Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 Happy Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Happy Halloween   Mer 6 Mai - 13:48






formulaire d'intro


Type du sujet : [X] Flash-Back [] Présent
Date du rp : lL'année avant que le Sort Noir ne soit lancé
Météo (approximative) : Gris, sombre
Matin, après-midi, soir : Soir
Votre sujet prend en compte une intrigue ? : [] oui, la n°xx [x] non
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé




Le moindre jour passant était un rappel constant de la menace que représentait aujourd'hui la Méchante Reine. A chaque fois que je voyais le soleil se coucher sur le bras de mer d'où reposait ma demeure, je me disais que Régina se rapprochait un peu plus chaque jours de son terrible objectif : la lancée du Sort Noir. Lorsque j'avais mis la main sur cette malédiction, j'ai d'abord pensé à la jeter sur Stefan et sa famille, mais me rendant compte de la puissance que pouvait avoir ce sort je me suis résigné : cela aurait certes punit mes ennemis mais aurait mis en péril l'intégralité de la Forêt Enchantée. Je me trouvais dans la plus haute salle de la plus haute tour de la Forteresse Interdite, éprouvant un désire intense de rivalité. Régina était une personne qui je considérais énormément, c'est elle qui m'avait poussé à renaître de mes cendres, m'incitant à cueillir le fruit de la vengeance pour le croquer à pleine dent, sentir le goût de la souffrance glisser sur ma langue et le désespoir d'autrui se broyer entre mes dents. Je n'avais jamais cherché à reprendre ce que j'avais crée sur cet arbre : l'étincelle de magie naît de mes entrailles de dragonne. Jusqu'au jour où la fille de la Reine de Cœur se présente à moi, cherchant elle-même la revanche. Au final, c'est moi qui a tiré plus de leçon d'elle qu'elle n'en a eus de moi et aujourd'hui elle ne menaçait pas seulement ces ennemis mais toute la Forêt Enchantée, de la côte Ouest jusqu'à la Forêt Sans Fin, en passant par la baie des sirènes et les contrées enneigées du grand nord. Je me devais de trouver un moyen de contrer cette malédiction, non pas pour les moineaux, les nains et les fées mais pour moi et moi seule.
Dans cette tour, Diablo reposant sur l’orbe de mon sceptre alors que les livres de magie lévitaient autour de moi. J'avais épluché les grimoires des mes défunts parents mais rien ne semblait capable de contenir ou d'échapper au Sort Noir. Ce n'est que très tard le soir, alors que les bougies éclairaient le plancher que j'ai mis la main sur une possible parade : le seul problème était de savoir jusqu'où s'étendrait la puissance et la volonté de la Méchante Reine. Et même si je n'avais jamais vus littéralement le cœur de l'autre sorcière, je savais que depuis sa jeunesse son âme était teintée de regrets et le cœur fournit de ténèbres. Blanche-Neige n'était encore qu'une gamine lorsque ce sinistre dessein se mit en place, et donc la force de frappe qu'assènera la malédiction sera sans aucun doutes tout aussi forte. Le moyen que j'avais trouvé, c'était de quitter la Forêt Enchantée avec pour seule arme l'espoir. L'espoir que là où j'arriverais, la magie de la Reine ne m'attendrait pas. C'est dans un grimoire de feu mon père que j'ai trouvé l'accès à un autre monde.
Voyager entre les mondes était une chose compliquée mais si mon père y était arrivé je pouvais certainement y parvenir. Je n'aime pas assumer être plus forte que ne l'était mes géniteurs mais peut-être étai-ce le cas. J'avais décidé de ne pas prolonger ma famille, et pour cause je me rappel encore qu'enfant je refusais de pratiquer la magie. Et lorsque j'y fus contrainte je m'étais jurée de ne pas causer de mal, voilà maintenant où j'en suis : Maléfique, une sorcière recluse de la société redoutée parmi les Méchants. Je ne voulais pas que mon fils ou ma fille ne subisse le même sort, quand bien même je lui inculquerait les valeurs morales nécessaires, la magie noire coule dans les veines de ma famille depuis des générations et on ne peut pas esquiver ce que l'on est.
Le monde dans lequel je voulais me transporter était une ville sombre, effrayante dans laquelle les monstres, sorcières et esprits vivaient en communauté. Plus mes recherches sur cette ville d'Halloween avançait, plus je commençais à comprendre pourquoi un tel lieux pouvait intéresser mon père, peut-être considérait il l'hypothèse de s'installer avec sa famille là bas, étant donné que nos pouvoirs et nos actes légers nous répertoriaient comme mauvais. Ce n'est qu'avec mes agissements que le monde a oublié ma famille mais a bien retenu la sorcière Maléfique. J'ai rattrapé mon sceptre, réveillant Diablo qui poussa un léger cri. Les mains gantées, j'étais vêtu d'une longue et ample robe noire aux motifs en velours d'un violet sombre, représentant des fleurs. J'avais laissé mon heaume à cornes de dragon pour me déplacer en discrétion, et quand bien si cette ville était un autre monde nul ne saurait qui je suis, même avec mes signatures. Je me suis avancée jusqu’au balcon, tendant les mains en serrant entre mes doigts encore libre un pendentif à l'effigie d'une citrouille ornée d'yeux et d'une bouche, qui semblait provenir de ce monde. Le sang contenu dans l'orbe de mon bâton permettrait de lier mon père, à son voyage à la ville d'Halloween via le collier. J'ai entamé le sortilège avant de disparaître dans une nuée de corbeaux.

