Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. 2742709183

Partagez | 
 

 ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéAnonymous

Invité




❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. EmptyLun 24 Nov - 17:44


I need you
Like the legend of the phoenix All ends with beginnings What keeps the planet spinning The force from the beginning. We've come too far to give up who we are So let's raise the bar and our cups to the stars. She's up all night 'til the sun I'm up all night to get some.She's up all night for good fun I'm up all night to get lucky.


Family Theme by Mark Isham on Grooveshark


Quelques longues minutes paraissant être des heures. Le pied battant, les mains jointes et moites, le regard rivé sur la moquette sous le bureau du docteur Hopper, elle attend un diagnostic. Ses iris claires divaguent de droite à gauche, observant les sculptures, les tableaux pour finalement s'arrêter sur le regard compréhensible et peiné de son spécialiste. Pas besoin d'en dire plus pour qu'elle comprenne qu'une fois de plus, elle avait faillie aux test. Un long soupire s'échappait d'entre ses lèvres tandis qu'elle vint croiser ses jambes nues, impatiente. Tu n'as pas besoin d'en dire plus Archi, j'ai compris. A ce même moment, elle aurait voulu qu'il la retienne, qu'il contre sa phrase pour lui annoncer une bonne nouvelle, qu'il sourit pour lui redonner espoir mais ça n'avait pas était le cas, encore une fois. Sa main droite vint agripper le sac à main noir posé à ses côtés, l'institutrice déroula sa colonne vertébrale et se redressa en adressant un unique et ultime regard au docteur Hopper avant de diriger ses pas jusqu'à la sortie. Une épaisse boule de nerf vint bloquer ses voies respiratoires. Retour à la case départ. Tout ses précieux souvenirs étaient venus s'abattre contre son visage sans gêne, brisant son cœur, son âme et son esprit. Son être tout entier. Les mains dans les poches, la mariée cadavérique vint déambuler durant de longues minutes dans les rues de Storybrook, à méditer sur son avenir et à son devenir, avant d'arriver sous son pavillon, pénétrant par la suite dans sa demeure vide et froide. Un frisson vint d'ailleurs parcourir son échine tandis qu'elle enfouissait sa tête un peu plus entre ses épaules. Ses deux mains eurent peine à retirer les boutons de son manteau noir, tendre chaleur qui lui manquerait, et c'est les bras croisés qu'elle partit en cuisine pour commencer à préparer le repas du soir, enfilant au passage un tablier de parfaite cuisinière. Cela ne servait à rien, tout ses bons efforts, personne ne l'attendait, personne ne pourrait y goûter. Oui, Emily avait compris que son haptophobie était en train de la rendre folle et malheureuse, et si elle avait enfin sût qu'elle avait toujours, pour ainsi dire , était ce cadavre ambulant , elle aurait espérait qu'ici à Storybrook, elle aurait eu une autre vie, une vie meilleure avec un mari , un homme qui l'aimerait enfin pour celle qu'elle était et non pas pour sa richesse ou par pitié, un homme qui lui aurait offert le don d'être mère. Tout ses petits bonheurs simples qui pourtant lui était interdit.

Après quelques minutes de réflexion sur le repas du soir, la jeune femme vint déposer sa casserole d'eau froide sur le feu. Ses deux beaux yeux vairons vinrent observer avec attention la flamme dégagée par la gazinière , comme hypnotisée par celle ci, Emily s'était mise à fredonner en sanglotant, la voix tremblante, les larmes lui montant aux yeux pour lui piquer la rétine, la forçant à les fermer quelques instants pour laisser ses perles à peine créées s'écouler le long de ses deux joues glacées. Son cœur se serra d'avantage. Elle souffrait et personne ne le remarquait. Ils étaient tous bien trop préoccupés avec leurs soucis propres ou à flirter avec leurs nouvelles amitiés. Emily n'avait personne à proprement parler, et la seule qui avait partager sa douleur venait tout juste de trouver le grand amour. Regina Mills, le maire même de Storybrook était devenue au fil des jours comme la meilleure amie de Emily, celle qui avait aussi le coeur brisé, souffrait autant qu'elle. Nombreuses furent les fois ou l'institutrice avait conseillé à la méchante reine de partir retrouver son grand amour et si au départ Regina hésitait, elle succomba vite à la tentation. Même elle avait le droit au bonheur malgré son odieux passé. Emily semblait condamnée à tout jamais comme l'époque ou elle était cette mariée cadavérique patiente qui avait attendue qu'un homme lui passe la bague au doigt. Véritablement personne ne pouvait la comprendre car tout ceux qui la côtoyait avec cette chance d'être amoureux. Tous sauf lui. Lentement, la brunette plissa les yeux en venant frotter ses mains au torchon de la cuisine, profitant que son eau se devait d'être porté à ébullition pour partir chercher son téléphone portable dans la poche de son manteau, fouillant dans son répertoire pour finalement trouver son numéro. Elle serra les dents avant d'appuyer avec difficulté sur le téléphone vert pour appeler l'homme qui était le seul à pouvoir partager sa peine aujourd'hui. Lentement, l'institutrice apporta le cellulaire à son oreille , les intestins noués au fil des différentes tonalités. Dans un sens elle espérait qu'il puisse lui répondre, d'un autre, c'était sa messagerie qu'elle voulait et son souhait fût exaucé. Elle eut le droit à entendre sa voix , avant qu'un bref "BIP" ne vint l'interrompre. Salut Ivan.. C'est Emily. Ecoute, je t'appelais juste pour savoir si tu souhaitais passer à la maison.. Histoire d'être intoxiqué par mon odieuse bouffe, j'avais besoin d'un cobaye ce soir. Enfin, je supposes que tu as autre chose à faire.. Elle marqua une pause avant de reprendre la parole d'une voix plus gênée qu'autre chose. Bon et bien.. bonne soirée. A un de ses jours. Bye. Vivement, elle raccrochait en déposant son téléphone sur le meuble d'entrée, partant à nouveau dans la cuisine pour s'occuper de son plat en cours, quelques peu déçue de ne pas avoir pût obtenir les réponses qu'elle souhaitait, ou du moins le réconfort qu'elle avait envie.
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: Re: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. EmptyMer 26 Nov - 20:41



