Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 La solitude vivifie, l'isolement tue. - Jamie Firenight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: La solitude vivifie, l'isolement tue. - Jamie Firenight   Mer 29 Avr - 15:28






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [X] Présent
Date du rp : 29 avril 2015
Météo (approximative) : Une légère brise, un peu froid !
Matin, après-midi, soir : Après-midi
Votre sujet prend en compte une intrigue ? : [] oui, la n°xx [X] non
Statut du sujet : [] libre [X] privé
Statut du rp : [X] en cours [] terminé (à changer dès que vous terminez votre sujet pour qu'on puisse le verrouiller. Merci )





Dernière édition par Shay Davis le Mer 29 Avr - 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: La solitude vivifie, l'isolement tue. - Jamie Firenight   Mer 29 Avr - 15:53




La solitude vivifie ; l'isolement tue.
(Blaise Pascal) ▽ Curiosité n’est que vanité. Le plus souvent, on ne veut savoir que pour en parler.
Il est vrai... Il est vrai que j'ai tendance à casser ma routine depuis quelques jours – chose qui ne me ressemblait pas du tout ! J'avais une tendance presque maladive à vouloir que tout soit à la place qui leur était prédestinée. On aurait pu croire que lorsque j'ai pris la garde de la fille de mon frère défunt, mes habitudes seraient chamboulées. Il n'en était rien. Je continuais à me coucher à la même heure, je continuais à boire mon chocolat devant mon feu de cheminée en hiver, je continuais à lire des tas de bouquins et à en écrire des tas d'autres. J'avais juste fait de légères concessions : je cuisinais pour deux, dorénavant. Il m'arrivait de devoir arrêter d'écrire plus tôt pour l'aider dans ses devoirs et aussi, il m'arrivait de bloquer un après-midi pour rencontrer ses professeurs. Même si mes habitudes étaient peu changées, je l'aimais énormément.

Alors qu'est-ce qui pouvait bien me chambouler autant, alors que l'arrivée d'un enfant ne la bouscula qu'un peu ? Et bien, je ne pouvais pas mettre de mot sur ce qui était arrivé. C'était étrange, comme si... comme si je voyais les choses d'un tout autre point de vue. Très inhabituel. Je n'aimais pas les rumeurs qui circulaient, elles étaient toujours futiles et mesquines, mais cette fois-ci, je ne pus m'empêcher de m'arrêter pour écouter. Une nouvelle personne était arrivée en ville et comptait s'y installer. Notre ville était si petite que je n'étais pas sure que la ville voisine connaisse notre existence. C'était une effervescence invisible en ville, tout le monde était excité sans le montrer, très particulier.

Ce qui m'encouragea à rester encore plus recluse dans ma maison, malgré les plaintes de Wendy à chaque fois qu'elle partait pour le lycée. Je me savais associable, je ne le cachais à personne et je me complaisais dans cette solitude.

Aujourd'hui, je m'étais particulièrement concentré sur les personnages de mon nouveau livre. J'étais méticuleuse, à chaque livre, je commençais des tas de fiches personnages pour pouvoir me mettre dans leur peau : sa psychologie, ses centre d'intérêt, son allure, ses défauts, ses qualités... Je faisais des arbres généalogiques et des chronologies pour que tout soit parfait. Après des heures à planifier mes livres, je décidais de prendre l'air dehors. Je m’asseyais sur les escaliers en face de ma porte d'entrée en buvant un café chaud. En respirant doucement, j'entendais un bruit dans la forêt face à moi. Je fronçais les sourcils et entrais rapidement chez moi pour prendre mon fusil : je ne m'étais jamais retrouvée face à une bête sauvage mais je restais toujours sur mes gardes, c'était les risques que je courrais en habitant ici. Du haut de mes talons de douze centimètres, je m'enfonçais dans la forêt agilement en rechargeant mon arme puis la pointais face à moi en espérant ne croiser personne. Soudain, une personne surgit à ma droite. Une chance que je remarque qu'il ne s'agissait pas d'un loup ou d'un ours rapidement, j'aurais pu lui tirer dessus. Je fronçais les sourcils, sans baisser mon fusil en détaillant le jeune homme face à moi.

« Vous n'avez rien à faire ici. »
(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: La solitude vivifie, l'isolement tue. - Jamie Firenight   Dim 3 Mai - 13:01





Ses poumons et sa tranchée le brûlaient comme jamais, horrible sensation qui le prenait au pire moment qui pouvait bien exister à cet instant, alors qu'il courait à travers dans toute la petite ville de Storybrooke comme un dératé. Jamie ne cherchait pas vraiment les embrouilles, s'il pouvait les éviter c'était avec une joie immense et non dissimulable qui le faisait, sauf que malheureusement pour lui souvent c'était eux qui venaient à lui sans qu'il n'ait rien demandé à personne. Sérieusement comment aurait-il bien pu deviner que cette fille avait un petit copain aussi jaloux que ça ? La prochaine fois qu'une minette lui dirait que ceci resterait un secret entre eux, qu'il n'y avait aucun moyen pour que son homme ne soit au courant, inutile de dire qu'il n'écouterait pas et passerait son chemin sans rien demander. Juste qu'à recommencer une autre fois, comme la théorie des fins de soirée où l'on promet de ne plus jamais boire comme ça mais qu'on remet ça dès que l'occasion se présentait, il en était toujours ainsi. Une habitude en somme, presque un besoin comparable parfois à une sorte de drogue, sauf que cette fois-ci le résultat ne lui offrait que la fuite possible en vue du gabarit du type qui s'était présenté à la boutique tellement furax qu'il n'avait pas eu d'autres choix que de déguerpir aussi vite qu'un lapin face à un prédateur. Maintenant il était transformé en un véritable Assassin's Creed qui essaye de semer son poursuivant, autant en tentant de lui mettre des obstacles que de feinter en passant par divers ruelles, jusqu'à ce qu'il arrive à la lisière de la forêt où il ne pouvait que de s'engouffrer sans regarder en arrière.

