser, juste redresser son visage pour retrouver son regard, les doigts passant alors sous son menton. « Vous savez que je devrai être l’ennemi à vos yeux ? Je vous avais tout retiré, je vous ai éloigné des vôtres, pris votre Palais, maudit votre famille… Et vous me dévoilez cela au lieu de me déclarer votre haine qui serait surement bien plus compréhensible. » Mon pouce effleure ses lèvres lentement, les redessinant alors que je lui pose cette question. Non en faite ce n’est point une question, j’expose une évidence sur ce que devrait être notre relation. Je crois ce qu’elle m’a dit, ce qu’elle m’a dévoilé, mais une part de ma personne se demande toujours comment est ce possible alors qu’elle devrait voir et ressentir l’opposé envers ma personne, même sa crainte ne semble point pour la bonne raison. « Vous êtes étrange Shéhérazade, très étrange mais dans le bon sens de ce terme. Je ne pense point avoir déjà croisé une personne comme vous tout au long de ma vie et de mes voyages. Je crois que vous pouvez vous vanter d’être unique, mais point uniquement que cela, vous vanter aussi de me surprendre encore. » J’ajoute ces mots sans sourciller à nouveau, montrant une voix bien moins stricte te froide, une voix moins dure, oubliant un instant ce que j’ai imposé comme position entre nos deux personnes pour me pencher un bref moment, posant mes lèvres aux siennes d’un simple et chaste baiser pour lui montrer que j’ai compris ses paroles et que rancœur s’est évadée, un baiser rapide avant de redresser mon visage pour porter mon regard sur la table. « Nous devrions peut-être reprendre où nous en étions. » Dis je en parlant de la leçon de magie bien entendu.

FICHE © SINENOMINEVULGUS
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Sam 14 Mar - 20:45


Ma tête contre son torse, j'attends. Il prononce mon nom, je suis suspendue à ses lèvres en attendant le verdict. Il ne dit rien... Sa main passe dans mes cheveux puis sur ma joue. Je suis surprise d'une si soudaine tendresse, il relève mon visage pour le regarder en reprenant ses habitudes. Lui, le méchant ? C'est ce que je pensais quand il était arrivé. Je pensais que j'étais un de ces héros, lui une de ces menaces, comme Schariar, mais je me rends compte qu'il a souffert pour en arriver à là. Que la plupart des gens qui se revendiquent héros détruisent pas la vie des méchants et qu'il est compréhensible qu'il tente de forcer le destin pour être heureux. Je ne veux pas faire partie des méchants, mais pas des héros non plus. Je ne veux être dans aucune catégorie qui pourrait faire de moi une personne sans scrupule ou une personne qui se revendique avoir fait le bien. Ils font tous du mal autour d'eux, on choisit simplement un camp qui le fait pour de bonnes raisons et un autre qui le fait de façon égoïste. « Si je n'avais pas fuit, je vous aurais donné la lampe et on aurait tous été sain et sauf. »

Son pouce caresse mes lèvres et je le fixe, toujours aussi surprise. Il pensait, il voulait que je le déteste ? Même s'il est en partie responsable de ma vie catastrophique, je le suis aussi et si je n'avais pas épousé Schariar, j'aurais peut-être une vie paisible ? Sa proximité avec moi et presque troublante, je pensais qu'il ne voulait plus en avoir avec moi... Il avoue que je suis étrange, unique et que je le surprends. Je ne peux m'empêcher de sourire à ce qu'il m'avoue. Je suis autant surprise qu'il ne l'est, il n'arrive pas à me cerner, tout comme moi. Nous nous rejoignons sur certains points, finalement. Il se penche et dépose un baiser sur mes lèvres auquel je réponds. Un baiser qui signe notre nouvelle entente, la fin des hostilités. Je suis contente que nous ayons mis cette histoire de côté et dans mes pensées, je ne comprends pas qu'il parle de notre leçon de magie. « Difficile de reprendre où nous en étions, la dernière fois j'avais retiré votre ceinture et vous m'aviez détruit mon haut... Mais... » Je suis son regard et comprends qu'il parlait de magie. Je m'empourpre et me tourne pour reprendre la leçon. Ce que je pouvais être maladroite... Je passe en revue ce qu'il y a sur la table mais ce qui m'attire le plus c'est cette patte que ce pauvre lapin a dû perdre. Mais en quoi un lapin pouvait-il être magique ? « Pourquoi lui avez-vous pris sa patte ? En quoi un lapin peut être magique ? » Je réfléchis aux mots précédemment dits, ce que je n'écoutais que vaguement. « Vous avez utilisé un haricot sur Schariar, n'est-ce pas ? C'est ça qui lui a fait changer de monde ? » Je regarde Jafar par dessus mon épaule et dépose à nouveau mon regard sur le contenu de la boite qu'il a dispersé sur la table. « Y a-t-il d'autres objets qui nous permettent de changer de monde comme ma clé ou un haricot ? Merlin était donc très puissant pour en faire de même. Vous pourriez créer un artefact aussi puissant ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Dim 15 Mar - 0:33