Emily & Ivan


Je sens poindre en moi des larmes nouvelles.

Cela faisait maintenant plus d’une demi-heure qu’Ivan comptait les pressions qu’il administrait à un jeune homme issu d’un accident de voiture. Alors que ses collègues tentait de le sauver également Ivan ne lâchait pas prise, ce fût son collègue qui saisit son bras pour le stopper, il regarda sa montre pour déclarer l’heure du décès tandis que le brun fixait silencieux le corps du jeune. Il se releva ensuite et regarda les deux autres pompiers qui étaient avec lui.

« Regardez s’il à ses papiers sur lui, et prévenez sa famille. »

Il ne rajouta rien et reprit le sac à dos d’intervention sur son épaule avant de tout remettre dans le camion. Ils attendirent alors que le coronaire arrive avant de rentrer à la caserne. Ivan se dirigea rapidement sous les douches, il resta plusieurs bons quart d’heures et lorsqu’il revint vit qu’il avait un message sur sa boîte vocale. Il mit alors le haut parleur alors qu’il se sécher et s’habillait devant son casier. Il se stoppa et sourit en entendant la voix d’Emily. Il eut un léger rire à la fin du message. Il fini alors de s’habiller avant d’envoyer un SMS à la jeune femme. Après tout, il ne comptait rien faire ce soir et si elle l’avait appelé c’était qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. ‘J’arrive d’ici 10 min. A tout de suite.’ Il pressa alors le bouton envoyé avant ranger son téléphone dans sa poche. Il salua alors ses collègues avant de terminer sa garde de la journée. Il passa alors son badge avant de pouvoir sortir. Il marchait alors tranquillement et prit le temps d’acheter une bouteille de bon vin avant de se rendre chez Emily.

Ivan avança lentement dans l’aller et remit sa veste en place avant de sonner à la porte en ayant un léger sourire. Il se penchait légèrement, voyant de la lumière et se redressa ensuite en attendant qu’elle vienne lui ouvrir. Il était venu pour elle, il savait qu’elle n’allait pas bien, et lui n’avait pas passé une journée des plus plaisantes alors il pensait au moins pouvoir remonter le morale a la jeune brune avec qui il se sentait plutôt bien, étrangement.

Code by Fremione.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: Re: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. EmptyMer 26 Nov - 22:26


I need you
Like the legend of the phoenix All ends with beginnings What keeps the planet spinning The force from the beginning. We've come too far to give up who we are So let's raise the bar and our cups to the stars. She's up all night 'til the sun I'm up all night to get some.She's up all night for good fun I'm up all night to get lucky.


