Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 Flood of evilness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Flood of evilness   Mer 13 Mai - 21:30







formulaire d'intro


Type du sujet : [x] Flash-Back [] Présent
Date du rp : Lorsque Maléfique recherche la revanche sur Stefan, bien avant que Régina ne devienne la Méchante Reine
Météo (approximative) : Dans une grotte sous marine, mais extérieur: nuit, brumeux, étouffant
Matin, après-midi, soir : soir
Votre sujet prend en compte une intrigue ? : [] oui, la n°xx [x] non
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé



Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Flood of evilness   Mer 13 Mai - 21:30


Le Monde Sans Couleurs était un incroyable domaine. Certes la magie n'y était qu'un mythe, mais là bas les avancées et les progrès dans le quotidien sont incroyable. Le mode de vie de la Forêt Enchantée y est considéré comme moyenâgeux même si nous possédons magie, créatures et artefacts mystiques. Les habitants de ce monde n'ont certes pas recours aux merveilles fantastiques mais ils ont d'autre chose, tout comme ce qu'ils appellent le lecteur vinyles. Jadis j'adorais voyager, que ce soit dans ce monde dépourvu de couleur jusqu'aux montagnes enneigées d'Arendelle, en passant par les Forêts d'échecs du Pays des Merveilles ou les déserts arides entourant Agrabah. Lors de mes nombreux voyages j'avais donc ramené ce tourne disques qui, avec l'aide de ce que les gens là bas appellent un diamant, permettait de lire des surfaces noires, circulaires et brillantes qui provoquaient un son mélodieux. De l'opéra selon les dires d'autrui avant que je ne retourne dans la Forteresse Interdite. Dehors, il pleuvait à torrent sous un ciel gris et couvert. La salle dans laquelle je me trouvais possédait une immense porte menant à un balcon que j'avais laissé ouverte pour laisser le froid rentrer entre ces murs. Assise dans un fauteuil, un ver de vin siégeait devant moi sur une table basse alors que j'entendais les sons mélodieux du vinyles, le tonnerre et le crépitement des flammes. Dans la cheminée. C'était dans ces moments là que je me retrouvais, profitant du calme et de la solitude comme si la pluie lavait mon identité pour me permettre de relâcher la pression. J'aurais pu demeurer ainsi pendant des heures si Diablo ne fit pas apparition dans la pièce, m'avertissant que mon invité avait reprit ses forces. Soupirant, j'arrêtais d'un geste de la main la musique et me téléporta dans une épaisse fumée noire jusqu'au donjon. En effet, le gardien semblait guérit de ses blessures et semblait même s'endormir. J'ai ricané en tirant sur une chaîne, ce qui le fit descendre. Il était en effet pendu par les pieds au plafond . Torse nu, son corps était le théâtre de tortures mais des onguents l'avaient guérit. C'est moi qui le torturais et le guérissais pour mieux lui faire cracher le morceau : il savait des choses, des choses qui pouvait me permettre d'obtenir ma vengeance sur le Roi Stefan, responsable de la mort de ma famille. Lentement je sentais la patience me perdre et au final, je fus claire avec lui : s'il ne me crachait pas le morceau, je le quittais, la tête à deux centimètres du sol, et laissait le plaisir à mon armée de créatures humanoïdes se rassasier de sa chair. Quelques griffures et entailles ça et là, il finit par me lâcher un lieu : la mer des brumes. Souriant, je m’accroupis et caresses son visage avant de disparaître, le laissant dans la même position. De retour dans la grande salle, je pus entendre ses hurlements de douleur et sa peau se déchiqueter entre les incisives de mes monstres. L'homme a pu certes mentir mais qu'importe, il avait fait son temps et je perdais patience. Si je ne trouvais rien dans cette mer des brumes, je n'aurais qu'à chercher ailleurs. La mer des brumes n'était pas si loin que cela si je voyageais sous forme de dragon et j'avais bien l'intention de ne pas rester passive cette nuit.

