Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 Let the skyfall [Alaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Let the skyfall [Alaric]   Lun 18 Mai - 21:00






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [x] Présent
Date du rp : 15 avril
Météo (approximative) : Le temps est à l'orage mais il ne pleut pas encore.
Matin, après-midi, soir : après-midi
Votre sujet prend en compte une intrigue ? : [x] oui, le mini event n°01 [] non
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé





    Encore une interview grossière, les pieds dans la boue. Jill passa la bandoulière de son sac par delà sa tête et s'assura qu'il était bien fermé. C'était loin d'être l'affaire du siècle, mais la jeune femme ne pouvait pas cracher sur les résultats de son travail ingrat. Il ne manquait plus que ses notes tombent dans la mélasse, mélange de terre, de fumier et d'eau dans lequel elle avait pataugé toute la matinée. Interroger les fermiers locaux n'avait rien à voir avec les rêves que Jill nourrissait lorsqu'elle était gamine. Petit à petit, lentement mais très efficacement, Sidney Glass parvenait à siphonner son énergie et sa motivation. Allait-il la jeter comme une malpropre lorsqu'il serait arrivé à ses fins et lui aurait arraché jusqu'à sa dernière flamme ? Lorsqu'elle se posait cette question, Jill se consolait en songeant qu'il serait difficile de lui trouver une remplaçante aussi acharnée. Car elle avait beau se faire exploiter, et le réaliser, elle continuait à endosser son rôle ingrat avec la plus grande implication. Malgré les reproches silencieux qu'elle faisait à son supérieur, elle n'avait jamais un mot plus haut que l'autre devant lui. Jill était de cette génération, sans doute l'une des dernières, qui respectait l'autorité avec grand sérieux. Jamais elle n'aurait songé à bousculer l'ordre établi. Voilà pourquoi, malgré sa souffrance morale, elle ne cessait de mettre toutes ses forces dans ce qu'elle faisait. Il n'était pas dit que Glass, en plus d'être un con prétentieux, aurait quoique ce soit à reprocher à son travail.

    Jill quitta les bottes vertes qui lui avaient été gracieusement confiées par une collègue lorsqu'elle avait appris où devait se rendre la jeune femme pour son prochain papier. Quel ne fut pas son soulagement en passant à nouveau ses pieds ultra sollicités dans des baskets confortables. Une main sur son sac, l'autre portant les lourdes bottes bien crottées, Jill retourna à sa voiture, garée à proximité du bâtiment principal de la ferme qu'elle venait de visiter. Elle prit soin de placer un plastique à l'arrière du véhicule avant d'y déposer les bottes. Un soupir, et elle grimpa puis mit le contact. Les fermes étaient légèrement excentrées, mais il ne fallait pas rouler longtemps pour rejoindre la ville. Storybrooke n'était pas ce que l'on pouvait appeler une grande ville. C'était une chose que Jill appréciait ici, de pouvoir se rendre facilement et rapidement d'un point A à un point B, quand bien même ils se trouvaient de part et d'autre de la ville.

    Plongée dans ses pensées, et préoccupée par son travail, Jill conduisait davantage par automatisme qu'en rivant toute son attention sur la route. Elle mit son clignotant à droite et tourna sans vérifier son angle mort. Un bruit sourd la fit sursauter et elle appuya férocement sur la pédale de frein tout en poussant l'embrayage pour stopper le véhicule. Elle ouvrit sa portière à la volée, sauta de sa voiture et la contourna pour se précipiter vers l'aile droite, d'où lui était parvenu le son du choc. Elle blêmit en découvrant un homme allongé sur le trottoir, sa moto couchée sur lui. Elle n'avait pas dû le taper fort, elle roulait au pas pour tourner et s'était arrêtée immédiatement en entendant le choc. Pour autant, elle savait qu'elle était pleinement responsable de l'accident. Affolée, elle se précipita auprès de sa victime et tenta de soulever le monstre pour le libérer. Elle savait qu'il ne fallait pas toucher à l'homme lui même, et se retrouva à le dévisager.

    « Monsieur ? Monsieur ? Vous allez bien ? » Elle le vit bouger et se sentit soudain soulagée. Elle déplaça laborieusement la moto et se précipita sur sa portière droite pour ouvrir son sac posé sur le siège passager et en extirper son téléphone portable. Mais alors qu'elle ouvrait la portière, l'homme s'était redressé et elle entendit un nouveau Boum qui figea sur son visage une expression anéantie. Elle venait littéralement de lui ouvrir la portière sur le crâne. Elle la referma vivement et se jeta à nouveau sur l'homme. « Je suis désolée, je suis tellement maladroite ! Vous allez bien ? » Toujours cette même question, et pourtant Jill semblait s'acharner à lui faire du mal.
Revenir en haut Aller en bas
 

Let the skyfall [Alaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-