Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 2742709183

Partagez | 
 

 Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyVen 13 Mar - 13:18






RUMPLESTILTSKIN
Feat Robert Carlyle



ღ Ma véritable identité


ϟ nom : Aucun ϟ prénom : Rumplestiltskin ϟ date de naissance : 1 Avril ϟ Âge : Approximativement 3 siècles ϟ lieu de naissance : Royaume Enchanté ϟ lieu de résidence : Le Château du Ténébreux dans le Royaume Enchanté ϟ métier(s), occupations : Ancien Paysan, Ancien Soldat, Tisserand d'Or, Mage Noir, Le Ténébreux Maitre des Pactes, Mentor de Cora Mills, Mentor de Regina Mills, Mentor partiel de Zelena, Marchand de Voeux, Esclavagiste. ϟ orientation sexuelle : Hétérosexuel ϟ statut social : Veuf de Milah, ancien amant de Cora, Compagnon de Belle ϟ groupe : réponse ϟ rang : Mage Noir ϟ personnage [] inventé [X] tiré d'un conte/autre... ϟ son univers : La Belle et la Bête, Peter Pan et le Pays Imaginaire, Le Magicien d'Oz et Contes de l'enfance et du foyer


ϟ Quels sont vos signes particuliers ? Je suis un être à la chevelure longue et ondulée, la peau d’un vert que personne ne peut rater ainsi que marqué par différentes déformations, un nez légèrement crochu, des dents un peu tranchantes et chaotiquement placées les unes à cotés des autres. Je suis un être à l’apparence fine et agile, avec de longs doigts se terminant par des ongles en pointes à la couleur foncée. Mes yeux ont aussi une couleur particulière, le blanc ayant prit une teinte verte avec les pupilles plus étoilées que rondes. Mes tenues sont souvent en accord avec l’être que je suis, ne montrant pas réellement une richesse mais un coté plus excentrique ou sérieux.

ϟ Quelles sont vos principales habitudes/manies ? J’ai tendance à manipuler tous ceux autour de moi, à les pousser comme des pions où je souhaite sur mon échiquier, à les inciter à passer des accords avec moi, oui j’aime faire des accords, des pactes, réclamant majoritairement le premier enfant que la personne aura. Mais le bon coté c’est que je suis connu pour respecter mes accords. Je parle en bougeant étrangement, usant d’un langage corporel fort prononcé surtout dans les gestes de mes mains, et j’ai cette manie de rire d’une façon moqueuse, m’amusant de tout. Quand j’ai besoin de réfléchir, je me mets devant mon rouet pour tisser de l’or, cela a tendance à m’aider à me concentrer sans être dérangé par le reste. Au faite, n’oubliez pas que j’ai tendance aussi à rappeler une chose. Je suis le plus puissant.

ϟ Quels sont vos qualités, vos défauts ? Sans la magie, j’étais quelqu’un de lâche mais qui refusait de l’être pour ne pas ressembler à mon père, j’étais aussi quelqu’un qui aurait tout fait pour sa famille, aimant ma femme Milah, aimant mon fils baelfire, j’étais un père, un époux qui aurait tout fait pour sa famille et ne pas ressembler à celui qui a été mon géniteur. Mais malheureusement, mes décisions, mes actes qui m’ont fait survivre ont fait de moi ce que je détestais chez Malcolm. Mais tout a changé quand je suis devenu le Ténébreux, un être qui n’a plus peur, qui est obsédé par la recherche de son fils, par la vengeance envers tous ceux qui ont osé un jour m’écraser ou se moquer de moi, je suis devenu l’être intelligent et manipulateur que vous connaissez, un être abusant de son pouvoir pour rabaisser les autres ou montrer que personne ne pourra rivaliser avec moi. J’ai un cœur, même si il est bien noir, j’ai un cœur, j’ai su faire preuve de pitié et de compassion, que ce soit face à Belle ou Robin des Bois, mais je peux aussi être d’une extrême cruauté, surtout envers ceux qui ne veulent pas respecter un accord. Mes plus grands défauts sont mes faiblesses, mon fils, Belle qui était avant ma servante. Mais en attendant, je suis le grand et puissant ténébreux, celui qui a su créer ou arrêter des guerres à lui seul. Ah oui, une chose importante... Si il y a une chose que je ne sais pas faire, c'est que cette chose est impossible.

ϟ De quel camp faites-vous partie ? Quel Clan ? Mais mon Clan voyons, celui du Ténébreux. Certains diront que j’étais neutre car j’ai aidé autant la Méchante Reine, La Reine de Cœur, le Roi Maurice, le Roi George, Blanche Neige, Le Prince Charmant, et j’en passe, mais tout cela n’était pas par choix d’un Clan ou d’un Autre, tout cela était pour l’aboutissement de mon projet, tout comme j’ai travaillé avec Maléfique, avec Cruella et Ursula,… Chacune de mes décisions, de mes implications n’est pas uniquement une histoire d’accords mais bien la mise en place des pièces d’un échiquier pour finir par faire Echec et Mat face aux lois qui régissent les Royaumes, les Lois de la Fin Heureuse.

ϟ Quel(s) est/sont votre/vos ennemi(s) ? Mes ennemis… C’est complexe car mes ennemis sont des fois ma famille, ou mes alliés, mes ennemis sont tous les autres personnes qui ne sont pas moi. La Sauveuse est un outil qui était nécessaire à mon plan comme une ennemie potentielle, Crochet est un ennemi car il m’a prit ma femme et que ma vengeance sera jamais achevée, Cora est une ennemie car autant je l’ai aimé, autant elle est devenue une menace, Regina est une ennemie car même si mon élève elle ne se laisse plus contrôlée, Zelena est une ennemie car elle est totalement obsédée par ma personne et le rejet que je lui ai fais connaître, Malcolm alias Peter Pan qui n’est autre que mon propre père est aussi un ennemi à cause de son égocentrisme, sa lâcheté et ses actes, Henry était même un ennemi car il a faillit être la cause de ma perte, Cendrillon qui au refus de notre accord a tenté de m’enfermer, Blanche et Charmant qui n’ont aucune confiance en moi, je suis mon propre ennemi… Dois je continuer ? Les Sept Nains, les Fées, l'Amour, les non croyants, les croyants,... Bref, je crois que je vais éviter de citer chaque personne vivante n'est ce pas?

ϟ Avez-vous une quête à accomplir ? Oh oui j’en ai des quêtes, certaines sont réalisés, d’autres non. Ma quête principale était de retrouver mon fils Baelfire, quête qui m’a fait prendre Regina comme élève et la convaincre de lancer le Sort Noir. Mon autre quête c’est simplement d’avoir ma Fin Heureuse, de faire en sorte que les Méchants ont tous droit à leur fin heureuse. J’ai aussi une quête continue pour le pouvoir, être de plus en plus puissant et briser mon lien avec la Dague du Ténébreux pour que personne ne puisse me contrôler ou me vaincre.

