Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 You're more than gold ~ Angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: You're more than gold ~ Angel   Mar 19 Avr - 18:55






formulaire d'intro


Type du sujet : [] Flash-Back [x] Présent
Date du rp : 14 avril
Météo (approximative) : Il fait doux, le temps est un peu couvert mais les rayons du soleiltraversent tout de même.
Matin, après-midi, soir : Après-midi
Votre sujet prend en compte une intrigue ? : [] oui, la n°xx [] non
Statut du sujet : [] libre [x] privé
Statut du rp : [x] en cours [] terminé




Balthazar s'approcha, en un pas un peu lourd, vers la porte de bois qui se situait à quelques centimètres de son visage. Son coeur valsait terriblement, et il trouvait ça idiot, il avait l'impression de se revoir trente ans en arrière, lorsqu'il était jeune et fragile, et que chaque étape dans sa vie était une montagne à franchir, que simplement payer à une caisse par exemple, arrivait à lui donner la nausée et le faisait trembler tel un feuille en automne. Mais là, c'était différent. Il s'était cru fort, à avoir battu toutes les étapes les plus dures de la vie, à se séparer de sa vie, sa fille, se faire tromper, et perdre tout pour tout regagner, peu à peu, et aujourd'hui, il se sentait minablement faible face à la porte de la maison d'une toute simple demoiselle au regard frétillant d'étincelles et au sourire orge imprimé. Quel était le sort qu'on lui avait lancé, cette fois ? Était-elle à son tour une vilaine sorcière qui n'en voulait qu'à son argent ou à ses bras forts -enfin pas vraiment mais bon- ? Non, elle, elle ne l'était pas, comme ça, elle n'était pas une affreuse créature de la nuit qui s'amuserait à tout lui prendre, et à tout lui détruire. Elle aussi, elle avait en quelque sorte tout perdu, son mari était mort, et elle se retrouvait seule, dans cette immense maison qui doit lui sembler tellement vide maintenant. Ils étaient deux, ils étaient différents, et pourtant, il ne pouvait se détacher de sa voix, ce doux son qu'il aurait pu écouter des soirées entières, de ses iris qui l'attrapaient pour lui parler, simplement. Ils étaient différents, mais ils étaient des aimants, un bout de métal, et un aimant. C'était une attirance imbrisable, un électrochoc irrésistible qui l'enfermait dans son cercle magique. Hypnotisés, à deux, ensorcelé, à un homme qui n'avait vécu que pour sa fortune, pour prouver que seul, il pourrait réussir, qu'il n'aurait jamais besoin de quique ce soit, qu'elle ne compterait pas autant que ses billets, et ses lingots, que ses pièces et ses oeuvres qui auraient pu lui rapporter tellement d'argent, mais il était tétanisé d'un sentiment bien plus puissant qu'il n'aurait jamais cru goûter l'existence exquise un jour. L'amour.

Mais en était-ce vraiment ? Ne se serait-il pas trompé ? Peut-être qu'il s'imaginait trop de choses, qu'il n'aurait pas dû la voir aussi souvent. Oui, bon, elle s'était occupée de lui, l'avait soigné, et avait passé son temps à le distraire, et l'aider, mais c'était son boulot, après tout, et Balthazar n'était pas un homme que l'on arrivait à apprécier ainsi, même sa fille d'ailleurs, il avait l'impression d'avoir tout gâché, et il n'arrivait à s'ôter de la tête que celle-ci n'arriverait jamais à l'aimer comme un vrai père, et non comme un vulgaire géniteur. Il n'était que Balthazar Scrooge McDuck, un vieux ronchon que la gloire de la l'argent et l'avarice avaient bousillé avec le fil des années, un stupide rapiat qui avait même vendu sa maison pour économiser le moindre le centime. Alors, se faisait-il des idées, finalement ? Il n'avait pas besoin d'une réponse, il avait juste besoin de parler, pour une fois. De lui parler. Alors il était venu à son domicile, et il ne savait pas par où commencer, par quelle phrase débuter la conversation. Il était nerveux, et pourtant, dans sa tête, aucune question ne faisait face. Il ne se demandait même pas s'il était amoureux, il ne se demandait rien, lui qui passe son existence à réfléchir, n'avait eu aucune pensé sur le sujet. Un espace vide, un creux dans la poitrine, les secondes défilaient comme les nuages coulent, et il leva sa main pour appuyer sur la sonnette à droite de l'entrée.