Lorsque j'ai cligné des yeux, quelques secondes après avoir récité l'incantation, je me suis retrouvé dans une forêt, noire et sombre. Il faisait nuit et pourtant pas si froid que cela. Diablo volait au dessus de la cime des arbres avant de se diriger vers un chemin parmi les arbres gris. Je me suis avancé, doucement jusqu'à apercevoir une ville éclairée d'orange, bleu, rouge et violet. La ville ressemblait à une onyx dans un nid de cendres. La lune, démesurée semblait veiller sur cet endroit. Sinistre certes mais à la fois attirant et mystique. J'ai finis par poser mes talons sur un chemin en dalles pour m'aventurer dans les ruelles de la ville, mon familier finis par me rejoindre après avoir étudié les lieux, m'accompagnant jusqu'à la place principale où siégeait une fontaine sculptée dans un métal sombre, représentant un serpent ou peut-être un dragon d'où s'écoulait une eau verte. L'endroit était étrange, du moins pour les paysans ou les célèbres et méprisants Héros, mais pour une personne méchante la noirceur paraissait banale. Les humains sur la place était rare, il s'agissait surtout de fantômes, de créatures inhumaines ou de sorcières à la peau grisâtre riant de façon hystérique sur des balais. Mon regard azur longeait les lieux avant qu'un chien à la queue et au thoras décharnée ne s'approchant vers moi, aboyant sur mon corbeau qui l'air hautain penchait sa tête sur le côté en guettant l'animal qui n'avait plus rien de vivant si ce n'est sa vivacité et ses aboiements. Soupirant je regardais ailleurs sans tenir rigueur aux animaux jusqu'à ce que mon familier ne s'envole, attirant le chien je ne sais où.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Happy Halloween   Dim 10 Mai - 18:10





La ville était plongée dans une effervescence sans nom, les habitants s'activaient un peu plus chaque jour au point d'être comparable à une véritable fourmilière, Halloween approchait à grands pas et la joie pouvait se sentir dans le moindre recoin tout en s'accompagnant d'un brin de malice. Sauf chez lui. Lui, le grand Jack Skellington, roi incontesté des citrouilles et du 31 Octobre ne ressentait qu'un profond vide dans son être qui ne faisait que croître à chaque seconde qui passait. Sa fête adorée ne lui offrait plus aucun frisson comme ceci était jadis le cas, le feu ardent intérieur qui l'animait n'était plus qu'un tas de cendres qui le torturait et le tirait vers le bas, après des siècles d'organisations année après année la lassitude avait pris la place de l'engouement. Depuis la naissance de cette fête dédiée aux cauchemars, à la malice et la farce, le squelette avait tant le sentiment d'en avoir fait le tour que la passion n'était plus là. Les fantômes, le macabre, le orange et noir, les mauvais tours, l'effroi. Tout ceci n'avait plus aucun sens à ses orbites, comme si tout ceci était en train de le tuer lentement comme un terrible poison alors qu'il ne pouvait mourir, sans savoir exactement depuis combien de temps ce sentiment oppressant avait élu domicile dans son crâne. Au début ceci n'avait été qu'une simple impression, il avait tant à faire qu'il ne s'en était aucunement occupé, mais bien trop rapidement cette ombre au tableau venait à l'engloutir sans qu'il puisse trouver la moindre solution. Les années se succédaient et devenaient synonymes de déprime grandissante, ce qui était une impression avait grossi à un stade où il lui était désormais impossible de revenir en arrière, et ce Halloween qui arrivait ne faisait en aucun cas exception à la règle.