ϟ Avez-vous des objets dont vous ne vous séparez jamais ? Bien, alors… **sort un vieux parchemin qu’il laisse se dérouler, tomber au sol et continuer à glisser un long moment sur le sol** Voici la liste de mes possessions principales que je garde précieusement. Donc commençons par une dague, mais pas n’importe qu’elle dague, c’est une dague ondulée avec mon nom inscrit dessus, aussi appelée la Dague du Ténébreux, vient en suite une tasse a thé ébréchée, de temps en temps brisée, de temps en temps réparée… Une écharpe, une simple écharpe qui appartenait à mon fils Baelfire et qui ne me quitte jamais… Divers contrats passés avec des personnes comme Cendrillon, deux poupées en bois victimes d’un mauvais sort en parti à cause de Gemini Cricket, une balle en cuir appartenant à Baelfire, une petite boite cubique pouvant servir de prison pour n’importe quoi ou n’importe qui appelée Boite de Pandore, un livre de sortilège assez imposant, un gantelet de Camelot permettant de trouver la faiblesse d’une personne où qu’elle soit cachée, la main tranchée du Capitain Crochet dans un bocal et encore bien fraiche malgré le temps, une boite magique contenant le chapeau du magicien Yensid de Fantasia, de la Racine de nuit pour donner vie aux plus grandes peurs et permettre de les vaincre, trois rubans dans une boite représentant un amour véritable entre trois sœurs, un globe magique sans carte qui permet au prix d’une goute de sang de savoir où aller, un attrape rêve permettant de voir ce qu’il s’est produit dans le passé au travers, une baguette magique appartenant à la bonne fée marraine, la lampe de l’ancien génie d’Agrabah devenu Sidney Glass qui est au passage inhabité, … Bon bon, on va un peu s’arrêter la car si je continue à nous serons encore la demain.

ϟ Avez-vous déjà été confronté à la magie ? Pardon ? Quelle drôle de question, je suis Le Ténébreux, un des très rares Mage Noir… Je ne suis pas juste confronté à la magie, je suis la magie. Cette question en est presque vexante.

ϟ Quelle est la dernière chose que vous faisiez avant que le sort ne vous envoie dans notre monde ? Et bien j’étais simplement occupé à attendre, attendre que sa Majesté la Méchante Reine finisse ce sort noir que je lui ai demandé, que cette magie se répande dans tout le Royaume et la Foret Enchantés pour que ce nouveau monde qu’est Storybrooke naisse avec la Malédiction, ainsi je pourrai retrouver le chemin vers mon fils. Non mais comme tout cela était mon idée, c’est naturel que je n’ai point été surpris par cette malédiction, que je l’attendais avec un plaisir malsain, une sensation de victoire.

ϟ Un dernier mot ? Vous êtes vraiment tous une belle bande de naïfs... Mais tant mieux, j'aime ça.



ღ Nouvelle identité : À Storybrooke


ϟ nom : Gold ϟ prénom : Monsieur ϟ date de naissance : 1 avril 1966 ϟ Âge : 50 ans ϟ lieu de naissance : Storybrooke, Etats Unis d'Amérique ϟ lieu de résidence : Une grande maison située dans l'Ouest de la ville, un peu isolée ϟ métier(s), occupations : Antiquaire, Avocat, Propriétaire de Storybrooke ϟ orientation sexuelle : Hétérosexuel ϟ statut social : Compagnon de Belle

ϟ Quels sont vos nouveaux signes particuliers ? Et bien maintenant je ressemble à un être humain, j’ai récupéré mon visage d’avant le Ténébreux mais j’utilise une canne pour marcher à cause d’une blessure à ma jambe quand la magie n’était pas présente à Storybrooke. Je porte toujours un costume assez chique et strict, avec une apparence froide et mauvaise, ma dentition de ma mâchoire inférieure possède une dent en or.

ϟ Quelles sont vos nouvelles principales habitudes/manies ? J’ai tendance à jouer un peu avec ma canne, pointer les gens avec celle ci, et tapoter des doigts sur mon bureau ou sur ma vitrine. Je me tiens beaucoup plus droit qu’avant, marchant d’un pas plus strict, aimant aussi jouer avec les mots pour endormir mes ennemis, tout comme j’aime jouer aussi avec les autres, surtout avec l’espoir. Je suis devenu un vrai homme d'affaire, un requin.

ϟ Quels sont vos nouvelles qualités, vos nouveaux défauts ? Beaucoup plus courageux, beaucoup plus sévère et stricte, mais aussi à l’écoute des autres. Le rôle que je me suis choisis ne change pas tellement de qui j’étais, mais pour endormir au début les soupçons de la Reine, j’ai créé un personnage plus poli, plus respectueux en restant quelqu’un de dur qui inspire une certaine froideur pour avoir le calme avant tout, n’aimant plus être dérangé par les opportuns. Je suis aussi bien plus obsédé par ma quête, par l’accomplissement de mes désirs, tout comme je ne tourne plus autant autour du pot, visant des objectifs clairs. Certains diront que je me suis ramolli à cause de Belle, plus aimant avec un cœur, aussi à cause de Henry et de Baelfire retrouvé, mais pourtant je suis quelqu’un de plus pragmatique qu’avant.

ϟ À cause de la malédiction, les habitants de Storybrooke ont vécu la même journée pendant vingt-huit ans, jusqu'à l'arrivée d'Emma Swan. Décrivez-nous cette journée répétitive : Ma journée n’était pas réellement répétitive car je me souvenais de tout, mais surtout j’étais libre de cette Malédiction. En effet étant responsable de sa création j’ai eut l’intelligence et la prévoyance de m’en protéger en partie, non du voyage créé par le sort noir, mais bien de l’amnésie qu’il provoque. Ainsi pendant 28 ans j’ai pu préparer la suite des évènements, l’attente de la Sauveuse en jouant mon nouveau rôle, le perfectionnant. Chaque jour je reste dans ma Boutique pour éviter d’être en contact avec le reste des habitants de Storybrooke, un jour Regina est venue me voir pour me parler, m’annoncer qu’elle n’était pas heureuse dans sa nouvelle vie, mais j’ai joué le Rôle de Monsieur Gold, faisant comme si je ne me souvenais en rien de la Méchante Reine et de Rumplestiltskin, comme si je ne me souvenais pas de tout ce qui nous unissait pour qu’elle ne revienne pas me voir. Ainsi je pouvais être tranquille à attendre, à réfléchir comment poser mes futurs pions quand la Sauveuse arrivera pour briser la malédiction, et qu’ainsi je puisse partir chercher mon cher fils. J’avoue, cela a marché à merveille, même si je sais en moi que la Reine se doute bien que tout cela n’est qu’une comédie.