Ding. L'écho ravagea vers ses oreilles, et il recula d'un pas vif vers l'arrière, comme sous l'effet de surprise et d'un réflexe, mais dans le simple but de ne pas se prendre la porte lorsqu'Angel viendra lui ouvrir. Il positionna ses bras vers l'avant de son corps, et se dressa pour attendre son arrivé. Elle devait être chez elle, normalement, à cette heure-ci, si Balthazar ne s'était pas trompé. Son souffle défila rapidement sur lui-même. Il détestait se sentir aussi faible que lors de cette journée, cela lui était si peu fréquent, voir aussi rare qu'une éclipse solaire. Il leva le regard vers le ciel, couvert de boules de cotons translucides sur tout le chemin qui menait dans l'allée principale, et d'une boule de feu flamboyante de rayons qui traversaient la fameuse barrière solaire. Une odeur printanière voletait dans les airs, au fil d'une bise très claire. Il faisait plutôt doux, mais le jeune homme s'était encore habillé d'un costard. Il sortait d'un rendez-vous, et qui sait s'il n'en aurait pas un deuxième ou un troisième dans la fin de soirée, alors, il restait prévoyant, et tentait de paraître le plus professionnelle, dans le but d'amasser, et d'arnaquer. D'ailleurs, Angel devait en avoir l'habitude, à chaque sortit ou presque il portait une tenue semblable, jouant avec les couleurs de ses cravates ou de ses vestes pour varier un peu, avec ses chaussures cirer aux petits motifs que personne ne remarquait. Avec elle, il faisait des efforts, sans même s'en rendre compte. Il ne le voyait pas, et ne cherchait pas à voir si les autres eux l'apercevaient. La vie lui semblait moins carré, les journées à ses côtés comptaient moins de calculs, de réflexions, elles lui semblaient tellement plus simples. C'était un paradis qui lui avait paru inexistant avant sa rencontre, aussi fortuite que prévue. Et il changeait, un peu, mais il changeait, grâce à elle. Était-ce une bonne chose, de changer de tout au tout un jeune homme qui ne méritait que la solitude pour ses actions égoïstes ?

Depuis qu'il était jeune, Balthazar n'avait vécu que pour lui, il avait été un homme pourri, qui avait perdu toute sa famille. Un homme pourri qui n'avait pas hésité à détruire pour obtenir, un monstre puéril qui dégoûtait tout ceux qu'il rencontrait. Le businessman avait été un homme détestable, dont on ne disait que du mal, où qu'il soit. Mais il était un homme, après tout, une personne humaine, et sa faiblesse lui avait été fatale. Une faiblesse qui la rendu fou, qui la rendu encore plus ignoble une fois surmontée. L'amour l'avait rendu naïf, l'avait laissé être un pauvre idiot de qui on se sert aisément. Et une fois le sort brisé, il descendait et devenait encore plus pire que ce qu'il avait été. S'il retombait amoureux, il savait qu'il serait aussi facile à déplumer qu'un canard étranglé. Il serait aveugle, aveugle de tout, allumé par une source de brillance qui le conduirait vers un four ouvert. Mais la souffrance était une punition qu'il méritait, il s'était toujours fait passé devant, en croyant aider les autres. La gloire était devenue sa priorité, et sa fille n'était plus la chose à qui il pensait le plus souvent. Argent, argent, argent. Il était un idiot, qui ne devait pas être heureux, et puis c'est tout. Il devait finir seul, seul entouré de ses liasses vertes, et de ses demoiselles qui n'ont pas honte de rester avec un homme beaucoup plus vieux qu'elles ne le sont. Seul, et vide. Seul. Seul.
Revenir en haut Aller en bas
 

You're more than gold ~ Angel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: RP ABANDONNÉS-