Fièrement le souverain se tenait devant les musiciens, qui lui présentaient le nouvel air devant être joué d'ici quelques semaines, souriant comme à son habitude tout en acclamant des félicitations et offrant des conseils pour améliorer le tout dans sa manie méticuleuse. Il lui était impossible de venir abandonner son rôle, il était le pilier qui soutenait tout ici, même si l'idée de renoncer à son titre semblait si tentante ceci ne lui était nullement permis. Personne ne pourrait comprendre, autant ce manque d'euphorie de sa part que d'un tel renoncement qui serait inimaginable, s'étant ainsi à la longue convaincu que c'est seul qui devrait porter ce fardeau devenant pesant. L'épouvantail ainsi portait au sens figuré un masque qui ne le quittait jamais en public, se l'interdisant pour maintenir une stabilité dans sa citadelle chérie et éviter les rumeurs de la part de ses habitants, seul son fidèle chien fantôme pouvait le voir à son état naturel d'abattement dans lequel il s'engouffrait. Aucun réel moment de répit ne lui était accordé, encore moins à l'approche d'Halloween, sollicité de toute part pour le moindre petit sujet et ainsi prendre les décisions. Jack devait ainsi offrir une attention sans failles mais surtout sans répit à la fête des citrouilles, ne lui offrant aucunement la possibilité de se changer l'esprit ou d'avoir une tout autre activité, passant de ce fait trois cent soixante-quatre jours à en préparer un spécial. La routine était ancrée et tenace, aucune échappatoire n'était envisageable, désirant ardemment être en contact avec quelque chose ou quelqu'un qui n'aurait rien à voir avec son monde si sombre même si l'animation était toujours présente ici et encore plus la nuit au point de ne plus y porter un intérêt. Si Zero n'aurait pas aboyé il serait resté dans sa léthargie, suivant de ses orbites vides ce qui lui indiquait, ayant ainsi le loisir d'apercevoir de l'autre côté de la place centrale un spectacle inattendu.

Le squelette connaissait parfaitement le moindre individu faisant parti intégrant de la citadelle, rien ne pouvait lui échapper de ce côté-ci, dès l'instant qu'il vit cette femme il savait pertinemment qu'elle n'était nullement d'ici. Il ne fallut qu'un seul regard pour capter aussitôt la curiosité de Jack, voyant cette étrangère comme sa promesse d'inconnu et de surprenant, ne pouvant rester un seul instant de plus à sa place et laissant tout derrière lui pour diminuer la distance qui les séparait en de grandes enjambées joviales. À mesure que ses pas le rapprochait de cette inconnue il avait ainsi le loisir de la détailler un peu plus, de sentir au fond de lui un sentiment positif qu'il n'avait ressenti depuis bien trop longtemps, intrigué par cette étrange créature qui était à première vue humaine. C'était inédit. Ici tout le monde était d'une certaine manière sorti d'un cauchemar, lui y compris dû au fait qu'il était un squelette vivant, or à leurs yeux ceci était la normalité et l'inverse était donc de l'ordre du bizarre. Les questions dans son crâne fusaient comme jamais, il voulait tout savoir à son sujet et comment était-elle donc arrivée à Halloween Town, la promesse que peut-être il se trouvait une tout autre vie en dehors des cris d'horreur et où la joie était vraiment synonyme de bonheur non pas de farces. La nouveauté était ce qui faisait le plus défaut dans sa vie, au final les tours pour la fête étaient toujours les mêmes et la routine n'offrait qu'un quotidien sans saveur, mais à cet instant l'épouvantail avait l'espoir que les choses allaient changer grâce à cette femme et peut-être même raviver sa passion pour Halloween. Escaladant sur le bord de la fontaine pour prendre de la hauteur et ainsi de la prestance, après tout il n'en demeurait pas moins roi avec un ego important, écartant doucement les bras pour illustrer une révérence de manière assez théâtrale alors qu'il faisait ainsi face à cet être fait de chair.