ϟ La nouvelle vie de ton personnage en quelques lignes : Une fois Emma arrivée, j’ai commencé à sortir de ma Boutique, jouer mon Rôle de Monsieur Gold, l’homme froid et implacable qui possède la ville, que tout le monde craignait. J’avais le plaisir d’entendre les autres parler de moi comme un être dangereux, froid et puissant, errant dans Storybrooke pour commencer à inciter certains à prendre une direction ou une autre, me faisant de nouveaux alliés, ou pigeons si vous préférez, pour que tout puisse se dérouler comme je l’entendais. Avocat, homme d’affaire, j’ai commencé aussi du coup à rechercher tout ce qui me manquait comme ma Belle, allant jusqu’à user de violence sans hésitation contre ceux qui se mettaient sur mon chemin, faisant que ma réputation soit digne de ce qu’elle était. Point de pitié, point de compassion, j’aimais rappeler aux autres que je pouvais briser leur vie, récupérer aussi ce qui m’était du, mais la Sauveuse a eut tendance à se mettre sur mon chemin comme pour l’enfant qui m’était du dans la nouvelle vie de Cendrillon. J’ai autant tenté d’aider la Sauveuse pour qu’elle croie en Henry et le monde des Contes de Fée, tout comme j’ai aidé la Reine Regina dans ses projets, tout en restant Monsieur Gold. Bon la Reine m’a forcé à avouer que j’étais Rumpelstiltskin mais ce n’était point important maintenant que la Sauveuse était présente car chaque jour qui passait me rapprochait de mon objectif. Maitre de la Magie, Maitre de la Ville, je suis simplement le Maitre du Jeu.









COPYRIGHT Jafar

ღ Tell Me A Story...


Storybrooke a tellement changé depuis que la Sauveuse a brisé la malédiction, cette ville est presque devenue hors de contrôle et les aventures de nos héros sont devenues de plus en plus grandes. Je suis dans mes pensées alors que j’ouvre la porte de ma boutique d’antiquité, faisant les premiers pas, laissant résonner le son de la canne qui frappe au sol, allumant la lumière et retournant la pancarte pour laisser apparaître le « Open ». Un instant de nostalgie mon regard se perd en ces lieux, mon terrain, mes affaires, mes souvenirs. Un ancien jeu de carte dans une vitrine, cela me rappel mon enfance alors que je vivais seul avec Malcolm, mon père, cet homme égocentrique et irresponsable qui perdait son argent dans les rues du Royaume Enchanté à tenter d’arnaquer les participants à son petit jeu. Si seulement il avait été un arnaqueur doué mais non, au contraire c’était un misérable joueur, un homme incapable de cacher correctement une carte dans sa manche. Je crois que cette époque fut celle de ma naïveté, celle d’un enfant qui avait foi en son père malgré que je passais finalement plus de temps avec deux femmes âgées qui vinrent m’apprendre l’utilisation du rouet, faisant de moi un vrai tisserand. Je crois que ces deux vieilles femmes étaient surement plus une famille que Malcolm, mais que voulez vous, un enfant désire toujours garder espoir, voit en son père un héros, une image, un exemple… Ah que j’étais pitoyable, mais je devrais pourtant remercier Malcolm, connu sous le nom de Peter Pan aujourd’hui, car sans lui je ne serai surement pas devenu l’homme que je suis. C’était presque amusant de me dire qu’à cette époque, mon meilleur ami était une poupée de paille avec une petite veste bleue, que j’étais plus aimé de deux inconnues que de mon propre père. Cette enfance m’a fait affronter la magie, alors que les deux femmes m’avaient confié un haricot magique pour que je parte seul, sans mon père, sans celui qui était appelé le lâche pour avoir une nouvelle chance, une nouvelle vie. Il m’arrive de me demander quel homme je serai devenu si je les avais écoutées, mais j’étais un garçon plein d’espoir, je ne pouvais point abandonner mon père, préférant le retrouver pour lui montrer mon cadeau, un cadeau qui était destiné à m’offrir une nouvelle vie mais qui finalement offrit la nouvelle vie à mon père… Le Neverland. Un petit sourire s’affiche sur mon visage, je ne peux le contrôler car la où certains verraient l’horreur d’un père irresponsable, d’un homme lâche fuyant la vie adulte, je vois tout autre chose, je vois une leçon qui m’indique que je serai toujours meilleur que mon père. Je n’étais qu’un enfant, mais déjà à cette époque j’étais plus mature que celui qui m’a fait voir le jour, plus grand que celui qui est resté toujours un enfant, pas uniquement de corps en devenant le Maitre des enfants perdus, mais aussi d’esprit.

Mon regard se relève pour me laisser voir quelques armes antiques accrochées au mur, me rappelant aussi d’autres souvenirs, ma vie d’homme marié, ma vie de simple et pauvre petit homme faible et fragile, d’un homme affecté par le nom de son père ainsi que sa réputation. Oui comment oublier cette partie de ma vie ? Milah, mon épouse que j’avais tant aimé, la guerre contre les Ogres qui avaient commencé et moi qui comme un idiot était prêt à abandonner sa famille pour rejoindre cette guerre, non pas conviction, non par envies héroïques, mais uniquement pour devenir un Soldat, un Chevalier et prouver au monde que Rumplestiltskin n’était pas Malcolm, que je n’étais pas un lâche. Je me souviens bien du simple homme que j’étais, motivé par les batailles, persuadé que la victoire serait notre, ignorant la magie comme si elle était un fléau. Certains diront que j’ai été un lâche, d’autres que j’avais fait le mauvais choix. C’est possible mais ce que beaucoup ignorent c’est que j’avais suivit mon destin, écouté les paroles d’une Prophétesse que personne ne voulait entendre. Cette prophétesse pourtant avait raison, elle m’avait sauvé ma vie, j’avais déserté pour retrouver ma femme, mon fils… Mais j’étais devenu le lâche et le déserteur aux yeux de tous, aux yeux de celle que j’avais tant aimé et qui m’avait finalement abandonné. Au début j’avais cru que c’était un Pirate qui l’avait kidnappé, Crochet… Un homme contre qui je ne pouvais rien à l’époque, un homme responsable du départ de Milah, me laissant seul avec Baelfire. C’était malgré tout de bonnes années car j’étais avec mon fils, ne l’abandonnant pas, restant avec lui, cherchant une bonne vie pour ce dernier car je voulais le voir heureux. La vie m’avait malgré tout fait vite comprendre que j’étais trop faible pour protéger mon fils seul, comme je n’avais pas su protéger Milah de la sale influence du Pirate… J’étais un simple homme qui n’avait pas la force de combattre les despotes, les hommes armés et la où beaucoup voyaient de la lâcheté un réel courage est né… Celui de vouloir changer pour mon fils. Oui les Soldats du Duc accompagné du Mage Noir m’ont ouvert les yeux.