Après avoir pris un bain brûlant, j'ai enfilée une robe noire ainsi qu'une cape en fourrure avant de me métamorphoser en cette terrible bête, volant au côté de Diablo qui me suivait à la traces, fendant les nuages pour arriver un peu plus tard au dessus de cette mer sinistre. Je finis par repérer une parcelle de Terre sur laquelle je me posa avant de reprendre forme une humaine, regardant autour de moi. Ma vision était en effet limitée à cause de la brume et je ne savais où commencer les recherches. Par chance, j'étais une sorcière intelligente et créative : je sortis de ma poche une fiole en cristal contenant une mèche de cheveux du défunt prisonnier et d'un peu de son sang. Le reste était les constituants d'une potion de mémoire : la fiole permettait de retracer les derniers mots et pensées du défunt : j'étais dans la mer des brumes, il ne me manquait plus qu'à trouver l'aiguille dans cette botte de foin. Le fait que j'ai tué le prisonnier de suite après sa révélation était également un moyen de conserver le chemin jusqu'à ce qu'il avait en tête. Serrant la fiole dans une main, je lève cette dernière avant de la jeter dans l'eau. Quelques secondes s'écoule jusqu'à ce qu'une lueur d'un violet infâme ne trace un chemin au travers des l'océan. Aussitôt, je reprend la forme de dragon pour suivre la lumière qui ne tarde pas à s'enfoncer dans les profondeurs sous marines. Il semblerait que j'allais devoir faire le chemin sans Diablo. Montant le plus haut possible dans le ciel, je retombe, provoquant d'immenses vagues lorsque le dragon pénètre l'eau, suivant la lumière jusqu'à une grotte, une cavité sous marine. Je n'ai pas peur du noir, encore heureux car les ténèbres des fonds marins, en pleine nuit, sont étouffantes. Après un trajet dans ce boyau marin je ne tarde pas à sortir de l'eau, arrivant à l'intérieur de cette grotte où la lumière violette s’estompe. Je reprend dès lors ma forme humaine et matérialise mon sceptre qui me permet d'illuminer mon chemin en ces terres inconnues.
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Flood of evilness   Jeu 14 Mai - 4:24



Flood of evilness
(Ursula) ▽ Je n'ai pas toujours été gentille et sincère, j'ai vraiment mérité le nom de sorcière !

Rien n’était plus beau, plus fascinant que la mer. Bien loin du rivage, des terres, des villages, des royaumes et de leurs châteaux aux allures de m’as-tu-vu, s’étendait la mer des brumes. Un nom très parlant. Le brouillard s’amusait à dissimuler de son étreinte les rochers et les falaises. Peu de marins s’aventuraient par ici. Ne parlons pas même des pirates qui craignaient cet endroit. On dit que ces vagues sont habitées par des créatures, plus hideuses les unes que les autres. Le kraken. Hm ? Pourtant, Ursula trouvait cette créature magnifique. Cet homme qu’elle avait maudit. Elle avait bien fait. Jamais on n’aurait croisé pareille âme charitable. Combien de personnes vous libèrent de vos tourments en vous changeant en kraken ? Il ne faut pas être choqué. Les hommes sont pires que des bêtes, et le dégoût qu’Ursula ressentait à leur égard était tout simplement indicible. Dès que ce mot lui traversait les oreilles, elle ressentait une violente rage, presque autant que les tourbillons qui mugissaient devant sa tanière.

La Sorcière des Mers, avait élu domicile dans le squelette d’un monstre marin, quelque chose de plutôt inhabituel, d’ailleurs. Quel genre de personne était capable de demeurer dans les entrailles d’une défunte bête marine ? Une créature qui était sans doute tout aussi hideuse que celles qui peuplaient présentement la mer des brumes. Toutes, sans aucune exception étaient sous le joug d’Ursula. Autrefois, ces fonds marins étaient croulants de joie et de niaiserie à souhait. Beurk. Mais Ursula, avait choisi ces lieux-ci pour demeurer. Sa magie frappa. Les couleurs furent effacées, la lumière consumée par les ténèbres. Plus une seule fleur ni aucun brin d’herbe ne poussait par ici. Les crevasses crachaient la misère, et les polypes criaient leur détresse dans des hurlements d’agonie qui déchiraient, si bien que certains poisons s'étaient faits rares par ici. Ainsi était décorée la mer des brumes. Il suffisait de voir la cave sous-marine d’Ursula pour comprendre que seule elle avait le droit de prétendre au luxe. Le canapé était incroyable. Il s’étendait telle une longue mer calme, et il était drapé de tentacules d’anémones. Ursula vénérait cette partie de l’anatomie des orties de mer. Elle était si confortable, si douce. Son corps pouvait s’y prélasser pour une éternité, ce qu’elle faisait présentement.