« Je suis Jack Skellington, roi d'Halloween et des Citrouilles, pour vous servir et je vous souhaite un joyeux Halloween ! C'est la première fois que je vois une créature de votre genre d'aussi près, vous avez l'air étrangement constitué, nous n'avons que très peu de visiteurs dans notre humble cité mais je vous prie de croire que nous savons très bien recevoir ! »

Sautant de son estrade provisoire et improvisée, abordant un sourire rayonnant alors que la curiosité grandissait intensément, approchant de la femme. Son regard se porta vers le collier qu'elle portait, jugeant que vu le motif elle devait venir ici en amie, le touchant du bout de ses doigts squelettiques avant de lui saisir la main et l'observer sous plusieurs coutures sans plus de préavis. Elle avait de la peau comme les zombies ou les vampires mais c'était bien différent, ne serait-ce que par la chaleur qu'elle dégageait que la texture, ce qui rendait la chose assez fascinante d'une certaine manière alors qu'il tirait légèrement la peau pour essayer de découvrir une quelconque information à son sujet. La lâchant d'un claquement de doigts tout en reculant, tournant quelque peu sur lui avant de la fixer de nouveau, Jack avait retrouvé un entrain plus naturel que celui qu'il pouvait offrir parfois tant cette étrangère lui apparaissait comme étant la promesse de changements.

« J'en déduis que vous êtes sans nul doute ici pour profiter de nos festivités, surtout que votre collier semble indiquer une certaine admiration ! Vous êtes en avance malheureusement et il vous faudra patienter quelques semaines encore, mais vous pouvez rester ici aussi longtemps qu'il vous le plaira ! Mais dites m'en plus sur vous, d'où venez-vous dont ? Comment êtes-vous venue jusqu'ici ? Quel est votre tour favoris d'Halloween ? Cherchez-vous quelque chose en particulier ? »

Désormais elle pouvait bien dire la moindre chose, même sans grand intérêt, qu'il était prêt à boire ses paroles sans se poser la moindre question. Tout ce qu'il voulait c'était tout savoir, le moindre petit détail sans importance pourrait désormais en avoir, et aussi s'arranger pour qu'elle reste ici pourquoi pas pour toujours.






copyright Bloody Storm
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Happy Halloween   Mer 13 Mai - 20:52


C'était assez dérangeant dans le sens où je me sentais prise au dépourvue, et je n'aimais pas être surprise. En général, je savais comment les choses allaient se dérouler, j'étais le sombre maître des poupées qui remuait les cordes, de ses doigts tordus en jouant avec le destin de pauvres âmes. Depuis ma première tentative ratée pour arracher au Roi Stefan son bonheur, j'avais apprise à être vigilante et pour cause, Diablo était en général le premier à étudier les environnements avant que je ne m'y rende. Et le plus souvent je faisais preuve de mon don d'omniscience pour pouvoir m'assurer des potentielles problèmes à écarter. Cette ville, grise et sombre m'était parfaitement inconnue et je ne m'étais appuyée seulement sur les dires de mon défunt père sans me renseigner d'avantage sur les possibles danger que je pouvais encourir en ces lieux. Et au final, sur cette place se trouvait une multitudes de créatures : des zombies, des fantômes, des monstres poilus ou gluants, volants ou rampants. J'avais l'impression d'être la seule personne constituée de chair et de sang, vivante, et pourtant je passais inaperçue dans ce joyeux bataillon de l'horreur. Après avoir envoyé Diablo s'envoler pour attirer avec le lui l'agaçante bête, je continuai d'évoluer sereinement dans cet environnement, le collier représentant une citrouille humanisée pendant à mon cou, dont la couleur orangée contrastait sévèrement et sans accord avec ma longue robe noire aux motifs violets. J'avais du mal à distinguer le reste des terres du ciel tellement il faisait noir. C'est comme si les ténèbres enveloppaient la ville avec pour seule fissure un rond duquel s'échappait une lueur étincelante qui suffisait à éclairer un minimum mes pas, à savoir la Lune. Les bâtiments, hauts aux fenêtres éclairées de vert morbide et de bleu glacial, avec une architecture biscornue et au toits pointues semblaient se refermer sur la place à l'image des pétales d'une rose qui protègent le centre de cette même beauté. Les roses, l'un des emblèmes de la famille à Aurore. Lorsque la malédiction du sommeil frappa je pris un charmant plaisir à transformer toutes ces magnifiques fleurs, colorées et odorantes en un amas de ronces bien trop grosses et grandes pour être naturelles, avec des pics aussi résistantes que l'acier et aussi tranchantes que les dents d'un dragon. Là tout de suite, les bâtiments ressemblaient d'avantage aux pics servant à protéger un havre de paix et d'horreur confondus.