En pensant à ses armes, je pense du coup à la plus secrète et puissante des armes, mon regard se tournant vers un mur magique, un mur qui cachait y a un moment en son cœur la dague du Ténébreux, cette arme que j’ai acquise et qui a fait de moi ce puissant Mage Noir. C’est grâce à mon fils, à Milah que j’ai pu obtenir cette arme, que j’ai eut la volonté de tout affronter pour devenir celui qui est craint de tous. Au début j’étais parti suite au discours d’un mendiant vers le château où se cachait cette dague, faisant naitre le feu pour me libérer le chemin, traversant les flammes pour récupérer cette arme, prit de courage pour avoir ce qui allait changer ma vie. Je me souviens de ce courage à ce moment, comme lors de l’instant où j’ai invoqué avec la Dague le Ténébreux. Mais ce Mage s’était moqué de moi, voyant juste le paysan humilié et lâche alors je l’avais tué avec sa propre arme, la seule arme pouvant réellement vaincre un Ténébreux. Toute magie a un prix, c’était la seule leçon de Zoso, car à son agonie j’étais devenu le ténébreux, un monstre, un Mage Noir, la source de Magie, l’être le plus puissant du Royaume et ma lâcheté n’était plus. Je n’étais pas devenu comme mon père, un homme complexé voulant rester enfant, j’étais devenu le pouvoir. La vengeance était devenu aussi mon arme, car quand j’étais revenu au village, empêcher les hommes du Duc de prendre mon fils, tous ont connu la mort de mes mains, une mort violente qui effraya certes Baelfire, mais au moins j’avais le pouvoir de défendre ceux qui m’étaient chers. Non je ne regrette rien.

C’est amusant quelque part, tout en cette boutique a une part de moi, de ma vie, de mon existence. Chaque petit objet possède une aventure, un souvenir ou une magie propre. Comment pourrai je perdre mon sourire alors que je suis entouré de mon histoire, de ma grandeur, de ce qui prouve chaque jour que je suis le seul à avoir le pouvoir entre mes mains, l’avenir et la vie de tous. Je l’avais déjà prouvé dans le passé, je peux changer la vie de tous, faire naitre des guerres, y mettre fin. D’ailleurs en parlant de cela je me retourne dans ma boutique pour me diriger vers un petit coffre où se trouve l’écharpe de Baelfire, mon fils. Pour lui j’avais mit fin à la guerre des Ogres, j’avais aidé les enfants à rentrer chez eux… Je ne comprenais pas pourquoi mon fils avait peur car je n’avais pas vu que la magie me rendait plus cruel, comme cet homme que j’avais écrasé car il avait osé renverser Baelfire. Non ce n’était pas mon qui était devenu plus cruel, c’était Baelfire qui était trop jeune pour voir à quel point je voulais le protéger de ce monde qui nous entourait, de la cruauté des autres. Je me rends de temps en temps compte de ma faute en ce temps reculé, mes mains se posant sur le coffret, l’ouvrant pour dévoiler l’écharpe. J’avais promis à mon fils que quand je le pourrai, je renierai la magie, celui ci avait trouvé une solution, il avait cherché car il ne voulait plus avoir peur de moi, il ne voulait plus que les autres aient peur de nous. Il avait fait la même erreur que moi avec Malcolm, il était venu avec un haricot magique pouvant nous offrir une nouvelle vie dans un monde sans magie… J’avais été réellement lâche ce jour la, pour la première fois c’était la lâcheté comme mon propre père. J’avais peur de devenir à nouveau faible et de ne pas pouvoir le protéger, alors au lieu de sauter avec lui, j’avais résisté, je m’étais accroché et j’avais perdu Baelfire qui avait disparu par le vortex, me laissant seul. Oh sur le coup j’avais regretté, j’avais tenté d’ouvrir la terre pour le retrouver, mais c’était trop tard. Cette perte m’avait éveillé, me donnant à l’époque une seule quête. Le retrouver. Mes mains referment le coffre, une larme perlant au coin de l’œil en me souvenant de cette époque, rangeant précieusement cette boite contenant l’écharpe.

Le monde ne se rend pas compte de tout ce que j’ai du faire pour réussir à retrouver mon fils, la Malédiction, ce pouvoir absolu, le sort noir… La fée bleue m’avait dit que c’était une folie mais tout ce qui comptait pour moi, c’était retrouver mon fils, corriger ma faute. Encore une preuve que je suis différent de mon fils, je sais reconnaître mes fautes, j’avais su chercher à corriger mon erreur alors que Malcolm n’a jamais reconnu ses fautes… Bien au contraire. Tous les souvenirs de cette boutique sont liés à cette histoire, le sort noir… Retrouver Baelfire… Que ce soit la Prophétie arrachée à la Prophétesse, les fils d’or que j’ai tissé pour avoir la richesse et commencer à amasser assez d’or pour me payer tout ce qu’il me fallait, ma quête après le sortilège maudit, ma quête pour les différents ingrédients, ma quête du pouvoir et des pions à placer sur l’échiquier pour réussir mes quêtes. Mon regard se porte alors sur différents objets de la boutique, m’arrêtant sur une armoire close, m’y rapprochant pour l’ouvrir et dévoiler une main dans une cuve. Crochet… Oh oui je me souviens de lui, de nos rencontre, de ma haine qui ne s’est jamais éteinte envers lui. C’était lors de mes quêtes pour le sort noir que j’étais retombé sur lui, pensant uniquement à ma revanche mais cet être, ce menteur, ce fourbe écrasé par ma puissance m’avait avoué sous la lâcheté que mon épouse n’était pas morte, qu’elle était partie avec lui de son plein gré, qu’ils s’aimaient. J’avais alors désiré montrer la colère du Ténébreux, poussant le Pirate vers son navire, retrouver Milah pour entendre sa version des faits et tout ce qu’elle m’avait dit m’avait poussé vers plus de haine, plus de colère. Ce jour la j’avais brisé ce qui restait surement d’humain ou de bon en moi, donnant au Pirate son nom de crochet après lui avoir tranché la main et arrachant le cœur de mon épouse pour l’écraser devant les yeux de son nouvel amant. Cet événement n’avait aucun lien avec la Malédiction, ni avec Baelfire, mais au moins il m’avait soulagé. Je referme doucement l’armoire où se trouve la main, un sourire fier sur le visage.

