Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 like the 10220 times before, except it's not the same anymore ▬ Berach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like the 10220 times before, except it's not the same anymore ▬ Berach    Lun 11 Mai - 18:27


L’homme restait indéniablement humain, sous sa peau. Isaura, dans son approche fallacieuse, ne pouvait se détacher d’un mince sourire, alors qu’elle captait l’agitation de son psychologue et qu’elle la ressentait, au plus profond de ses os, chassant l’impression dérangeante que cela laissait dans son propre corps. Ce n’était pas elle, là. C’était Berach. C’était lui, qui s’agitait de fugace mouvements. C’était lui qui s’était échappé de sa position de professionnel, pour se laisser tourmenter par l’effet néfaste. Et Isaura, dans une position qu’elle ne se comprenait pas, et qu’elle tarderait à comprendre, ne pouvait que s’attarder sur ce gêne, comme pour tenter de faire percer l’abcès qui n’existait même pas. Elle avait toute l’attention de Berach et d’une certaine manière, elle appréciait ça, cette position, de chasseur de mal être. Mais c’était une sorte de transe, qui n’était pas destinée à durée et, à nouveau, Isaura se retrouva sur le canapé, là où elle se devait d’être, comme si rien n’avait jamais existé, moment déjà flou dans sa mémoire et dans la présence de son être. « Nous sommes ici pour parler de vous et non de moi. » Elle secoua la tête, en un mouvement amusé, appuyant ses bras sur les accoudoir de son siège. Il y avait bien une philosophie qui disait que les autres n’étaient que le reflet de soi-même, non ? Elle pourrait toujours le lui relancer à la figure, même s’il aurait été meilleur à ce jeu, qu’elle. Il restait un psychologue, aussi perturbé pouvait-il l’être à l’instant.

La part qu’elle ne connaissait pas. Isaura avait cette sensation qu’il n’y avait pas qu’un morceau, qui lui manquait. Elle avait ça, lourd et absent, à l’intérieur de son être, marquant une carence vivace, à laquelle, pourtant, elle avait continué de vivre avec, et qui se faisait de plus en plus pesante, avec les années. Peut-être que ceci aurait-il eu raison d’être. Il était dit que la cleptomanie n’était que la pointe de l’iceberg. Qu’est-ce qu’il y avait, encore de plus profond, et qu’Isaura n’arrivait pas à sonder ? « Et est-ce que j’aurais la réponse à ce dilemme un jour, doc ? Est-ce qu’on trouvera la réponse ensemble ? » Après tout, c’était ce pour quoi il était payé également. Il fallait que la petite Isaura avance, qu’elle arrête de se perdre dans les méandres d’une réalité qu’elle était la seule à capter. « Ni la seule à penser que cette ville semble... fausse. » Il y eut un sourire, moqueur, qui se tordit vite en une grimace. N’y avait-il rien qu’ils pouvaient faire, contre cette pensée ? Après tout, il devait bien y avoir une chose à faire, s’il n’y avait pas que son esprit malade qui était derrière tout ceci. N’est-ce pas ?

Mais c’était s’éloigner du sujet principal, de s’attarder sur cette ville. Il restait Isaura, qui était en consultation, et dont le cadre avait été vaguement perdu. « Souhaitez-vous parler d'autre chose ? Pourquoi un loup ? » Vraisemblablement, elle n’aurait pas son mot à dire. Alors, Isaura posa son regard sur le loup en papier, comme si c’était la première fois qu’elle le voyait. Elle afficha une mine surprise, passant une main dans ses fins cheveux. « J’aurais plutôt vu un ours. » Elle pencha un peu la tête sur le côté, une moue joueuse sur ses lèvres. « Et vous, pourquoi avoir vu ça ? Pourquoi un loup ? » Ce n’était qu’une taquinerie, qu’elle ne désirait pas reprendre. Berach était revenu dans son rôle de psychologue, elle n’aurait qu’à revenir dans son rôle de patiente – même si elle ne se souvenait pas avoir fait ce loup de papier (tout restait vague). Alors, elle poussa un faible soupir, fouillant dans sa mémoire. « Parfois, je rêve d’une grande bête, qui se tient debout un peu comme un grizzli. » Elle eut un geste, ne voyant plus l’homme, mais réussissant à capter la figure de l’animal. Comme s’il était présent. « Généralement, le tout reste flou, perdu, brutal. » Elle secoua la tête. « Vous allez me parler de tout l’inconscient, machin machin. Mais si je ne sais pas très bien ce que je suis, je sais ce que je ne suis pas. » Et brutal, elle ne l’était certainement pas, Isaura.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like the 10220 times before, except it's not the same anymore ▬ Berach    Mar 12 Mai - 16:23