Une lueur de nostalgie traversa les brumes fatiguées de ses iris. Ses yeux étaient rivés vers sa bulle mystique, petite sphère de gaz qui lui servait de caméra. C’était beaucoup plus classe et original que ces miroirs magiques qu’utilisaient les petites sorcières terrestres de bas étage. Ursula releva le visage. Une passagère tristesse y apparut. Elle leva une main, et d’un geste délicat, fit apparaître à l’image de sa boule de cristal quelques souvenirs du passé. Impossible d’expliquer pourquoi son cœur – ou ce qu’il en reste – était parcouru d’une telle nostalgie, car à chaque fois, cela la faisait glisser un peu plus dans la rancœur et la soif de vengeance, de pouvoir, de destruction, de contrôle. Elle balaya ces images pathétiques de sa vue avec un grognement contre elle-même. Puis, une étrange sensation lui traversa les membres. Quelque chose de venait de fouler son territoire. Son regard méprisant et haineux se posa sur cette sphère liquide. « Oh ! Et moi qui m’ennuyais… » Elle se leva d’un coup de son canapé, et sur son visage, brillant d’une joie perverse, se dessinait un sourire vicieux. « Flotsam, Jetsam ! » Elle gloussa quelques instants. « Ne restez pas plantés là comme des poissons dormeurs enfin,lâcha t-elle, les mots entrecoupés par des petits rires, venez avec moi accueillir notre invité ! » Suivant ses mots, Ursula lâcha un jet d’encre, aussi noir que terrifiant, et elle emporta avec elle ses deux murènes.

**************
Et elle s’était dissimulée dans l’ombre de la douce écume qui allait et revenait dans la grotte. Seuls ses iris luisaient dans l’eau, alors que le reste de son corps se fondait entre les roches. Flotsam et Jetsam, attendaient patiemment tapis sous les rochers. Puis Ursula la vit arriver. Elle trouvait cette femme terriblement belle. Belle comme les ténèbres, belle comme le mal. Il était évident que ce n’était pas une personne dite « bien intentionnée », et ces personnes avaient le don de parfois s’attirer la sympathie de la sorcière des mers. Elle en avait tant lu sur cette enchanteresse Maléfique. Elle se décida à enfin apparaître, peut être fascinée par cette Maîtresse du mal, qui était sans doute, l’une des seules personnes pour qui elle avait de la considération. L’eau bouillonna, pendant un instant, puis le corps de la Sorcière des mers se confondit avec l’eau dans laquelle elle attendait. Sa somptueuse silhouette se dessina dans l’air, un amas de gouttelettes salées qui prenaient lentement une forme humaine. Ursula changea sa peau bleutée pour adopter une pâleur qui sous-entendait une répugnance pour le soleil et sa lumière. Ses cheveux restèrent blancs comme l’écume, mais ses tentacules avaient disparus pour laisser place à de fines jambes élancées, dont les pieds nus dépassaient de sa robe. Ses lèvres s’étirèrent en un sourire à en faire peur, et comme si elle était sur la scène d’une pièce de théâtre, Ursula accompagna ses paroles de cette théâtralité qui lui était bien elle. Sa voix s’éleva, insupportablement douce, et pointue. « Mais quelle charmante visite ! »

Par ici très chèèère:
 

(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Flood of evilness   Jeu 14 Mai - 12:01