En dehors donc de ce petit écart personnel, tout le reste de ma vie avait été pour la Malédiction qui a fait naitre Storybrooke et j’avoue le don de la Prophétesse m’a aidé à tout mettre en place à prévoir chaque événement, à savoir qui je devais viser ou non. Je me tourne alors vers un de mes plus vieux contrats, une de mes plus anciennes histoires. A l’époque je ne savais pas en quoi cela m’allait être utile, mais je savais que je devais agir ainsi. Qui aurait pu croire qu’affecter deux pauvres idiots aurait permis dans le futur la création de Pinocchio, celui qui allait aider la Sauveuse à ouvrir les yeux. Une histoire simple, un homme voulant se libérer de ses parents envahissant, un homme qui avait fait appel au Ténébreux pour trouver une solution mais qui s’était retrouvé piégé par le coté malin et fourbe de ceux ci, condamnant deux innocents à finir en poupée de bois, ces poupées qui sont la devant moi, les parents de celui qui est connu sous le nom de Geppetto. Mais cette petite histoire me prouve que chaque acte qui m’a guidé grâce au don de voyance avait réellement eut un objectif à long terme. Mon regard alors se tourne vers la boite où se trouve le reste de la bougie qui a servit contre Cora… Cora, une femme qui aurait pu me détourner de ma quête mais dont finalement ses actes m’ont gardé dans la bonne voie. Cette femme n’était qu’une femme du bas peuple qui rêvait d’une grande vie, une femme qui n’avait que sa beauté et désirait devenir une grande de ce monde… Je me souviens parfaitement de Cora, de notre passé, de nos rencontres, je crois que je ne pourrai jamais l’oublier car elle a été mon premier élève et mon premier amour depuis Milah. Oh Cora, ta prétention a souvent faillit être ta perte, je me souviens de ton accord avec le Roi pour avoir son fils, toi qui disait que tu pouvais faire de l’or de tes mains, qui t’était retrouvée enfermée dans une tour et qui n’avait qu’une nuit pour prouver tes mots. Cette bougie me rappelle Cora car j’avais tenté de pousser Blanche à l’utiliser sur le cœur de cette sorcière pour la tuer, mais elle ne l’a point fait… Peut-être que c’était un bien ou un mal, allez savoir… Peut-être qu’un jour je viendrai rechercher Cora dans le Wonderland pour la faire revenir, si elle accepte de m’écouter cette fois ci au lieu de suivre toujours ses propres plans. Mais revenons à notre passé, ce souvenir qui aurait pu me détourner de la Malédiction. Elle dans sa tour que je suis venu voir car la prophétie m’avait guidé à elle, elle a qui j’avais proposé de tisser de l’or en échange de son premier enfant. Mais Cora avait su se montrer directement plus désireuse que simplement un accord aussi simple, elle avait désiré que je lui apprenne et ainsi je l’avais guidé pour devenir cette sorcière puissante. Dans cet apprentissage nous en étions devenus amants, oubliant un peu notre accord, elle avait eut ce qu’elle voulait, la main du Prince, elle allait devenir reine, mais nous le savions tous les deux à l’époque, nous étions des âmes sœurs. Malgré tout ce qui nous unissait, alors qu’elle devait abandonner son Prince pour partir avec moi, elle avait préféré s’arracher le cœur pour cesser de m’aimer et ainsi continuer sa vie, se tournant vers le pouvoir et la richesse sans se rendre compte que tout cela, je pouvais lui donner. Elle avait fait son choix, prendre sa propre vie en main, elle avait fait le choix de devenir juste une Reine en me présentant son cœur dans une boite. Cora, notre vie est une longue histoire qui ne semble pas encore avoir trouvé sa fin. Et dire que sa décision de m'abandonner m'avait offert la pièce maitresse de mon échiquier pour réussir ma quête, sa fille Regina.

Mon regard erre encore un peu sur ma boutique, voyant une place vide, celle où un moment se trouvait l’épée du Prince Charmant, ah Charmant ce petit Berger que j’ai acheté pour le Roi George, un homme qui ne pouvait concevoir. Enfin j'avais d'abord apporté le frère jumeau de Charmant au Roi George, celui qui a été un fils exemplaire mais malheureusement celui ci ayant trouvé la mort, le Roi m'avait demandé de le ressusciter, bien bien après. Comme vous le savez, la magie empêche de ramener les morts, mais j'avais une solution, j'ai apporté au Roi George le jumeau, le vrai Charmant en disant que vu l'apparence identique, cela passerait comme si son fils n'était jamais mort. Et dire que je n’ai pas choisis celui la par hasard, non Charmant avait apparu à moi dans mon esprit telle une vision, c’est d’ailleurs comme Regina, je la connaissais bien avant que nous nous rencontrâmes, que ce soit par mes visions mais aussi cette nuitée où je me suis penché sur le berceau de ce bébé pour venir vérifier si magie vivait en elle. Tout ici a aussi une part de Regina maintenant que j’y pense, elle a été ma plus grande réussite, ma meilleure élève. Certes elle a aussi été ma rivale, mais tout ce qu’elle a fait contre moi ou pour moi n’a été que dans le sens de servir ma cause, même si elle l’ignorait. Je m’avance vers le comptoir de la boutique en repensant à ma rencontre avec Regina, la première fois c’est elle qui m’avait invoqué en utilisant le livre de sa mère, Cora, et cette rencontre avait été d’une grande tristesse pour moi, c’était une femme faite de bonté qui refusait la magie pour pas finir comme sa mère, mais aussi refusait de faire du mal. C’est ainsi que j’avais décidé d’un peu lui gâcher sa vie, profitant de ce que je savais, des actes de sa mère par rapport à son amant, Daniel, j’avais alors offert juste un miroir à Regina, un miroir qui lui permettrait de fuir sa mère dans un monde à part… Mais ce miroir aurait pu aussi servir à pousser sa mère dedans, du coup c’était pour moi un teste, allait elle fuir, ou se débarrasser de ce qui lui apportait douleur ? Regina avait une grande différence par rapport à sa mère, Cora avait été assoiffé par le pouvoir, elle en voulait plus au point de s’en arracher le cœur, alors que Regina le rejetait car même si elle avait poussé finalement sa mère dans le miroir, l’envoyant dans le Wonderland et m’en débarrassant par la même occasion, elle avait tenté de fuir son mariage et son Roi, son avenir de Reine mais aussi la magie car elle était frileuse face à ce pouvoir… Elle avait peur car elle avait aimé cela. Et dire que Regina avait un tel potentiel mais j’étais presque obligé de lui courir après pour en faire ma disciple, ma Reine sur l’échiquier. Repoussant à chaque fois mon apprentissage, refusant des actes simples comme arracher le cœur d’une Licorne, j’avais été forcé d’user de subterfuge pour obtenir ce que je désirai. Mon regard se porte alors sur une collection de pièce d’or, m’en rapprochant en admirant celles-ci, les effleurant de mes doigts. Un des subterfuge s’appelait Victor, un homme que j’avais rencontré dans un monde en Noir et Blanc, un homme croyant en une magie appelé science et qui voulait ramener des morts à la vie, chose impossible mais ses expériences semblaient presque y arriver. Cet homme voulait un cœur unique pour réussir son projet. Ainsi était né en moi l’idée du complot, faire briller à ma disciple Regina, avec l’aide de Jefferson, un voyageur inter monde, qu’un homme pourrait ramener son Daniel, l’écuyer, à la vie. Vous savez faire briller l’espoir dans les yeux d’une femme est quelque chose de magnifique, mais voir cet espoir se briser en mille morceaux est encore plus beau. C’était ce que j’avais fais avec Regina, donner de l’espoir, partir avec elle et le Chapelier pour chercher Victor, récupérer un cœur pour Victor qui faisait ensuite semblant de le donner à Daniel mais que cela avait échoué. Ainsi je pouvais faire comprendre que ni moi, ni se Victor n’avaient réussit, qu’il faudrait un être plus puissant surement et la Reine qui avait perdu espoir vit qu’une chose, la possibilité d’elle y arriver. Ainsi quand j’étais occupé avec une fausse apprentie, Regina était revenue à moi, arrachant le cœur de celle ci sans scrupule pour l’écraser entre ses doigts. Ma Regina était prête… Que de beaux souvenirs, que de manigances… Comment oublier tout cela, même si nous sommes comme des ennemis aujourd’hui, elle est ma plus grande fierté. Mais jamais je ne pourrai lui avouer une telle chose.