Family Theme by Mark Isham on Grooveshark


Une vraie famille. C'était uniquement cela dont elle avait besoin. Quelqu'un qui serait à ses côtés nuit comme jour à la bercer lentement dans ses bras réconfortants. Elle avait besoin d'un homme virile et robuste qui sécherait ses larmes tendrement, qu'il l'embrasserait à en perdre haleine pour lui faire oublier qu'un jour ,elle avait connue la mort et qu'elle l'avait même drôlement côtoyée. Plus que tout aujourd'hui, ce que Emily souhaitait par dessus tout était d'oublier cette rancœur et cet odieux souvenir d'elle même qui hante ses rêves, ce fichu sachet en plastique qui avait servi pour lui couper le souffle. Instinctivement, la mariée cadavérique vint porter ses mains sur sa gorge en plissant les yeux sur cette casserole remplie d'eau, sentant un long frisson parcourir son échine désagréablement. Ses hurlements stridents lui revint en tête et cet instant ou elle sentit son pauvre cœur blessé cesser de battre. Elle mourrait par amour, pour un homme qui finalement ne l'avait jamais aimé. C'était encore plus douloureux en sachant que sa famille avait cherché à la retenir et à la préserver de cet infâme personnage peu scrupuleux. Une nouvelle larme s'était formée sur le coin de son œil droit alors qu'elle expirait en sanglot, venant mélanger ce mélange eau salée et féculent qu'elle prit soin d'introduire dans sa casserole portée à ébullition. Il n'y avait pas un jour sans qu'elle ne repense à ce passé monstrueux qui l'avait détruite à feu doux sans qu'elle regrette le fait d'avoir aimer un homme un jour, de s'en être éprise à mourir, dans tout les sens du terme. L'amour rend aveugle parait-il, quel merveilleux dicton. ~ La brunette aux regard macabre observait attentivement la cuisson de ses pâtes avant d'être interrompu par la sonnette de porte stridente qui lui fit décrocher un léger son de surprise, laissant tomber maladroitement la cuillère en bois de ses mains qui lui servait à mélanger son repas. Les sourcils froncés, le cadavre eut bien du mal à croire qu'il s'agissait bel et bien de sa sonnette de porte qui vint retentir, qui cela pouvait-il être à une heure aussi tardive. Sûrement Archi qui avait à lui remettre de précieux documents, ou peut-être bien.. « Ivan?» Curieusement, elle s'était précipité jusqu'au salon pour dégager les rideaux et observer l'extérieur, sa surprise fut agréable lorsqu'elle vit sa silhouette se tenir droite devant sa porte et sans attendre une seule seconde elle s'avançait de l'autre côté de la porte pour déposer sa main sur la poignée et l'ouvrir avec délicatesse.«Bonsoir..» souffla t-elle en lui adressant un sourire gênée mais à la fois chaleureux. Ses deux prunelles vinrent scruter l'homme de la tête au pied, analysant sa silhouette, détaillant sa musculature saillante, même sous ses tissus la recouvrant et son pauvre cœur s'était emballé à nouveau.

Mentalement et émotionnellement, Emily était une femme faible et vulnérable. Le genre de personne qui succombe rapidement à la gente masculine, sans le moindre effort du dit mâle pour l'obtenir. Quelqu'un d'aussi naïf était facilement manipulable, plus facilement destructible sans même qu'il ne le remarque. Elle sentait cette fragilité entourer ses membres, serrant un peu plus son cœur. Elle avait peur. Peur d'être déçue à nouveau, peur d'être utilisée ou qu'on mettes fin à sa vie en un claquement de doigts, comme il avait osé le faire dans son monde. Automatiquement, elle reculait de quelques pas, lâchant la poignée de porte pour inviter l'homme à pénétrer chez elle. Elle n'avait pas eu le temps de ranger la maison mais ce n'était pas nécessaire, car sa chaleureuse demeure était toujours proprement rangée et aromatisée d'un parfum de rose. La petite tête brune patienta quelques secondes qu'il daigne rentrer avant de fermer la porte sur son passage, réalisant que ce soir, elle ne serait pas seule à affronter ses démons. Ivan était la pour elle, parce qu'elle l'avait sollicité quelques minutes plus tôt. Oui,Emily l'avait appelé parce qu'il était le seul en ville à pouvoir la comprendre, à vivre exactement la même situation qu'elle, à la différence que lui n'était pas Haptophobe. La cuisinière vint croiser ses bras sous sa poitrine en enfouissant sa tête entre ses épaules, pinçant les lèvres en tentant de conserver son début de sourire, hésitante à reprendre la parole. «Tu as eu mon message?» Qu'elle question. Il ne se tiendrait pas la , debout face à elle si ça n'aurait pas était le cas, à moins qu'il ait eu la même pensée qu'elle, et que lui aussi il avait cru qu'elle serait la seule à pouvoir rompre sa solitude. Généralement, Ivan n'était pas un homme m'as-tu vu, le genre d'homme charismatique qui usait de ses charmes pour obtenir des faveurs auprès de la gente féminine, charismatique il l'était mais différemment; Il avait cette prestance qui l'étonnait, elle qui pourtant repoussait toutes avances des hommes. Ivan était une personne de confiance avant tout, avec qui elle aimait passer du temps, pour son sérieux, sa loyauté et sa fidélité. «Je suis contente de te voir..» Finit-elle par avouer en un soufflement à peine audible en plongeant ses deux beaux yeux vairons dans les siens, tout en effaçant son sourire peu à peu; «Dis moi que tu n'as pas mangé..» Elle cherchait à détourner son gêne d'une quelconque façon, tournant ses pensées sur les fourneaux qui n'attendait qu'elle et ses mains de cordons bleus pour préparer un repas digne de ce nom. Elle n'avait plus rien à craindre à présent, Ivan était la et il passerait sa soirée avec elle, du moins elle l'espérait..