Après avoir retrouvé ma forme humaine, j'ai commencé à déambuler dans cette cavité rocheuse, là où le sort de localisation m'avait mené. Les seuls bruits aux alentours provenaient des gouttes d'eau longeant les stalactites pour tomber sur la roche ou dans des flaques d'eau ça et là. Avec l'aide de mon bâton, qui fit émaner une lumière violette sur mon passage, je prenais garde de ne pas marcher n'importe où. Une chance que je n'avais jamais été claustrophobe car cette grotte sous-marine était maigre et sombre, humide et pleines de secrets qu'une princesse ne voulait sans doute pas découvrir. Je n'étais pas une experte de la mer, mais le trajet que j'avais fais en tant que dragon parmi les flots aurait duré trois fois plus longtemps, voir plus, pour un humain. Je devais m'être enfoncé profondément dans les ténèbres sous-marines. Maintenant, je n'avais plus de guide magique pour m'orienter vers le trésor caché, je devais me débrouiller seul en faisant attention, j'étais sur un territoire inconnu et j'ignorais encore sur quoi je pouvais bien tomber. Le problème était que j'ignorais la grandeur de cette endroit et donc je me retrouvai à nouveau à chercher une aiguille dans une bote de foin. Le marin que j'avais retenu dans la Forteresse Interdite était connue pour être naît sur l'océan et y a toujours vécu, s'il y avait bien quelqu'un qui pouvait m'indiquer les secrets cachés des ténèbres océaniques, c'était bien lui. La preuve que je sois effectivement arrivée dans une grotte presque inaccessibles pour un mortel prouvait qu'il ne m'avait pas menti sur la présence d'un puissant objet, capable de m'obtenir ma vengeance. Je préfère me concentrer et m'arrêter un petit instant, soupirant pour garder mon sang froid avant de frapper une fois de mon bâton sur le sol. L'orbe lumineuse s'enflamme, d'un feu violet et passant la main au dessus, j'en retire une petite flamme entre mes doigts que je lance en face de moi et qui s'avance, lentement. Le feu de l’orbe s'estompe et je suis le feu follet en espérant arriver à destination assez rapidement.

J'aurais pu continuer d'évoluer ainsi, guidé par une étincelle de mes pouvoirs à travers le sel et le calcaire si un bruit ne m'avait pas interpellé. Me retournant, pointant mon sceptre en guise d'arme je vis une bouche d'eau, menant sans doute à l'océan, bouillonner et se dresser devant moi avant de forme une silhouette humaine, à la peau très pâle et avec une chevelure coiffée vers le ciel, d'un blanc tout aussi épais. Elle portait une robe composait de divers matériaux arborant des touches de blanc, beaucoup de violet de bleu sombre sur un fond noir comme le ciel de la nuit. Loin de paraître hostile elle semblait d'avantage enchantée et ravis de me voir ici bas. Les mots qu'elle employa en s'avançant vers moi finirent de valider cette théorie « Je ne vois pas en quoi cette rencontre a quelque chose de charmant, Ursula. » Mes mots n'étaient pas employés sur le ton du dédain mais d'avantage sur un constat: les lieux empestaient le poisson et le renfermé, sa robe mouillée rendait sa silhouette de déesse un brin trop vulgaire tandis que le bas de ma tenue ramassait les saletés de la grotte. Je redresse mon bâton, comprenant néanmoins qu'elle et moi appartenons au même camp : les méchants. Je n'avais jusqu'à ce jour jamais rencontrée la Sorcière des Mers, Ursula et il semblait bien que je venais de tomber sur elle, ou étai-ce le contraire peu m'importe. La simple présence de cette personne en ces lieux suffisait à appuyer la véracité des dires de mon défunt prisonnier : si la dénommée Déesse des Océans se trouvait ici, alors la présence de ce que je pouvais rechercher devait certainement s'y trouver. J'espérais juste que cette dernière me laisse repartir avec ce dont j'étais venue chercher, quitte à ce que je lui rende cette convoitise après l'avoir utilisé. Je laisse la sorcière m'observer alors que j'observe son regard sur ma personne, jamais je n'avais fais face à cette personne si ce n'est dans la bouche de ceux qui racontaient de vieilles histoires et légendes sur des places publiques, dans l'espoir d'obtenir un peu de pièces d'or « Je suis navrée de m'introduire sur votre territoire mais je suis ici pour une bonne raison. » je lève la main pour étouffer la flamme violette, continuant de flotter entre les roches à la recherche de la fameuse chose « J'ai ouïe dire que je pouvais trouver quelque chose en ces lieux qui me permettrait de mettre la main sur la chose que nous désirons tous : la vengeance. » Je penche la tête avec un léger sourire en regardant un peu partout « N'y a-t-il pas un endroit où l'on pourrait parler de façon plus reposée ? » Parce qu'en effet, je me doutais que Ursula avait un endroit bien plus confortable que les boyaux d'une caverne sous-marine pour s'entretenir avec une autre méchante au cœur sombre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Flood of evilness   Sam 16 Mai - 5:09