Jafar & Shéhérazade
1Je tente de retenir un petit sourire qui serait malvenu dans cette situation, mais j’avoue que c’est difficile. L’envie de lui dire que si elle n’avait pas fuit et m’avait donné cette lampe, finalement on ne se serait jamais croisé ici était bien présente, mais dévoiler cela serait surement en dire beaucoup trop sur le faite qu’elle arrive à me toucher… Et oui cela c’est mal, je ne dois pas la laisser ainsi m’influencer ou m’affecter, je n’ai pas le droit de perdre du temps avec des choses si futiles alors que je dois absolument me concentrer sur la recherche de Merlin pour avoir ma lampe, mon sort et être le sorcier le plus puissant en ce monde, le sorcier qui sera capable de passer outre les lois de la magie. J’annonce donc par un geste que la trêve est présente mais quand je lui dis que nous devrions reprendre où nous étions, celle ci semble directement penser à autre chose, me parlant de tenue vestimentaire ce qui me fait arquer un sourcil jusqu’à ce que je la vois changer de couleur et se retourner, comprenant du coup ce qu’elle avait compris par mes quelques mots, m’amusant sur ce coup par un tel quiproquo… Si je voulais parler de ce genre d’événement, je n’aurai point eut besoin de paroles pour mettre cela en avant mais uniquement de gestes. Je toussote pour reprendre un peu de sérieux face à cette petite faute d’interprétation et alors elle me pose une question sur la patte de lapin, ce que celle ci peut avoir de magique. Je sens qu’elle ne va pas aimer du toute cette réponse.

« La patte de lapin est un porte bonheur, mais celle ci n’est pas d’un simple lapin… Elle est du Lapin Blanc du Pays des Merveilles. Un être doté d’émotions et d’intelligence qui a la capacité de creuser des trous entre les différents mondes. Je lui ai tranché sa patte, en quelque sorte, pour lui rappeler qui était son Maitre… » Comment aurai je pu dire cela plus proprement ? J’ai fais le plus gentil possible pour expliquer ce qu’était cette patte et je suis persuadé qu’elle va contester, trouver cela cruel ou monstrueux, mais bon ce n’est pas pire que la tête d’un Tweedles dans une boite non ? « Oui j’ai usé d’un Haricot magique sur Schariar, mais ceux ci sont devenus bien rare depuis que les gardiens de ce secret se sont fait un peu massacré… et la j’y suis pour rien. » Je précise au cas où elle pourrait croire que je puisse être responsable d’une telle chose. « Mais il existe plusieurs formes de magies ou d’objets qui permettent ce genre de voyage, dont des êtres appelés les Passeurs qui ont le pouvoir de faire cela, tel le Lapin Blanc. » Mais à savoir si je pourrai créer un tel objet, c’est intéressant et oui je serai surement capable de pouvoir créer un objet magique comme cette clé, mais cela prendrait surement beaucoup de temps, beaucoup de patience. « Disons que si nous ne retrouvons pas Merlin, je me pencherai sur ce sujet pour créer un objet capable de voyager entre les mondes, maintenant le soucis dans un tel cas sera d’en faire un qui vous rendrait capable d’ouvrir une porte vers le lieu où vous avez envoyez votre époux. Et la il me faudrait beaucoup plus d’informations sur ce sujet. » Je regarde les différents objets hors du coffre, venant me rapprocher à nouveau d’elle dans son dos pour regarder par dessus son épaule. Je passe ma main au dessus de certains comme des sphères contenant des formes de lueurs. « Les composantes de sortilèges sont très variés, cela peut-même être une émotion, chose assez complexe à capturer. Cela peut-être un être à part entière, ou un organe humain comme pour le sortilège de métamorphose. La magie a souvent un prix à payer, les composants sont comme des sacrifices à son utilisation. Ou encore certaines composantes sont la source même de la magie, il existe des racines, des plantes qui possèdent une forte capacité et qu’il suffit de libérer. » Je ne sais pas si elle comprendre vraiment ce que je lui explique, mais je compte bien un moment lui montrer simplement… Bon je vais peut-être éviter les leçons comme Amara, c’est à dire d’arracher le foie d’un homme bon pour user de magie car je ne suis pas certain qu’elle le prendrait bien.