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: Re: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. EmptyJeu 27 Nov - 0:49



Emily & Ivan


Je sens poindre en moi des larmes nouvelles.

Alors qu’il se tenait là, debout face à la porte close de la demeure de la jeune femme, Ivan se surprenait à s’impatienter de sa présence. Il fronçait un instant les sourcils, les doigts refermés sur la bouteille de vin rouge français. Sa chevalière émettait un léger tintement qui traduisait l’absence du brun, plongé dans ses pensées. La question s’il avait bien fait de venir ne se posait même pas, après tout il n’avait même pas hésité à venir la voir, car il savait que quelque chose n’allait pas. S’il restait habituellement discret et se contentait de répondre par un sourire à une invitation avant de décliner c’était simplement par manque d’envie, après tout, lui et les sentiments n’étaient plus d’accord depuis bien longtemps. Étonnement ce soir là il ne s’était même pas posé la question et avait répondu présent. Il devait mais aussi avait envie d’être là pour la jeune brune.

Comme à son habitude il se tenait droit, son passé militaire en étant la cause, il ne bougea pas mais vit les rideaux s’ouvrir à quelques mètres de lui, il dévia simplement les yeux en esquissant un sourire avant de voir la poignée s’actionner et enfin la porte s’ouvrir. Il attendit de pouvoir voir entièrement la brunette face à lui avant de lui adresser un fin sourire, simple et sincère.

« Bonsoir Emily. »

Il était là, à la regarder et à sourire bêtement comme un enfant, mais intérieurement c’était comme si son esprit bouillonnait. Ses iris bleus parcouraient le corps fin d’Emily, il s’avançait ensuite pour rentrer dans la maison et se réchauffer un peu. Il regarda alors les pièces de l’entrée, il entendait l’eau bouillir et voyait que le salon était allumé. Il se tourna ensuite en ayant entendu la jeune femme. Il hocha la tête en souriant.

« Oui, mais visiblement toi tu n’as pas eu le mien. »

Il souriait toujours avant de lui tendre la bouteille, y repensant enfin. Il était beaucoup plus concentré sur la jeune femme que sur sa bouteille de vin rouge. D’ailleurs Emily semblait ailleurs, quelque chose la perturbait et lui plombait le moral il en était sûr mais il ne dit rien, pas encore, il aurait le temps pour la faire sourire à nouveau concrètement. Il esquissa un nouveau sourire après avoir retiré sa veste pour la déposait sur le porte-manteau de l’entrée après qu’elle lui ait indiqué.

« Et je suis content de te voir aussi. »

Il tourna la tête vers elle et plongea ses yeux dans les siens alors qu’elle changeait de sujet. Il cligna plusieurs fois des yeux avant de répondre enfin.

« Non, tu as de la chance, mon dernier repas remonte au petit déjeuner. »

Il sourit et la suivit alors dans la cuisine, curieux de voir le repas. Il était certain que ça lui plairais, il était plus là pour elle que pour sa cuisine.

« Tu prépares quoi de bon ? »

Il s’appuya contre son bar et la regarda longuement des pieds à la tête quand elle s’occupait de remuer l’eau bouillante. Il releva ensuite les yeux vers elle. Il la trouvait simplement belle, élégante sans pourtant rien faire, il fronçait les sourcils, redressant les yeux se rendant compte qu’il s’attardait trop sur certaines parties de la jeune femme qui le captivaient pour ainsi dire un peu trop. Il se racla silencieusement la gorge en s’approchant légèrement.

« Est-ce que tu as besoin d’aide ? »


Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: Re: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. EmptyJeu 27 Nov - 12:50


I need you
Like the legend of the phoenix All ends with beginnings What keeps the planet spinning The force from the beginning. We've come too far to give up who we are So let's raise the bar and our cups to the stars. She's up all night 'til the sun I'm up all night to get some.She's up all night for good fun I'm up all night to get lucky.