Flood of evilness
(Ursula) ▽ Je n'ai pas toujours été gentille et sincère, j'ai vraiment mérité le nom de sorcière !

Ursula affichait un sourire de timbrée. Ahahah. Quelle folle à lier, celle-là. Elle s’avança lentement vers Maléfique, les pieds baignant dans l’eau. Elle venait à peine de rencontrer Maléfique, et pourtant, elle sentait qu’elle l’appréciait déjà. Dans son esprit, elle était peut être faite pour s’entendre avec elle. Une foule d’idées lui parcourait déjà l’esprit. Deux diablesses, plus détestables l’une que l’autre, complotant contre les losers soit disant dignes de « happy ending », qui prônaient la force du « Véritable Amour » et qui pensaient que le Mal ne l’emporterait jamais. Mah ! Foutaises. Le vrai Mal, n’a aucune limite. L’amour, et cela comprend toutes les niaiseries que l’on les entend sans cesse baver, n’est qu’un mythe, une illusion. Cela n’a aucun sens, et avoir foi en cette fable ne peut conduire qu’à sa propre perte.

Mais pour l’heure, tout se concentrait sur ce qui se passait présentement dans cette caverne sous-marine. Deux suppôts du mal venaient de se rencontrer, et la suite était à ne pas manquer. Ursula posa son regard sombre sur Maléfique. Elle lui répondit, avec cette fameuse théâtralité dans ses gestes. « Comment ça vous ne voyez pas ? Mais c’est vous enfin ! » Lorsque le mot « vengeance » prit part à la conversation, le visage d’Ursula s’illumina. Elle écouta le reste des paroles de son interlocutrice en s’asseyant sur une pierre qui traînait. Elle gloussa. Cette grotte était parfaite, et elle comptait bien rester ici, que l’odeur marine de ce lieu plaise à Maléfique ou non. La Sorcière des Mers reprit la parole avec un comportement très affecté. « Bah ! Ici c’est très bien. Prenez place, vous serez surprise de voir combien les roches marines sont confortables… » Elle se gaussa à nouveau. « Revenons à nos poissons ! » Elle concentra son attention sur son interlocutrice. Elle adopta une posture un peu plus sérieuse. Elle balaya les mèches de couleur platine qui lui traînaient au visage d’un petit geste de sa main et croisa impeccablement les jambes. Tant qu’à faire, ce n’est pas toutes les marées qu’elle met des jambes, alors autant en profiter et s’en servir comme le ferait une femme raffinée. «A moins que vous ne cherchiez des ingrédients pour une potion salée aux minéraux et à la poussière de stalactite, je doute que vous ne trouviez quoi que ce soit d’une grande ampleur par ici. »
Par ici très chèèère:
 

(c) AMIANTE


Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Flood of evilness   Dim 17 Mai - 18:01