« J’ai aussi apporté quelques objets déjà animés par la magie, telle l’Epée Vorpaline, ou le tapis. » Mon regard se tourne vers le tapis enroulé dans un coin, restant encore contre elle, une main posé sur sa hanche.


FICHE © SINENOMINEVULGUS
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Dim 15 Mar - 2:12


J'arrête immédiatement de toucher à cette patte lorsqu'il me dit la véritable raison pour laquelle elle se retrouve dans une boite. « Jafar, cette pauvre bête... Vous auriez pu user d'autre moyen que de la mutiler... » Je ne vais pas en rajouter... Après tout ce sont ses méthodes et même si je les déteste, ce n'est pas moi qui réussirait à les lui faire changer. Il m'explique ensuite qu'il a bien utilisé un haricot magique avec Schariar et qu'ils sont devenus rares à cause d'une tuerie. Je tourne ma tête vers lui en fronçant les sourcils et il ajoute que ce n'est pas sa faute. Qu'est-ce que je pouvais être mauvaise... Penser que c'était forcément sa faute. Il n'était pas responsable de tout, la preuve avec tous les méchants qui peuplaient Storybrooke.

J'espérais tout de même retrouver Merlin et ne pas le laisser faire le sort. Non pas que je n'avais pas confiance mais cette clé ne pouvait être la même si elle ne venait pas du même fabricant. Je m'imaginais voyager comme je le faisais avant de devenir sultane, c'était une grande bouffer d'air frais. Et si Jafar n'a plus besoin de moi, je pourrais peut-être reprendre mes voyages ? Me séparer de cet homme têtu et ambitieux m'ennuierait peut-être... Mon petit monologue en a certainement dit assez sur ce que je pense de lui et sur ce que je suis en restant en sa compagnie même si j'ai peur qu'il me change. Je laisse passer tellement de choses sans rien dire... Bon, certes, ce sont des choses passées sur lesquelles je ne peux rien changer mais quelle serait ma réaction lorsqu'il agirait ainsi en face de moi ?

Il m'explique ensuite les composantes utiles lors de sortilèges. Je suis à moitié surprise d'entendre qu'on peut utiliser des organes. « Je... ne veux pas être une experte en organes d'êtres vivants... La seule bête que j'ai tué de ma vie était un serpent de trois mètres de haut et ça m'a amplement suffit... » Une excuse... Il sait que je n'aime pas faire du mal à une personne, il comprendra j'espère. Et puis tuer quelqu'un pour utiliser son organe dans un sortilège... Je serais mauvaise, le jour où j'arriverais à faire ça, si je le fais un jour, ce qui m'étonnerai fortement.

Rien que le nom d'épée me rend dubitative... Certes, je jouais avec les épées, je savais très bien manier tout ce qui coupait – j'avais insisté à savoir me servir d'une arme lorsque j'étais sultane au cas où un jour ma vie serait en danger – mais j'évitais de l'utiliser un maximum et savoir qu'elle était en plus douée de magie... Non merci. « Je pense qu'il y a eu assez de mutilation pour ce soir... » Je souris légèrement et glisse une main sur sa joue. Je suis son regard pour le poser sur un petit tapis rouge magnifique encore enroulé. Je me tourne alors vers Jafar en enroulant mes bras autour de son cou. « Et qu'a-t-il de magique ce tapis ? » J'en profite pour lui voler un baiser. J'agis clairement comme son amante, même si je ne suis pas sûre de l'être. Qu'importe, j'aimais ça et lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Dim 15 Mar - 13:34