Family Theme by Mark Isham on Grooveshark


Des rires d'enfants, des sourires et une joie de vivre presque innée. A croire qu'ils ne connaissaient rien au malheur. Ses quelques têtes multicolores se trouvaient la, juste sous son nez, et une paire de yeux l'observait attentivement juste avant que la sonnerie annonçant la fin des cours retentisse. «Bien vous pouvez y aller. Faîtes attention en sortant. A demain.» Hurla l'institutrice sous les grincement de chaises et le chahut que provoquait la fin de classe quotidienne. Ses yeux vairons s'arrêtaient sur l'ensemble de sa classe qui s'était vidée en un peu moins de cinq minutes avant qu'elle même ne range ses affaires sans sa sacoche pour s'en aller. Concentrée sur ses faits et gestes, la brunette n'avait pas pût sentir la présence d'un homme près d'elle et fût prise d'une peur monstrueuse lorsque sa colonne vertébrale s'était déroulée pour croiser les beaux yeux du mâle face à elle. Il était la, un léger sourire aux lèvres à l'observait depuis moins de deux minutes, les bras croisés sur son torse, elle ne le connaissait pas , mais ne tarderait pas à le connaître. Ivan King. Un homme respectueux et respectable qui méritait des honneurs pour ce qu'il fesait jour après jour, ne manquant pas de mettre sa vie en péril pour sauver celle d'autrui. Quel courage. Il s'était présenté à elle presque naturellement, et à son tour elle lui avait offert son prénom et nom sans chercher à lui serrer la main, elle qui refusait un quelconque contact avec la peau d'autrui, juste un simple hochement de la tête pour lui faire comprendre qu'elle était plus que ravie de faire sa connaissance. Ivan était la pour les enfants et pour leurs parler de ce qu'il fesait ici à Storybrook. Les pompiers , voilà un sujet qui ne manquera pas d’intéresser les enfants surtout les garçons qui à leur âge passaient leurs temps à les imiter. Elle ne refuserait pas l'activité proposée par le jeune homme tout simplement parce qu'au vue d'une instruction sûre , Ivan était un homme charmant , dégageant une certaine aura positive, des bonnes ondes en quelques sortes et surtout parce que le Docteur Hopper lui avait formellement interdit de repousser le monde qui l'entoure. Alors, elle avait acceptée, et les enfants avaient adorés, enchaînant multiples questions au caporal une fois son exposé terminé. Emily se trouvait la, assise sur sa chaise de bureau, bras croisés, en observant l'homme qui s'était présentée à elle une semaine plus tôt, un bref et léger sourire aux lèvres, ignorant que cet homme qu'elle ne connaissait que depuis peu deviendrait aussi précieux pour elle à l'avenir. Ivan et Emily, ils n'étaient pas si différents l'un de l'autre, bien au contraire, ils se ressemblaient plutôt qu'autre chose, portant tout deux sur eux un lourd fardeau contenant divers secrets sombres. Cette rencontre lui avait était plutôt bénéfique car non seulement elle avait enfin pût s'ouvrir à quelqu'un autre que Archi Hopper, mais en plus il s'agissait d'un homme, le genre de personne qui l'effraye du plus haut point.