J'aurais pu continuer mon chemin ainsi, allant sans trop savoir où je me dirigeais. Je me serais rendu jusqu'au chemin d'une autre sorcière pour avoir plus de renseignements si un être n'était pas sortit de l'ombre, s'agrippant au coup du serpent de la fontaine d'une main et écartant son autre bras, se présentant à moi comme appartenant à la royauté. Le visage toujours inexpressif et refermé sur mon empathie, j'observe l'homme qui se tient devant moi, pour peu qu'il ressemble à un homme. Il est vêtue d'une façon élégante mais sa morphologie n'a rien avoir avec celle d'un homme : de longues jambes et de longs bras à peines un peu plus épais que le manche de mon sceptre. Des doigts clairement squelettiques et un visage parfaitement rond, plus blanc que la mort avec les yeux, le nez et la bouche identiques aux attributs que possède la citrouille de mon collier. Le temps qu'il termine sa présentation, j'ai terminé de l'étudier et aligne dans ma tête le sens de ses mots, revenant à la réalité. Est ce que c'est moi qui suis étrangement constituée ? Lui qui ne ressemble à rien à quelque chose dont j'ai déjà croisé la route, de mon vivant ou même dans les livres. Néanmoins je lui offre un très léger sourire lorsqu'il affirme que je suis la bienvenue. Et après tout, au beau milieu de cette foule je suis la seule humaine, il est normale que ce soit moi, l'étrangère. Il finit par se rapprocher de moi, il semblait vouloir m'analyser à son tour et contrairement à moi, il ne se limita pas au regard. Il pointa du doigts le fameux collier qui m'avait permit de faire passerelle entre ma forteresse et sa ville, puis il vint attraper ma main. J'ai arqué un sourcil, le jugeant de haut en bas en attendant qu'il ne termine et se recule de façon théâtrale. Je restai où je suis, sans faire un pas en avant ou en arrière, attendant de voir ce qu'il avait à dire. La première partie de ses mots me parut incompréhensible : festivités, admiration, en avance... Je gardai toujours le visage refermé jusqu'à pencher la tête et m'avancer vers lui lorsqu'il enchaîna avec une multitudes de questions « Et bien, pourquoi ne commenceriez-vous pas par m'indiquer un endroit où je peux me restituer ou bien dormir ? » Je tourne le regard vers deux sorcières riants de façon hystérique dans le ciel avant de claquer des doigts, faisant revenir Diablo sur l'orbe de mon bâton « C'est un peu bruyant pour discuter. N'y aurait-il pas une taverne ou un quelconque lieu de restitution ? » Cela faisait des années que je n'avais plus remis un pied dans une taverne. Bien sûre, j'aurais pu changer mon apparence pour ne pas que l'on reconnaisse la terrible sorcière Maléfique, mais c'était de la triche et j'étais quelqu'un de particulièrement franche, ennemie du mensonge. Je voulais profiter de l'effet que cela faisait d'être invisible en publique et de profiter sans craindre la peur ou le dédain dans le regard d'autrui. Contrairement au dénommé Jack, je parlais peu. Mes phrases étaient courtes et secs et pour cause je préférais savoir où j'avais mis les pieds avant de parler plus qu'il ne le fait. La première impression est certes bonnes, mais j'ai appris avec le temps à me fier aux apparences. Après tout, c'était mon meilleur ami qui a tué mes parents et ma petite sœur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Happy Halloween   


Revenir en haut Aller en bas
 

Happy Halloween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-