Que n’aurai je pas fait pour avoir Regina de mon coté ? Elle était la seule qui avait ce qu’il fallait pour lancer la malédiction et je dis bien la seule… Près des pièces je prend une petite boite en bois, l’ouvrant doucement pour admirer un morceau du pendentif de Maléfique, une ancienne amie, une presque défunte amie d’ailleurs. Ah Maléfique était une sorcière très puissante aussi dans son genre, elle m’a beaucoup aidé pour la Malédiction mais il lui manquait certaines choses pour réussir à faire le Sort Noir, par contre elle m’a beaucoup aidé à atteindre mon objectif, mais pas uniquement elle. A cette époque je me rappel que je laissais un peu la Reine se débrouiller, s’occuper de son époux et de sa belle fille Blanche, partant dans ma quête de cette fameuse Malédiction mais sans aide je n’aurai pas su l’avoir car il existait à la fois bien des pièges et un gardien qui m’empêchaient d’aller jusque la. J’avais donc réunis Maléfique le Dragon, Cruella l’envouteuse des bêtes, et Ursula la sorcière des mers, les unissant, formant un trio impressionnant pour aller vers le repaire où était le Sort Noir. Cruella pour chasser les scarabées de la porte, Maléfique pour attirer le feu, et Ursula pour ramasser le sort, mais aussi pour que le gardien soit occupé avec les trois, me permettant de partir tranquillement. Oui je sais, c’était bas, une vraie trahison, mais elles s’en sont sortie et sont devenues de vrais alliées, alors elles pourraient me remercier de ce coup bas non ? Je referme la boite du talisman en repensant à tout cela, sans elles je n’aurai surement pas su atteindre le Sort Noir, celui qui m’a dévoilé toutes les composantes qui étaient nécessaires pour réussir la Malédiction et point des composantes faciles… Le Cœur de l’être le plus cher, l’amour véritable… Des choses qui ne courraient pas les rues, mais Regina pouvait avoir ceux ci, ce que Zelena ne pouvait point avoir… Oui Zelena, la grande sœur de Regina que j’avais rencontré alors que je formais la Reine…

Oui Zelena, cette maudite Zelena… Quand elle était apparue dans le Château de Regina, elle s’était présentée comme une Sorcière bien plus puissante que sa sœur, une sorcière qui voulait tout faire pour me satisfaire. J’avoue, à cette époque Zelena était beaucoup plus puissante que Regina, mais elle avait beaucoup de défauts qui la rendaient incompatible avec mon projet. Premièrement elle était jalouse de sa sœur, voulait ce que Regina possédait, prête à tout pour la tuer, d’ailleurs avec un de mes tests j’avais pu voir qu’elle pouvait aller jusqu’à me désobéir pour la tuer, chose que je ne pouvais pas accepter car du coup cela voulait dire qu’elle pourrait à tout moment ne point m’écouter et agir à sa guise, voir improviser. Deuxièmement, elle n’avait pas de conviction propre à lancer ce sort noir, alors que pour Regina, elle en avait, celui de trouver son bonheur, de vaincre ses ennemis, mais aussi son Daniel. Pour finir, le lanceur du sortilège devait sacrifier le cœur de la personne la plus chère à ses yeux, et voilà le souci, pour Zelena il s’avérait que cette personne aimée n’était autre que moi. Elle disait le contraire mais je savais que c’était vrai, d’ailleurs elle l’a encore prouvé récemment. Du coup je ne pouvais pas la laisser m’arracher le cœur pour MON sortilège, non c’était totalement impossible, et c’était pour cela que j’ai renvoyé celle ci, la chassant pour faire comprendre que jamais je ne lui enseignerai ni l’aiderait, que Regina était bien plus importante qu’elle pour moi. Et dire que Cora me devait son premier enfant, c’est un comble d’imaginer que c’était Zelena…

Je soupire un instant me rendant compte que chaque objet a son histoire, me tournant un instant dans la grandeur de ma boutique, pouvant presque conter une histoire pour chaque petite chose, mais les plus grandes histoires sont souvent dans les objets les moins visibles, ceux que je n’affiche pas comme la petite boite se trouvant dans le meuble au fond de la boutique. Une petite boite magique et tellement puissante comprenant ce qui est appelé le Chapeau du Magicien, un objet permettant d’avaler toute magie, un objet qui pouvait me libérer de la Dague du Ténébreux. Je m’en souviens parfaitement, un petit tour bien rusé pour obtenir cet objet que tous les Ténébreux ont convoité mais qu’aucun n’a su obtenir. J’avais du m’arranger pour droguer l’apprenti, l’endormir, envoyer une innocente la bas qui avait passé un accord avec moi, pousser celle ci à pénétrer dans ces lieux et la pousser finalement à s’opposer à moi. Celle qui travaillait pour moi alors avait décidé de me menacer d’une arme mais elle ne pouvait rien contre moi, surtout vu sa nature innocente et pure. Elle avait abandonné, tombant en larme, me permettant d’en récolter une pour briser la défense de cette boite magique qui repoussait les Ténébreux, pouvant ainsi la voler mais malheureusement l’apprenti que j’avais transformé en rat m’avait mordu, me faisant lâcher ma dague que la jeune innocente prit directement pour me forcer à lui donner la boite… Elle m’avait obligé ainsi à la lui donner, partant avec et me laissant ma dague, me rendant fou de rage, oh oui réellement fou de haine même. Mais bon ce n’était pas si grave car finalement une proche de cette jeune femme qui avait besoin de mes services m’avait rendu cette boite et le chapeau en paiement.