Berach avait envie que la séance ce termine. Parallèlement, il voulait qu'elle continue. C'était assez étrange, comme sensation. Il se sentait mal à l'aise tout en se sentant bien, quelque part. Ses deux personnalités étaient exposées. Celle du monde des contes et celle de Storybrooke. Le Berach du passé se réveillait doucement en laissant quelques indices, en se faisant entendre par le biais de sensations. Le Berach du présent était intrigué par la jeune femme face à lui et par tout ce qu'il entendait de sa bouche. Tout sonnait faux, tout sonnait vrai. La ville de Storybrooke semblait trop parfaite pour être réelle. Le sentiment d'Isaura, lui, était justifié. Tant de paradoxes qui allaient donner un mal de crâne au psychologue. Il était déjà certain de passer la moitié de sa soirée à cogiter sur cet entretien. Il n'allait même pas exclure la possibilité qu'Isaura avait une influence sur son soudain comportement. Avant la séance, Berach n'avait ressenti que de légères différences dans la ville. Maintenant, il semblait ouvert à quelques possibilités. Comme si sa paranoïa s'était aiguisée. C'était absolument stupide. Il ne pouvait pas se permettre de penser au complot ou à dieu sait quoi d'autre. Pas question de laisser la moitié de ses clients à Archie. Il avait déjà bien assez de travail avec le fils du Maire.

« Et est-ce que j’aurais la réponse à ce dilemme un jour, doc ? Est-ce qu’on trouvera la réponse ensemble ?» Berach observa un point invisible à travers ses lunettes. Il regardait vers Isaura sans l'observer totalement. « Tous les dilemmes peuvent être résolus. » Jouant le philosophe incompréhensible, Berach se contenta de cette simple réponse avant de continuer. Il reparlait de cette ville, de son atmosphère, mais ne voulait pas trop s'étendre sur le sujet non plus. S'il commençait à faire germer cette idée dans la tête de sa patiente, qui sait ce que son acte pourrait engendrer comme conséquences, même si c'était un simple détail.

Le sujet devait changer, rapidement. Berach observa donc l'animal en papier. Il voyait bien un loup et semblait convaincu. Mais Isaura n'en avait pas fini avec lui. « J’aurais plutôt vu un ours.» Le psychologue pencha la tête sur le coté. Ses sourcils se froncèrent, rétrécissant ses yeux. Il ne voyait aucune forme d'ours. Isaura se jouait-elle de lui ? « Et vous, pourquoi avoir vu ça ? Pourquoi un loup ?» Il leva les yeux et ne put s'empêcher de rire. Il reprit son carnet et nota quelques lignes. « Votre ours est drôlement fin, alors. » Il observa à nouveau la forme en papier. Pas de doute, il se tenait sur quatre pattes et avait une silhouette de canidé. « La question est plutôt pourquoi vous, vous voyez un ours dans votre création ? Nous ne pouvons quand même pas voir deux choses différentes avec un simple animal en papier. » Il repensait à cette horrible robe qui avait secoué le monde entier. Bleue et noire, blanche et dorée. Pourvu qu'il n'ait pas à revivre ça. Pas avec un stupide origami. « Parfois, je rêve d’une grande bête, qui se tient debout un peu comme un grizzli. Généralement, le tout reste flou, perdu, brutal. Vous allez me parler de tout l’inconscient, machin machin. Mais si je ne sais pas très bien ce que je suis, je sais ce que je ne suis pas. » Intéressant. Berach l'observa encore un moment et afficha un sourire. « Vous percevez donc un animal qui hante vos rêves ? Il pourrait représenter autre chose que ce que vous êtes. Plutôt, quelqu'un qui est dans votre esprit, dans votre subconscient. Quelqu'un qui prend la place d'un grizzli. Le fait qu'il soit debout peut laisser penser qu'il s'agit d'une personne supérieur à vous, que vous n'arrivez pas à atteindre ? »

Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like the 10220 times before, except it's not the same anymore ▬ Berach    Jeu 14 Mai - 11:55


Oh, Isaura venait de gagner un rire de la part de son psychologue. L’amusement fut presque contagieux et, en miroir de celui-ci, elle se permit un mince sourire, qui ne la laissa en rien désemparée par la réaction de Berach. « Votre ours est drôlement fin, alors. La question est plutôt pourquoi vous, vous voyez un ours dans votre création ? Nous ne pouvons quand même pas voir deux choses différentes avec un simple animal en papier. » Isaura, lentement, pencha la tête sur le côté, ne regardant nullement son origami de fortune – pour tout dire, elle se moquait bien de ce qu’elle avait fait (et dont elle ne se rappelait pas avoir fait, mais c’était une autre question que celle-ci) – laissant son regard bleu, électrique et mutin, suivre les réactions de Berach. Ses fins sourcils se plissèrent, ajoutant une petite ligne de concentration sur son front, alors que ses doigts, lentement, dessinaient les contours de son siège. « Et pourquoi pas ? Là est tout le test de Rorschach, et lui, il fait ça avec de l’encre. » Elle passa une main dans ses cheveux, la malice tournoyant entre ses grains d’or. « Est-ce que ça vous dérange tant que ça, que je n’y vois pas un loup, doc ? » Elle n’eut aucun sourire, s’enfonçant un peu plus dans le canapé, décroisant les jambes, les étendant devant elle.

Finalement, elle donnerait un semblant de réponse, Isaura. A propos de ses rêves. Et ca, elle savait que le psychologue s’y intéresserait. De ce qu’elle avait compris, grâce à Freud, l’inconscient était un puits d’explication. Puits qu’Isaura ne voulait pas vraiment comprendre. Elle avait déjà du mal à saisir la logique dans les réactions de sa conscience, alors s’il fallait creuser encore plus profondément… « Plutôt, quelqu'un qui est dans votre esprit, dans votre subconscient. Quelqu'un qui prend la place d'un grizzli. » Elle fronça un peu les sourcils, son regard se détachant enfant de Berach, pour glisser, jusqu’à fixer un point qui n’existait pas. Elle n’était plus là, elle était à la poursuite de ce fameux grizzli, cherchant qui pouvait bien être. Elle aurait pu répondre Miram, mais ça n’aurait été que pour se moquer de la personne de son oncle. Il n’avait rien de violent. Lui, il était aussi paisible que les flots. « Le fait qu'il soit debout peut laisser penser qu'il s'agit d'une personne supérieur à vous, que vous n'arrivez pas à atteindre ? » Qu’elle n’arrivait pas à atteindre ? C’était une notion complexe, pour Isaura. Il y avait beaucoup de choses, qu’elle n’arrivait pas à toucher, pas même à effleurer du bout des doigts. Mais les gens, ça, parfois, elle avait l’impression qu’elle les sentait, sur ces doigts, qu’elle grattait sans le vouloir, la surface des gens, et qu’elle sentait, ce que parfois, elle n’aurait pas dû.