J'ignorais les pensées de la sorcière des mers, essayait-elle de m'amadouer ? C'était totalement possible puisque tout le monde sait que les eaux sont envoûtantes, un piège pour les marins comme le chant des sirènes. Et j'avais affaire à celle qui se disait régner sur les océans, il valait mieux être prudente même si elle semble faire une éloge de ma personne. Oui, c'était bien moi mais de mes nombreux défauts la vanité n'en faisait pas partit. Donc, vanter notre rencontre de charmante parce qu'il s'agit de mon être ne suffit pas à plier ma garder. J'ai beau ne pas viser la sorcière de mon bâton, ça ne m'empêche pas de me méfier et elle devrait en faire tout autant : après tout, même si elle règne sur les flots, je suis une sorcière assez puissante ayant l'habilité unique à me métamorphoser en dragon. Il me suffit de me transformer pour que ma carcasse de créature n'encombre le boyau de cette grotte et la détruise alors que je m'extirpe des fonds marins. Car en effet, j'étais comme dans le même camp : les méchants, et à défaut de vouloir trouver nue fin heureuse comme les célèbres héros, nous recherchions la vengeance. Comme je m'en doutais, le simple fait d'évoquer à haute ce voix cette chose abstraite qui se matérialise en un sort, une arme ou des flots de sang dessine sur les lèvres de l’enchanteresse un sourire mauvais, presque dément. Néanmoins lorsqu'elle avoue vouloir rester ici même, dans cette grotte humide et sombre, je ne proteste pas. Après tout, je suis sur son territoire. C'est déjà une chance que je ne me sois pas faite attaquer par les créatures tapis dans l'ombre qui accompagnent la blonde platine. Alors qu'elle commence à parler d'ingrédients pour des philtres quelconques, j'exécute un mouvement de la main pour faire apparaître dans une fumée noire -presque invisible à cause des ténèbres déjà présente dans cette grotte- un fauteuil luxueux, en velours rouge et aux fioritures en or. Je pose mon bâton près de moi qui continue à émettre une lumière violette et croise une jambe sur l'autre. Je porte toujours ma cape en fourrure qui me tient chaud et vient enrouler un doigt autour d'une de mes boucles blonde. Je n'avais que faire d'un ingrédient sous-marins, si telle était la clé de ma vengeance je l'aurais déjà trouvé, je ne me serais pas retrouvé dans la même grotte que la sorcière Ursula. C'est comme dire qu'un ingrédient de la Forêt Enchantée se trouvait chez moi alors que l'on pourrait le trouver n'importe où à travers le royaume. Je réfléchis un temps avant de reprendre, il était tout à faire compréhensible que la sorcière en face de moi soit désireuse de garder secret ses trésors, après tout nul ne peut connaître à part elle et les autres créatures marines tout les trésors que recèlent algues et vagues « Et bien... Ce qui me paraît étonnant est que ma quête m'a conduite jusqu'ici. Je veux dire, dans votre antre ! » je marque une légère pose en regardant aux alentours, soupirant un peu « Si ce que je recherchais était un ingrédient de la mer, je n'aurais eu qu'à aller au port sans m'aventurer plus loin. » Je touche du bout des doigts le manche de mon sceptre, sur lequel est gravé des motifs floraux. Ce sont les petits détails qui font la beauté des choses comme les motifs floraux de ma robe. Je dois admettre avoir une véritable fascination pour ce genre de décoration. Je garde le regard fixé sur l'orbe au bout de l'objet en reprenant la parole « Je peux comprendre que vous désiriez garder secrets vos biens... C'est comme si je venais à prêter mon sceptre, chose impossible... » je reporte ensuite mes pupilles sur celle de la jeteuse de sorts « Mais je vous en prie, de sorcière à sorcière, du même camp : aidez moi à me venger de la famille Briar, et je vous serais reconnaissante Ursula. » D'après les clichés, les méchants n'avaient pas cette entente qu'avaient les héros entre eux, et pourtant... Nous somme comme eux, des êtres humains. Et un méchants, c'est une personne dont l'histoire fut mal racontée, d'un point de vus différent. Aujourd'hui je jouais une carte franche envers la sorcière des mers, une carte que peu de méchants utilisent entre eux qu'est l'entre-aide.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Flood of evilness   


Revenir en haut Aller en bas
 

Flood of evilness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-