En parlant d’objets cachés et précieux, le plus précieux se trouve à coté du chapeau, une tasse ébréchée, un objet qui est plus un symbole comptant à mes yeux qu’un objet réellement magique ou inestimable, ce n’est qu’une tasse à thé ébréchée qui me rappel sans cesse Belle. Ah Belle c’était une histoire si passionnante, si importante, une histoire magique et unique qui m’a marqué. Pourtant au début entre elle et moi, rien n’était rose. Cette femme ravissante n’était que ma servante, en faite au début elle était une princesse, une noble et son père avait fait appel à moi pour arrêter la nouvelle guerre des ogres, chose que bien entendu j’avais accepté et comme souvent mon prix était le premier enfant, qui dans ce cas présent était une femme déjà fiancée et ravissante, Belle. Il refusa, le fiancé s’opposa mais elle se sacrifia noblement, se donnant volontairement à moi… La pauvre. Je l’avais donc embarqué à mon château pour qu’elle s’occupe des taches ménagères, et je dois dire qu’au début je l’avais malmené, lui offrant un confort misérable en lui indiquant la sale besogne que je lui réservais. D’ailleurs cette tâche ébréchée était un accident de Belle, une tasse qu’elle avait fait tomber, et étrangement alors que je lui criais dessus pour un rien, que je la malmenais souvent, je n’avais rien reproché pour cette tache, la pardonnant alors que pourtant elle même s’attendait à la réprimande. Oh oui je la malmenais souvent, même quand elle pleurait dans sa chambre… Enfin cellule, quand je lui avais donné un oreiller qu’elle cru pour son confort, je n’avais pas su m’empêcher de lui dire que c’était pour qu’elle se le mette sur le visage et que je n’ai plus à entendre ses larmes incessantes pendant que je travaillais. Pourtant je savais déjà au fond de moi que je m’étais attaché à cette servante, la preuve en était avec Robin des Bois, ce pauvre voleur qui était rentré dans mon Château sans ma permission. Ce voleur voulait une baguette que j’avais en ma possession pour sauver sa femme, chose qui ne m’intéressait pas du tout, et quand j’avais voulu le chasser, il m’avait tirer dessus d’une flèche qui ne pouvait pas manquer sa cible, sauf que ce dernier semblait oublier que seule ma dague pouvait me tuer. Etrangement Belle s’était inquiétée pour mon sort, mais elle s’inquiétait pour tout le monde car quand je torturais ce maudit voleur, elle s’inquiétait aussi pour lui, n’aimant point ce que je faisais subir à ce dernier. D’ailleurs elle l’avait libéré en mon absence et le Robin des Bois avait du coup volé ma baguette… Pour la châtier je l’avais forcé à me suivre pour le retrouver, le traquer, le tuer devant elle, ainsi elle aurait la mort sur sa conscience. A plusieurs reprise elle avait tenté de me retenir, de dire qu’il existait un homme bon en moi, mais je lui avais fais comprendre que personne ne pouvait me voler impunément. Une petite entrevue avec le Sheriff qui m’avait aidé généreusement à retrouver le voleur en échange de sa propre langue que j’avais arraché car ce malotru voulait à la base comme paiement de son aide s’amuser avec ma servante Belle, chose que je ne pouvais pas tolérer et finalement j’avais retrouvé le voleur, prêt à le tuer avec son propre arc. Mais voilà, finalement Belle avait réussit à me toucher, elle avait réussit et j’avais épargné Robin après tout le discours sur la femme enceinte et l’enfant qui pourrait vivre sans père. Mais vu que le voleur avait ma baguette, j’avais décidé de mon coté de garder son arc, repartant chez nous avec ma servante heureuse de m’avoir vu agir ainsi. J’en avais connu des aventures avec Belle, chacune nous rapprochant peu à peu, faisant que nous avions échanger de plus en plus d’histoires, que ce soit quand elle m’avait fait parler de Baelfire et de sa perte, ce qui lui laissant penser du coup que je collectionnais tous ces objets magique pour combler le vide dans mon cœur, que ce soit sa curiosité face à mon travaille, ou encore la fois où nous nous sommes rapproché quand elle était tombée et que je l’avais rattrapé, tout comme quand je lui avais offert une rose qui n’était autre que son fiancé Gaston venu la libérer et que j’avais transformé. Mais je crois que ce sont les actions de Cruella, Maléfique et Ursula qui m’ont fait me rendre compte de l’importance que Belle avait pour moi. En effet ces trois anciennes alliées avaient retenues une leçon que je leur ai enseigné, celle qu’ensembles elles étaient plus fortes et elles avaient capturé Belle, en faisant d’elle une otage me réclamant contre elle le Gantelet de Camelot qui permet de trouver la faiblesse d’un être, ce qu’il aime le plus. M’obligeant ainsi de les rejoindre, échangeant le Gantelet contre ma Servante que j’avais ramené ensuite en sécurité pour finalement retourner récupérer mon Gantelet en rappelant que de un personne n’arnaquait Rumplestiltskin, mais aussi que j’étais le plus fort et qu’elles ne pouvait pas rivaliser. Oui je tenais à Belle, mais pire que cela, c’était Regina qui ensuite allait me faire rendre compte que je l’aimais. J’avais donné certaines liberté à Belle, lui permettant de sortir mais cela n’était pas réellement une liberté, c’était un test, voir si elle reviendrait ou non, si elle tenait à moi. Je ne savais pas à cette époque que c’était réellement le cas, c’était seulement à son retour que je m’étais rendu compte que c’était réciproque. Mais Regina avait corrompu l’esprit de Belle avec l’amour véritable, chose qui pourrait soit disant me rendre à nouveau humain. Belle m’avait embrassé, notre premier baiser, un baiser d’amour qui m’avait affecté, mais je crois que la peur de cet amour, ou alors la peur que ce soit un complot, voir que cela m’empêche de retrouver mon fils m’avait fait repousser Belle, l’enfermer puis finalement la renvoyer chez elle. Je pense que cela avait été ma pire des décisions surtout qu’à l’époque Regina m’avait fait croire qu’elle était morte… Alors qu’elle l’avait fait enfermer au cas où pour l’utiliser contre moi. En tout cas, depuis son départ, jamais je n’ai abandonné ou quitté cette tasse ébréchée.