Et elle n’avait pas assez de considération pour le genre humain, pour considérer qu’il y avait quelqu’un de supérieur à elle. Se concentrait-elle sur le mauvais terme ? Elle garda le silence, longtemps, son regard ne bougeant pas de là où il s’était arrêté, sérieuse et réfléchie. « Peut-être que c’est vous. » C’était toujours flou, ses yeux, et elle ne s’entendit pas vraiment le prononcer. Finalement, elle battit des cils, le sérieux s’effaçant progressivement, pour laisser une certaine jovialité sur ses traits. « Après tout, Berach, ça fait un peu ours, n’est-ce pas ? » Mais c’était tout. Elle ne le considérait pas comme violent, ni comme supérieur – elle aurait été incapable de lui parler ouvertement, si ça avait été le cas. « et vous êtes, en quelque sorte, inatteignable. »
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: like the 10220 times before, except it's not the same anymore ▬ Berach    Mar 19 Mai - 12:32




Cet animal en papier allait perturber Berach pour le restant de sa journée. Décidément, Isaura n'était pas une patiente comme les autres. Surtout en ce moment. Avant, tout était plus simple. L'arrivée d'Emma avait pas mal bousculé les esprits. Les séances du psychologues allaient être de plus en plus complexes. Il le ressentait au plus profond de lui, alors que l'animal en papier le narguait sur le bureau. Il avait la forme d'un loup. Un simple loup. « Et pourquoi pas ? Là est tout le test de Rorschach, et lui, il fait ça avec de l’encre.» Le teste de Rorschach ? Berach ne pensait pas qu'il s'agisse exactement du même procédé pour l'origami. Mais, après tout, pourquoi pas ? La séance était étrange, autant continuer en ce sens. « Si on veut, oui. » Berach n'était pas convaincu. Il jouait au têtu, s'accrochant à son idée, alors que son rôle était d'être ouvert à toutes les possibilités. « Est-ce que ça vous dérange tant que ça, que je n’y vois pas un loup, doc ?» Le psychologue avait toujours le regard posé sur cet animal en papier qui semblait s'animer. Il pouvait entrevoir des flash d'images dans son esprit. Un loup féroce, aux crocs acérés, capable de se tenir debout. Sa silhouette était imposante, un peu comme celle d'un homme à la musculature prononcée. Berach retira ses lunettes pour presser ses doigts contre ses paupières. Comme si ce geste allait chasser les images imprimés dans son esprit. « Disons que pour la première fois depuis que je fais ce métier, oui, ça me dérange un peu. Mais, vous l'avez dit. C'est peut-être comme pour le test de Rorschach. »

Fort heureusement pour Berach - ou pas -, le sujet de l'ours dévia sur un rêve que faisait Isaura. L'occasion pour le psychologue de tenter de comprendre pourquoi sa patiente n'avait pas la même visions des choses pour cet origami de malheur. « Peut-être que c’est vous. » Qu...Quoi ? Lui ? Berach fronça les sourcils en observant sa patiente, qui semblait dans un état second. La séance ferait mieux de rapidement se terminer, car ils avaient tous les deux l'air d'entrer dans des phases de transes inexplicables. « Après tout, Berach, ça fait un peu ours, n’est-ce pas ?» Si ce n'était que ça. Berach restait attentif à la réaction de la jeune femme, qui avait encore quelque chose à dire. « et vous êtes, en quelque sorte, inatteignable.» Là, Berach avait besoin d'explications. Il s'avança sur son bureau, y posa ses coudes et dévisagea la jeune Isaura à travers ses lunettes. « Pourquoi suis-je inatteignable ? Après tout, vous pouvez facilement venir me parler, dès que vous en avez l'occasion. »

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: like the 10220 times before, except it's not the same anymore ▬ Berach    


Revenir en haut Aller en bas
 

like the 10220 times before, except it's not the same anymore ▬ Berach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-