Jafar & Shéhérazade
1Je tente de retenir « Oui J’aurai pu… » Je m’arrête directement en me disant qu’exprimer que j’aurai pu prendre sa femelle et son enfant en otage dans un vieux cachot n’allait point être une option qu’elle apprécierait, ni qu’elle souhaiterait entendre. En tout cas je le pense, cette femme a encore trop de cœur pour supporter entendre mes habitudes ou ce qui pour moi semble normal, voir classique. Une part de moi se demande si elle continuera à me côtoyer quand elle me verra à l’action ou si son cœur, son esprit et son innocence vont finir par se faire corrompre par ma présence. Comme je m’en doutais, l’idée d’user d’une magie demandant de sacrifier un être humain n’était pas quelque chose qui pouvait la motiver, mais ce n’est pas bien grave, il existe bien d’autres sortilèges moins sanglants. Peut-être que je devrai par contre lui prévenir que la magie que j’utilise est considérée comme noire et apporte la corruption avec le pouvoir, mais ce n’est qu’un petit détail, après tout la magie blanche me semble tellement inutile et vide. Je trouve amusant l’image que la seule créature qu’elle ait vaincu dans sa vie était un serpent géant, un comble quand on pense qu’aujourd’hui la personne avec qui elle traine n’est rien d’autre qu’un être appelé le Serpent. Un signe du destin peut-être ou alors un message pour prévenir qu’un jour où l’autre elle devra me combattre.

Elle revient contre moi, ne semblant point trop s’intéresser à la Vorpaline, glissant les bras autour de mon cou à nouveau telle une réelle compagne. M’interrogeant sur le tapis avant de voler mes lèvres, me surprenant dans son comportement, agissant comme si de rien n’était au sujet de nos disputes. Ma main revient dans sa chevelure, se débarrasser de ce chignions, préférant quand elle porte les cheveux relâchés en prolongeant le contact de nos lèvres avant de repenser à sa question, ce que ce tapis a de magique. Je ne me détache point d’elle, une main dans sa douce chevelure sombre, l’autre sur sa hanche et je tourne mon regard vers le tapis sans lui répondre pour simplement siffler. Directement ce dernier se déroule de lui même pour flotter dans les airs, faire un tour complet de la pièce avant de se laisser doucement glisser au sol, comme attendant une nouvelle consigne. Il ne touche point réellement le sol, lévitant un peu. « C’est un tapis volant, un objet très rare que j’ai récupéré à Agrabah. » Dis je d’une voix plus agréable qu’au début de notre conversation, une voix montrant bien que je me suis apaisé face à elle. « Si vous souhaitez, je vous emmènerai dans les cieux plus tard, quand la ville sera plongé dans la nuit. » Après tout peut-être que le tapis volant lui donnera un instant la sensation de revivre un peu un conte d’Arabie, de se sentir libre tel un oiseau dans les airs.

Etrangement je ne me détache pas d’elle, ma main sur sa hanche la lâchant juste pour faire un geste dans le vide que toutes les composantes reviennent naturellement dans le coffret qui se referme ensuite. J’avoue, si je ne me contenais pas, cette pauvre robe pourpre connaitrait le sort que je lui avais annoncé plutôt. Je secoue un peu la tête négativement pour me reprendre et virer toutes ces pensées, la regardant sérieusement à nouveau. « Et si nous quittions ce lieu sombre pour repasser à votre rez-de-chaussée, nous pourrons discuter de ce que vous aimeriez apprendre, qu’elle forme de sortilège vous motiverait. » Dis je d’une voix calme sans pour autant me détacher d’elle, attendant de voir ce qu’elle préfère, après tout nous pouvons aussi rester ici ou sortir de cette demeure car après tout elle devait aussi un peu me présenter la ville et tout ce que je dois identifier ou connaître en ces lieux. « Parce que si nous restons ici, dans cette posture, je sais exactement comment cela va tourner ma Chère. »

FICHE © SINENOMINEVULGUS
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Dim 15 Mar - 16:15