La mariée se trouvait face à lui, un sourire idiot sur les lèvres avant de le laisser entrer sagement dans son humble demeure avant de refermer la porte sur son passage. Elle restait la, immobile devant lui à se demander pourquoi lui et pas un autre, de multitudes de questions lui parvenaient en tête mais aucune n'eut de réponses. Ivan était la et c'était le principal pour elle. « Oui, mais visiblement toi tu n’as pas eu le mien. » Un message. Non, elle n'avait pas prit soin de regarder son téléphone portable posé à l'entrée, bien trop préoccupée à se lamenter sur son sort. Son regard pâle dériva quelques secondes pour observer ce dit téléphone mit en veille avant de se relever sur Ivan et ses beaux yeux. « Et je suis content de te voir aussi. » Ses simples mots avaient suffit pour actionner en elle une bombe à retardement qui ne tarderait sûrement pas à exploser si il continuait à se montrer aussi doux et amical avec elle. Une bouteille de vin lui fut tendue, la surprenant encore plus alors qu'un simple "merci" s'échappait d'entre ses lèvres alors qu'elle attrapait la bouteille entre ses doigts.Ses iris s'étaient perdues dans les siennes, elle restait immobile durant plusieurs secondes à les détailler, les observer avant de s'y noyer inconsciemment, reprenant vite le contrôle de son corps pour le mouvoir et l'emmener jusqu'à la cuisine ou elle pût reprendre tranquillement ses activités culinaires et déposer par la même occasion la dîtes bouteille offerte, sur le plan de travail. Cuillère en bois en main, la brunette vint la plonger dans la casserole pleine, mélangeant le bouillon aux pâtes mi cuites sans qu'une seule parole ne s'échappe d'entre ses lèvres. A nouveau, elle enfouissait sa tête entre ses épaules en dérivant son regard sur le côté pour tenter d'apercevoir l'homme qui entre deux l'avait rejoint jusqu'à la cuisine. Son champ de vision s'arrêter sur la salle à manger, comme elle aurait aimé qu'il s'aventure un peu plus loin que ça. « Tu prépares quoi de bon ? » Elle inspirait profondément en bloquant par la suite sa respiration, fermant quelques instant les yeux pour trouver le courage intérieur qui lui permettrait de passer une soirée normale sans penser à tout ce qui aurait pût se passer au cabinet du docteur Hopper, ou dans sa salle de classe quelques heures plus tôt. Archi lui avait d'ailleurs conseillé de prendre quelques jours de congé, histoire de la détendre un peu et de lui faire penser à autre chose qu'au contact humain et à ses craintes d'être à nouveau blessé un jour par la gente masculine. « Rien de particulier tu sais. Quelques pâtes avec une sauce bolognaise maison. » La demoiselle n'était pas un grand chef de cuisine, mais elle avait apprit quelques bases qui lui permettait de concocter quelques bons plats maison et manger un peu plus sain que la majorité des habitants de Storybrook qui se ruait chez Granny après le travail. Non pas que Granny pouvait servir de la malbouffe loin de la , mais la plupart de ses clients préféraient se régaler devant un bon hamburger que mettre la main à la pâte et faire eux même de délicieux mets. Emily n'était pas comme eux, elle préférait cuisiner seule, égale à elle même pour éviter de parler, de regarder les gens dans les yeux ou encore pire: Etre observée. Après une bonne minute, elle daigna finalement sortir la cuillère de l'eau pour pivoter son corps et faire face au jeune homme. Elle lui sourit, à nouveau en déposant son outil de cuisine sur le plan de travail. «Tu t'y connais en sauce bolognaise toi? Je vais pas te le cacher. C'est la première fois que je l'a fait maison et j'avoue que j'appréhendes un peu surtout que j'ai un invité de marque ce soir. Plaisanta t-elle en agrandissant un peu plus son sourire, le transformant peu à peu en un sourire amusé et moqueur. Ses yeux croisèrent les siens quelques secondes avant de se détacher de sa présence pour aller chercher la viande hachée dans son frigidaire et le nécessaire utile pour faire une sauce digne de ce nom. « Voilà ce que j'ai pûs récupérer un peu partout, en passant du boucher au supermarché et.. » Elle s'était arrêté de parler pour ouvrir un des nombreux tiroirs de sa cuisine moderne, afin d'en sortir la bible culinaire que beaucoup de grands chefs de cuisine pouvaient avoir chez eux. «Voici "LE" fameux livre qui m'aide quotidiennement à m'améliorer en cuisine. Alors, tu veux m'aider et bien aide moi à faire la sauce, comme ça si les pâtes sont dégueulasses je pourrais au moins me venger sur la sauce en disant que tu y as porté ta contribution personnelle. » Pour une fois depuis longtemps, l'insistutrice s'était mise à rire et c'était plaisant de pouvoir rire autant, un besoin bénéfique et nécessaire qui la ferait sûrement avancer dans sa guérison proche, ou lointaine, tout dépend réellement de ce qu'elle souhaite.
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: Re: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. EmptyJeu 27 Nov - 19:39



Emily & Ivan


Je sens poindre en moi des larmes nouvelles.

Alors qu’il regardait la jeune femme en train de cuisiner, Ivan se rappeler de leur rencontre, c’était plutôt une coïncidence d’être tombé sur cette institutrice plutôt qu’une autre, et à vrai dire, pour rien au monde il aurait changé ce détail. A la seconde où il l’avait vu au milieu de sa classe il avait était saisi par ses gestes et sa voix. Et même le jour de son intervention, il lui adressait plusieurs sourire.

Ce jour-là, les enfants avaient été captivés par ses paroles et par ses mouvements. Il avait pu voir des petits garçons sourire de toutes les dents qui leur restaient et des étoiles dans leurs yeux. Lors des questions, Ivan c’était assit face à eux et il n’avait manqué aucune interrogation, quitte à répéter deux fois la même chose. Il avait était autant passionné qu’eux en parlant de ce qu’il faisait. Cependant il n’avait pas répondu à une seule question : Qu’est-ce qu’il faisait avant ? Il avait sourit et avait simplement dit :

« J’aurais voulu être pompier bien avant. »

Cela avait suffit aux petits, et à lui aussi. La journée fini il avait alors remercié la jeune brune d’un de ses sourires avant de partir lui ayant laissé ses coordonnées s’il devait revenir ou encore si elle avait besoin de lui. Et ce soir c’est ce qui c’était passé, Emily avait besoin du brun, il le savait même si elle le disait pas. Il était venu, parce qu’il ne voulait pas lui fausser compagnie, bien au contraire.