Au bout d'un moment il avait arrêté de courir, apparemment il avait réussi à semer ce type, ne pouvant que reprendre longuement son souffle alors qu'il observait les environs. Honnêtement il avait beau presque toujours avoir vécu à Storybrooke, parcouru plusieurs fois les bois étant enfant, son sens de l'orientation était complètement perdu au beau milieu de ses bois. Jamie avait tellement tourné, évitant de courir en ligne droite par crainte de signer quelque part son arrêt de mort de cette manière, qu'il n'avait porté aucune attention au chemin qu'il avait bien pu prendre. Retrouvant une respiration bien plus normale, même si la soif gagnait progressivement du terrain et permettre aussi au corps de se remettre de ce sport improvisé, il lui fallait éviter de s'éterniser trop au même endroit car après tout personne ne pouvait dire ce qui traînait exactement dans la forêt. Gibiers mais surtout animaux plus gros et dangereux, peut-être des ours qui avaient une certaine faim après avoir autant hiberné, n'ayant aucune envie de se retrouver face à face avec de telles bêtes mais surtout de finir comme casse-croûte. En d'autres circonstances Jamie aurait pu apprécier de se balader ainsi à l'air libre, appréciant que très moyennement d'être enfermé et avait presque le besoin vital de toujours être en mouvement, mais à cause du fait qu'il n'avait aucune idée d'où il pouvait bien être rendait cette promenade improvisée n'était pas à la hauteur de ses espérances.

À en croire son portable ceci devait bien faire une heure qu'il tournait désormais en rond, ne sachant s'il s'éloignait ou au contraire se rapprochait de la ville, commençant légèrement à désespérer de s'être vraiment perdu pour de bon jusqu'à ce qu'il arrive à distinguer de loin à travers les troncs ce qui ressemblait à une maison. Sauvé ! C'était la première chose qui lui venait à l'esprit, se détendant bien plus à cette vision lointaine, se demandant tout de même si le bâtiment pouvait servir à la chasse ou était un lieu d'habitation bien que répondre à cette question était difficile du point de vue où il se trouvait. Personne ne s'isole ainsi dans la forêt en tout cas, il en aurait entendu parler très certainement or de mémoire ça ne lui disait rien, du moins à ses yeux il en était ainsi tant il avait besoin de vie autour de lui. Son sentiment de sécurité s'accentua en apercevant une silhouette au loin, lui indiquant qu'au moins il y avait de la vie humaine dans le coin ce qui pouvait être assez rassurant, n'attendant pas un seul instant pour trottiner rapidement à sa rencontre. Mauvaise idée. Très mauvaise même. Jamie s'était arrêté net en voyant l'arme ainsi pointée sur lui, levant par réflexe les mains pour prouver qu'il n'avait rien sur lui et n'avait aucune mauvaise intention, se disant que finalement ce n'était peut-être pas une aussi bonne idée que ça d'approcher du coin.

« C'était justement ce que j'étais en train de me dire en voyant de fusil ainsi pointé sur moi vous savez ! En fait je me ferais une joie de partir au plus vite et de vous laisser à vos occupations, comme peut-être tiré sur des pauvres promeneurs, le problème est que je suis en quelque sorte... perdu... En fait en voyons votre habitation au loin je me suis dit que je pourrais peut-être trouver de l'aide... »

Savoir que l'être vivant qui fallait le plus craindre dans cette forêt était peut-être en face de lui, sans doute aurait-il mieux valu un ours en fin de compte, ne faisait pas vraiment ses affaires. Pourtant il ne put s'empêcher de l'examiner du regard, admirant longuement ses jambes et surtout le fait qu'elle soit ainsi perchée sur des tallons si haut, après tout rien ne l'empêchait vraiment de pouvoir ainsi admirer la vue et ici il y avait de quoi se délecter. Ne pouvant retenir un léger sourire qui en disait bien long, il aurait tort de s'en priver après tout, Jamie amorça l'idée qu'il n'était peut-être pas si mal tombé que ça au final.

« Vous avez c'est assez dangereux d'avoir une arme de la sorte, vous pourriez vous blesser avec et il faut avouer qu'il serait dommage qu'il arrive quelque chose à une femme comme vous, vous ne trouvez pas ? »

Petit numéro de charme en passant, toute son attention se portait désormais sur elle, baissant doucement les mains alors qu'il tendait l'une d'elle pour récupérer l'arme pour éviter un regrettable et bête accident.





copyright Bloody Storm

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La solitude vivifie, l'isolement tue. - Jamie Firenight   


Revenir en haut Aller en bas
 

La solitude vivifie, l'isolement tue. - Jamie Firenight

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-