Il détache mes cheveux et prolonge notre baiser. J'aime la sensation de sa main dans ma chevelure et me demande comment je vais me contenir pour ne pas lui sauter dessus en sachant qu'il vit à présent dans la même demeure que moi. Puis il siffle. Je fronce les sourcils sans comprendre jusqu'à ce qu'un coup de vent passe à côté de nous. En face de moi, j'aperçois le tapis, flottant dans les airs. Je suis ébahie, ravie, comment une telle chose pouvait exister et je n'en connaissais pas l'existence ? C'était encore mieux qu'une voiture... Il fait le tour de la pièce et lorsqu'il nous frôle à nouveau, je le touche du bout des doigts. Il reste ensuite au ras du sol, sans bouger. Jafar me propose alors de faire un tour sur le tapis plus tard dans la soirée et je ne peux m'empêcher de sourire. J'affiche une mine enfantine en regardant à nouveau le tapis. « J'ai hâte d'être à ce soir. »

Il retire sa main au creux de ma hanche pour ranger tous les objets grâce à un tour de magie. Il secoue la tête un instant et me propose de passer discuter au salon des prochaines leçons qu'il pourrait m'enseigner. Que vais-je bien pouvoir lui dire, je n'y connais rien ? Je devrais peut-être usé d'imagination, je tomberais peut-être pile sur un sortilège qui existe ? Me rappeler aussi de la magie que j'ai croisé pour avoir des idées et je sais qu'il m'en proposera certaine. J'espère pour le moment qu'elles seront simples et innocentes, je me vois mal faire de la magie noire alors que je suis incapable de faire du mal à quelqu'un. Mais d'un autre, il faut que je sache me défendre, prévoir un autre danger tel que Schariar, savoir me faire entendre, me défendre face à quelqu'un aussi magique que ne l'est Merlin, Jafar, Rumplestilskin, même si je ne serais jamais aussi puissante qu'eux. Je suis persuadée que la magie n'est pas une question de puissance mais d'imagination. Il faut tout prévoir à l'avance, prévoir que ses amis peuvent devenir des ennemis, que la chance tourne, que les pires choses peuvent nous arriver. Il faut toujours prévoir des issus de secours, un moyen de s'échapper de justesse au danger, de couvrir ses arrières. En tout cas, si je suis magique un jour, c'est ce que je ferais.

Mes mains sur sa nuque glissent sur son torse et mes yeux en suivent le cheminement. Il m'avoue qu'il aurait dû mal à rester stoïque dans cette position, plutôt chaste si nous la comparions aux différentes positions dans lesquelles nous nous étions retrouvées il y a de ça quelques jours. Je lui embrasse doucement la joue et glisse mes lèvres près de son oreille pour y chuchoter. « Cette attirance physique entre nous est des plus perturbantes, j'ai souvent du mal à rester concentré. Contenons nous et tout à l'heure, je vous montrerai comment se retire cette robe. » Je me détache de lui en attrapant sa main et me dirige vers le salon. Je m'installe sur le canapé, y croise mes jambes et tapote la place à côté de moi pour qu'il s'y installe. Cette discussion risquait d'être longue, très longue.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Dim 15 Mar - 19:27