Après les politesses d’usages et après avoir confié la bouteille d’alcool à la brune, Ivan l’avait suivi en cuisine. Il s’était accoudé au bar en la regardant, lui demandant ce qu’elle préparait. Des pâtes bolognaise maison, un léger sourire étira ses lèvres, il adorait ce plat, aussi simple mais aussi bon qu’il était. Il se redressa alors, s’approchant de la brune pour lui proposer son aide. Lui qui aimait la cuisine particulièrement, ne pouvait s’empêcher de le faire. Après tout, sa mère avait toujours était bonne cuisinière et aussi longtemps qu’il s’en souvienne elle lui avait apprit tout ce qu’elle savait. Il la remplaçait le plus souvent qu’il le pouvait aux fourneaux avant son départ pour son service militaire. Il se penchait légèrement sur la casserole avant de suivre des yeux les mains de la jeune femme. Il eu un léger rire et hocha la tête :

« De marque je ne sais pas, mais je vais t’aider avec plaisir. »

Il prit la liberté de se laver les mains en regardant ce qu’elle apportait du réfrigérateur. Il regarda les ingrédients en se séchant les mains puis revint se mettre à ses côtés. Il regarda ensuite le livre, lisant le titre puis il tendit la main vers elle pour le prendre. Il plongeait une nouvelle fois ses yeux dans les siens en attendant qu’elle lui donne le livre en question. Encore un mystère l’intriguait à propos de la brunette, elle faisait tout pour de pas le toucher, depuis qu’il s’était rencontré il n’avait eu aucun contact physique avec elle. Cela ne lui posait pas vraiment de problème, mais le pourquoi en revanche l’intriguait plus qu’autre chose. Il récupéra alors le livre et le rangea dans le tiroir qu’elle avait ouvert plus tôt.

« Je prend la responsabilité de la sauce…Je n’ai pas besoin de ce livre, en revanche si je t’empoisonne tu diras au moins que j’étais pourvu de bonnes intentions. »

Il sourit et lui fit un clin d’œil avant de saisir un couteau et d’attraper les tomates qu’il découpait soigneusement et rapidement avant de s’afférer au reste de la préparation. Entre temps, il relevait souvent le regard vers la jeune femme en souriant. Il mit le tout dans une poêle en faisant alors revenir et mijoter sa préparation. Il se retourna vers et aperçu une seconde cuillère en bois de son côté. Il hésita mais finalement se pencha et posa sa main sur la taille de la brune pour qu'elle ne bouge pas et éviter qu’elle se brûle ou ait un mouvement brusque lorsqu’il attraperait ce qu’il voulait.

« Ne bouge pas, je prends juste ça… »

Il passa derrière elle et tendit son autre main pour prendre a cuillère et sourit en revenant à sa place, retirant ses doigts de la taille fine d’Emily.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: Re: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. EmptyJeu 27 Nov - 21:57


I need you
Like the legend of the phoenix All ends with beginnings What keeps the planet spinning The force from the beginning. We've come too far to give up who we are So let's raise the bar and our cups to the stars. She's up all night 'til the sun I'm up all night to get some.She's up all night for good fun I'm up all night to get lucky.


Family Theme by Mark Isham on Grooveshark


Tout était pourtant si parfait. A cette époque, la demoiselle était une petite bourgeoise fébrile et fragile. Beaucoup d'hommes la convoitait car Emily était la plus belle femme de la ville. Elle souriait bêtement devant ses prétendants, battant des cils pour obtenir des faveurs comme lui inculquait si bien ses parents. Obligée de porter les corsets les plus insupportables et les robes aux milles jupons, la jeune femme étouffée dans ce monde qui ne semblait pas être fait pour elle, désespérée qu'un jour elle aussi aurait le droit au grand amour. Les poings serrés, et le visage pâle, Emily observait la ville avec envie , jalousant tout les couples qui flânaient dans les ruelles juste sous ses yeux malheureux. La paume de sa main se déposait sur cette vitre aussi glacée que sa peau, tandis qu'une épaisse buée se formait sur la vitre, lui cachant la vue. Oui. L'amour , le véritable elle en rêvait tout les jours, allongée sur son lit , les yeux fermés. Elle voulait se sentir belle et désirée par un homme, charmée également et rien de tel qu'un bal pour se faire. Ce fût la bas qu'elle l'avait rencontré. Il était beau et merveilleux, courtois et poli. Il s'était présenté à elle en lui offrant le plus beau des baises mains écartant les lèvres uniquement pour sortir les plus beaux poèmes d'amour. Il l'a vénérait comme jamais personne ne l'avait vénérée. Devant tant de grâce et d'amour, son cœur défaillit. Elle pouvait le sentir battre un peu plus vite au fil des secondes, au fil des minutes, prenant un rythme un peu plus endiablé tandis qu'il lui offrait un unique baiser du bout des lèvres. Son corps entier fût parsemé de frissons, comme elle avait pût l'aimer cet homme.IL suffisait juste qu'elle respire pour faire son bonheur et de la voir sourire était pour lui le plus beau des cadeaux, du moins c'est ce qu'elle pensait. Un rêve, un véritable conte de fée, la demoiselle flânait , valsait dans sa chambre en tournoyant de bonheur, les yeux fermés. oh oui comme elle l'aimait. Il était pour elle et elle serait prête à tout pour lui, même à l'épouser sur le champ bien que ce ne fût pas au goût de ses deux parents furax en apprenant cela.« Est-ce dont cela que vous désirez pour vôtre fille unique? De la tristesse et du désarroi ? Ne voulez vous donc pas qu'elle soit heureuse ?! » Elle avait beau hurler et crier sur ses géniteurs qu'ils ne voulurent pas entendre ce qu'elle avait à dire, et cette ignorance leur aura coûté la vie de leur propre fille. Déterminée, Emily s'était enfuie, toute vêtue de blanc, elle avait donné rendez-vous à son cher et tendre pour qu'ensemble ils aillent s'unir à un prêtre. Pour que ensemble, ils ne fassent qu'un. Malheureusement, les choses ne s'étaient pas déroulées comme elle l'aurait souhaité. Emily avait attendue des heures entières son amour, fredonnant quelques musiques en grelottant, sa peau prit une teinte violette au fil des heures, ses lèvres auparavant roses vinrent à leurs tour foncer, elle plissa les yeux avant de les fermer à tout jamais. Elle n'eut à peine le temps de pousser un cri strident qu'un voile noir était venu lui faire guise d'horizon. A cet instant, elle aurait pût se débattre encore et encore que la partie était perdue d'avance, son souffle s'accélérait tandis qu'elle gémissait en essayant de retirer ce voile de devant ses yeux, derrière elle, une carrure virile et robuste la retenait pour ne pas qu'elle s'échappe riant tel un démon en voyant par la suite son corps inanimé tomber sur la neige fraîche. L'amour rend aveugle parait-il.. Si Emily aurait était moins rêveuse, peut-être qu'elle ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui.