Jafar & Shéhérazade
1Au moins un voyage plus féérique en tapis semble l’intéresser, il faut dire que c’est pour moi un moyen de déplacement bien plus utile et rapide que le chameau ou le cheval, me donnant une vue parfaite sur ce qui se trouve en bas, mais surtout au Wonderland cela me permettait de facilement passer de la terre ferme à mon île volante. En prime une proie a bien plus difficile de me fuir si j’emprunte la voie du ciel, mais passons, elle pourra constater tout cela d’elle même ce soir quand je lui montrerai le fonctionnement du Tapis. Je devrais surement la guider, l’aider à trouver ce qui pourrait la motiver dans la magie, mais souvent tous les pratiquants se lancent avec un objectif, voulant atteindre une sorte de puissance précise, ou un effet précis, que ce soit contrer un effet magique déjà existant, le pouvoir, la vengeance, transformer le plomb en or, … Il y a toujours quelque chose de particulier qui attire vers la magie et pousse les gens à apprendre, à trouver comment atteindre cette objectif, c’est un peu la motivation qui sert à guider les personnes vers cet art. Ma motivation avait été de me venger de mon père, et le reste s’était fait naturellement, au point d’être prêt à tout pour y arriver et quand Amara m’avait parlé du sortilège, je savais exactement ce que je voulais obtenir. Soudain elle me refait frissonner en jouant d’une nouvelle provocation, venant chuchoter contre mon oreille pour me dire que cette attirance la perturbe et lui rend la concentration difficile, avouant donc qu’il faut se contenir, chose dont je ne peux que partager un avis positif sinon il sera que plus complexe de se concentrer, mais celle ci achève en parlant de ôter sa robe plus tard avant de me guider vers les escaliers, remonter dans le salon où elle s’installe en m’invitant à faire de même. Bien entendu, en remontant j’ai agrippé Amara, ne laissant jamais mon sceptre seul sans raison, comme une sécurité, après tout elle est aussi une des composantes nécessaire pour mes objectifs.

Je reste un peu debout au début, regardant vers sa fenêtre en commençant donc à parler sur ce qu’elle va devoir réfléchir. « La magie ne s’apprend pas par la curiosité, la magie a besoin de convictions et de motivations, ces motivations peuvent venir d’émotions, la vengeance, la peur, la colère, l’amour, le besoin de protéger une personne, de sauver une personne… La magie peut venir d’un objectif, combattre des ennemis précis, protéger un village, retrouver une personne perdue… Pour trouver la magie il faut avoir de l’espoir, il faut savoir ce que tu veux obtenir. A partir de la, il suffit de suivre le cheminement étape par étape des enseignements de la magie qui pourra au bout te permettre d’atteindre cet objectif. » Il est vrai que rechercher la destruction ne sera pas un enseignement comme celui de la défense. Chercher à altérer ou enchanter ne s’apprend pas comme l’invocation ou la conjuration. « L’objectif ne change pas ce que tu es, mais la magie demande une affinité avec elle, pour cela il faut que tu crois vraiment en elle, que tu as besoin d’elle… Sinon ton esprit n’arrivera jamais à trouver une forme d’harmonie avec elle. » Je sais, cela paraît compliqué, ce n’est pas pour rien qu’il y a plus de sorciers noirs que blancs, car souvent les pratiquants sont plus motivés à cause de la haine, de la rancœur, ou d’une émotion néfaste qui permet de trouver plus facilement cette osmose. Bien sur il est loin le moment où je lui apprendrais à lancer un réel sortilège, mais en attendant je vais pouvoir identifier ce qu’elle recherche, et ainsi commencer par les potions, les artefacts et autres magies liés à cet objectif avant de passer à la case sorcellerie.

Finalement je me tourne pour venir la rejoindre, m’installant à ses cotés en posant Amara contre la table basse, mon regard sur elle pour attendre ses réponses, ses questions ou simplement voir si elle a déjà trouvé cette motivation qui pourrait la guider dans cet apprentissage. Je ne dis rien, la regarde seulement, une femme magnifique, une femme de caractère, une femme qui pourrait surement renverser des empires. Une part de moi ne souhaite que la corrompre car elle serait surement mieux ainsi, surtout si elle compte me côtoyer.


FICHE © SINENOMINEVULGUS
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   Dim 15 Mar - 21:36


La magie ne s'apprend pas par curiosité ? Déjà un mauvais point pour moi qui ne vit presque que pour ça... Mais j'avais des convictions et des motivations, la raison pour laquelle j'ai accepté. J'ai toujours mal vu la magie mais lorsque ma sœur était enfermée dans cette pierre froide et sans vie sans que je ne puisse rien y faire, un mélange d'émotions avait torturé mon cœur bien trop fragile. Mais en dehors de la colère et de la tristesse, une autre émotion avait été ressentie et m'avait poussé à vouloir apprendre : l'impuissance. Je n'aimais pas être plus forte, ou plus riche, ou plus intelligente, mais je détestais savoir que je ne pouvais pas réparer mes erreurs et pire : qu'on puisse avoir de l'emprise sur moi sans que je ne puisse rien y faire. À écouter mes mots, je devrais détester Jafar mais non, il l'a libéré pour sceller notre bonne entente, il m'apprend la magie pour y remédier. Mais j'ai tout de même peur.

Peur de quoi ? De moi, je suis certaine que si je me laisse aller à vaincre mon impuissance face aux dangers de la vie, je franchirais une limite, j'atteindrais un point de non retour. Car l'impuissance était accompagnée d'une colère difficile à contrôler et d'une tristesse dévastatrice. Serais-je capable de faire du mal comme on a pu m'en faire ? Serais-je capable de détruire une vie pour ma propre sécurité ou celle de ma sœur ? Pour sauver ma sœur, je me jetterai dans le feu, mais pour moi ? Il fallait tout de même que je sois en vie pour veiller à sa sécurité. Mais une fois que je contrôlerais la magie, si j'y arrive un jour et que je mets ma sœur en sécurité, serais-je la même personne ? Quelles seront mes objectifs et seront-ils dangereux ? Mettrais-je la vie d'innocent en danger comme a pu le faire Schariar ? Pourrais-je atteindre ses bassesses ? Je suis dubitative, certes, mais il est exclu que ma famille ne souffre encore de mes erreurs, je devais savoir les réparer quand il le fallait et me débarrasser des éléments gênants. De l'harmonie... Pouvais-je connaître l'harmonie avec la magie si je n'étais pas en harmonie avec moi-même ? Je soupirais un instant en essayant de mettre mes idées au clair. D'abord, j'apprendrais la magie pour combattre cette impuissance et ensuite, on verra où je devrais aller.

Mes yeux qui l'avaient quitté pendant ma réflexion le retrouvaient. Mes sourcils froncés traduisaient mon inquiétude. Je savais qu'un moment ou à un autre, je devrais me battre contre moi-même et je ne savais pas qui était le plus fort : ma conscience ou mon ambition. « J'ai peur, » commençais-je... je marquais une pause en cherchant les mots qui traduiraient parfaitement mes émotions. « Je crains... que si je ne laisse cette réelle motivation pour la magie prendre le dessus... Je devienne mauvaise. Que ce à quoi j'ai cru toute ma vie ne s'effondre et que je devienne tout ce que j'exècre. Croyez-moi, ce n'est pas l'amour qui sera une motivation à ma magie... Enfin, si, l'amour de ma famille, mais mon envie d'en savoir plus et de tout contrôler passe largement au dessus. Je me surprends parfois à être si imbue de moi que je dois me l'interdire. Je ne supporte pas qu'on m'écrase et la seule chose qui marche avec moi, c'est de me traiter en égal. » Je marque un temps d'arrêt en remémorant un moment qui pourrait appuyer mes mots, un exemple. « Quand j'étais petite, ma sœur et moi étions quelque peu en compétition... J'étais toujours la première mais un jour, elle avait réussi quelque chose que je n'arrivais pas à faire. J'étais si furieuse que la nuit tombée, j'ai volé son livre préféré et je l'ai brûlé pour qu'elle n'est plus jamais le plaisir de toucher cette couverture. Je m'en voulais tellement que pour me faire pardonner, je lui offrais une pile de livres tous les ans, mais rien n'arrivait à le remplacer. »

Je joue avec l'une des étoffes de ma robe, pensive, honteuse presque de lui avouer qui il m'arrivait d'être. Mon éducation définissait ce genre de personne comme des personnes avec un mauvais fond... « Une fois, j'étais tellement en colère contre Schariar qui m'avait rabaissé face à des dirigeants que je lui ai craché au visage qu'il n'était qu'un enfant à qui on devait conter une histoire chaque nuit pour lui faire passer le chagrin de la journée. Et qu'un enfant ne gouvernait pas un pays. Mon père a dû le calmer pour qu'il ne me coupe pas la tête. » Je ris en repensant à la situation, qui n'était certes pas drôle sur le coup, mais qui l'était après. « Je sais que ce sont des petites choses pour vous, qu'elles ne signifient rien, mais je me suis toujours contrôlée et je n'ai jamais dépassé les limites. Je crains ne pas être fait pour la magie, Jafar... » Je crains surtout que mon cœur devienne charbonneux.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)   


Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps passe mais n'avance pas (Shay) (-18)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-