Plus jamais elle ne pût faire confiance à un homme. Plus jamais elle ne s'était laissée toucher par un homme de peur qu'il ne lui bondisse dessus pour la tuer comme un vulgaire animal. Les hommes l'effrayait, les hommes n'étaient que des bêtes sanguinaires, de ça , elle en était persuadée. A ses pensées, automatiquement, sa main droite s'était dirigée jusqu'à sa gorge. Cette fine gorge qu'elle voulait préserver des mains ingrates des hommes. Elle insufflait , le regard vide d'expression avant de se ressaisir et devenir à la dure réalité de la vie. Emily avait eu le don de cette deuxième chance offerte généreusement par Regina Mills. Un corps avec un cœur et une âme , tel un phœnix renaissant de ses cendres. La poupée au teint de porcelaine affichait un rictus alors que ses iris croisaient celles de Ivan, décidément prêt à l'aider à cuisiner et ce sans livre. Elle en était bouche bée. «Surprends moi alors.» Lui avait-elle simplement dit , d'un air de défit en attrapant un ustensile autre que la cuillère en bois pour surveiller la cuisson de ses pâtes, le temps qu'il s'occupe de la viande hachée et de la sauce en elle même. Tss. Elle laissait un soufflement suivit d'un sourire sortir de ses lèvres en appuyant sur l'un des boutons de sa hotte pour faire évacuer l'épaisse fumée brouillon qui s'était emparé des lieux. Entre temps, elle fût rapidement rejoint par l'homme en question à qui elle jeta un regard rapide avant d'éteindre le feu ou était en train de bouillir ses pâtes. Sa main s'était déposé sur le manche de la casserole mais alors qu'elle s'apprêtait à la retirer de sur le feu, Ivan eut le malheur de commettre un geste qui la figea sur place. Sur le coup sa respiration s'était arrêtée, tout comme son cœur. Un long frisson désagréable vint la saisir entièrement , elle grimaçait en sentant ses doigts sur sa taille, serrant par la suite les dents. Sa poigne sur le manche de la casserole s'était resserrée elle aussi et intérieurement, le cadavre luttait pour ne pas balancer cette casserole bouillante sur le visage du brun. Lentement, Emily vint fermer les yeux pour tenter de se calmer, tout ses mauvais souvenirs et ses hurlements suivit de larmes lui parvinrent en tête, le poignard d'antan s'était enfoncé un peu plus dans son cœur, le crevant presque et comme pour mimer cette déchirure qu'elle ressentait au plus profond d'elle même, la brunette vint lâcher le manche pour déposer ses deux mains sur sa poitrine, à l'endroit même ou son cœur s'entêtait de battre. «Je me sens pas bien..» Souffla t-elle la respiration presque coupée en détachant le nœud de son tablier avant de tourner les talons et de se diriger jusqu'au salon la main sur le front, délaissant ses pâtes et l'instant cuisine qu'elle voulait partager avec l'homme qui pourtant ne semblait pas la laisser indifférente. Elle entendait cette petite voix mentale,la voix de la conscience, celle de Jiminy alias Archi Hopper qui lui ordonnait presque de retourner en cuisine et de faire face à cette foutue haptophobie, mais elle n'y parvenait pas, sûrement pas seule.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Vide
MessageSujet: Re: ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.   ❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan. Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

❝ Je sens poindre en moi des larmes nouvelles. | Feat Ivan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: SUJETS RP-