Je referme doucement l’armoire où se trouve cette tasse et le chapeau, c’est vrai que Regina avait eut bien des raisons de m’en vouloir, je ne lui avais pas mené la vie facile pour obtenir ce que je voulais, j’avais tout fait pour la corrompre pour la pousser à devenir violente, mauvaise, tout comme j’avais aidé sa belle fille, Blanche Neige. Bon au début ce n’était pas réellement de l’aide, après tout j’avais manipulé Blanche Neige pour obtenir ce que je voulais, un cheveux d’elle pour la Malédiction, contre ce cheveux je lui avais donné une potion pour oublier son amour pour Charmant, mais comme je m’en doutais, tout cela allait l’affecter et elle est revenue à moi avec le Nain Grincheux pour avoir un remède, chose que j’ai dis impossible, car seul l’amour véritable peut briser un sort, mais Blanche voulait tuer Regina alors je lui avais donné simplement l’arc de Robin des bois, cet arc qui ne rate jamais sa cible ainsi qu’une carte pour trouver la Reine. Bien entendu je savais déjà tout ce qui allait se passer car peu de temps après ce fut Charmant qui était arrivé chez moi, voulant sauver sa Blanche bien aimée, alors j’avais marchandé avec lui, sa cape contre la carte pour lui dire comment rompre le sort et retrouver Blanche. De cette cape j’avais pris un cheveu de Charmant pour le mettre avec celui de Blanche et ainsi créer un des éléments nécessaires pour mes projets, une fiole d’Amour Véritable. C’était une des raisons qui faisait la colère de Regina, tout comme le mauvais tour que je lui ai joué quand elle voulait savoir ce que son peuple ressentait pour elle, que je lui avais donné une autre apparence et qu’elle s’était retrouvé à voir la haine du peuple contre elle, qu’elle avait vu les gardes qui tentaient de l’arrêter, à se retrouver finalement sauvée par Blanche. Oh elle m’avait appelé plusieurs fois mais je n’avais jamais répondu à ses appels, uniquement quand elle était arrivée au château. Mais comme je vous disais, tout avait une raison d’être et ici c’était d’éveiller de plus en plus d’haine pour que son cœur devienne sombre et qu’elle lance la malédiction.

L’Amour était une chose importante dans certaines formes de magie, que ce soit l’amour de Blanche et Charmant qui a donné naissance à la Sauveuse, ou l’amour de Regina pour son père qui a permis à faire le Sort Noir. Je retourne derrière mon comptoir, regardant cette boutique, ce lieu idéal et parfait, il est lui même un souvenir du passé car quand Cendrillon m’avait tendu un piège pour m’empêcher de prendre son enfant qu’elle m’avait promis dans un de nos accords passé, Charmant et Blanche étaient venus à moi pour savoir ce que préparait la Reine, me permettant de leur annoncer la Prophétie, les prévenir du Sort Noir qu’ils ne pourront pas arrêter et que seule leur enfant arrivera à changer les choses dans le futur. Tout comme j’avais eut la visite de Regina qui n’arrivait pas à lancer ce sortilège car elle n’avait fait que sacrifier le cœur de son Cheval, Regina à qui j’acceptais de lui dévoiler son erreur à condition qu’elle m’offre tout ce que je désirerai dans le nouveau monde qu’elle allait créer. C’était moi qui lui avais indiqué qu’il fallait plus qu’un animal, lui faisant comprendre que son père était le sacrifice. Oh ils pensaient tous être sauvés de moi car j’étais enfermé, mais ce qu’il ne savaient pas c’était que je me trouvais exactement où je le souhaitais, j’avais tout prévu dont la potion pour me protéger de l’amnésie créée par le Sort Noir, il ne me restait qu’à attendre que Regina si lance, faisant assez durer les choses pour que Emma vienne au monde, que Blanche et Charmant puisse protéger leur fille. Tout était parfait car je ne commet jamais d’erreur, car je savais exactement tout ce qui allait se produire et qu’enfin ma Reine était placée sur l’échiquier pour faire échec et mat.

Cette Malédiction, c’est une œuvre magnifique qui a joué avec ma patience, 28 ans d’attente dans cette ville à voir tout le monde vivre sa même journée, 28 ans de solitude sans Belle que je pensais perdu, sans mon fils que j’attendais avec impatience, 28 ans à jouer le jeu devant Regina pour faire croire que j’étais juste Monsieur Gold. Mais finalement qu’est ce que 28 ans ? Ce n’était rien car un jour grâce à Henry, ce petit enfant très particulier qu’avait adopté Regina, la Sauveuse est arrivé et même sans la foi, elle a bouleversé la Malédiction car le temps avait reprit sa course. Les histoires et contes ont recommencé d’une certaine façon, Henry persuadé que nous étions tous des personnages de son livre mystérieux, tentant de faire naitre cette croyance chez Emma. Bon il faut dire que la Sauveuse avait mit le temps pour réussir sa mission, découvrant chaque personne, s’intéressant surtout à elle et son fils au lieu d’ouvrir les yeux sur ce qu’il y avait réellement autour d’elle, mais la Jalousie de Regina aidait dans mon projet, puis j’avais mis quelques pièces en place pour l’aider, tout comme j’avais un peu bousculer la pauvre Cendrillon devenue une pauvre femme de ménage, voulant récupérer son enfant, tout comme j’avais aussi un peu joué avec Regina et Blanche, l’aidant dans le malheur de sa rivale toujours éloignée de son Charmant pris au piège dans un couple avec la fille du Roi Midas. Que des jeux qui n’ont été perturbé que par une personne, un imprévu dans mon projet. Pinocchio. Ce voyou avait osé se jouer de moi en faisant naitre l’espoir, faisant croire un moment qu’il était mon fils Baelfire pour avoir ma dague du Ténébreux, mais cet idiot avait oublié que tant que la Sauveuse n’avait pas brisé la Malédiction, il n’y avait pas de magie et que du coup la Dague ne pouvait pas m’affecter. J’avais aussi retrouvé le père de Belle en ayant entendu que celle ci serait peut-être en vie, et j’ai fais comprendre à ce pauvre amnésique que personne ne se jouait de moi, libérant ma violence. Bon j’avais aussi poussé Emma à devenir le Sheriff après la disparition de Graham, le petit chien chien jouet de la Reine, tout était une nouvelle partie, un nouveau jeu d’échec. Mais malgré tout, Emma avait réussit, elle avait vaincu Maléfique grâce à l’épée de Charmant que je lui avais donné, elle avait libéré Storybrooke en rendant la mémoire à tous, elle avait brisé la Malédiction et mieux encore, Belle était retrouvée, ma Belle qui s’était échappé de l’Asile où Regina l’avait enfermée, enfin échappée grâce au Chapelier. Il a suffit d’une potion d’amour véritable dans le puits et tout était arrangé… Ou presque.




Dernière édition par Monsieur Gold le Lun 16 Mar - 18:08, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyVen 13 Mar - 13:19



COPYRIGHT Jafar

ღ Tell Me A Story...


Mes yeux se ferment, un peu nostalgique des émotions retrouvées ce jour la, mon aveu d’amour pour Belle, le faite qu’elle m’aimait toujours en retrouvant sa mémoire, mais vous me connaissez, je suis un homme de rancœur et vengeance, savoir que Regina l’avait gardé capturée si longtemps, me faisant croire à sa mort… C’était trop. Mon regard se porte vers un présentoir vide, la où se trouvait une amulette bien précise, celle que j’ai utilisé pour me venger de la Reine. Oh oui ce moment la j’étais sombre et terrifiant, les citoyens avaient enfermés Regina qui n’avait plus de magie en elle et tout ce que j’ai fais était d’aller la voir dans sa cage derrière les barreaux pour la marquer avec l’Amulette et libérer ainsi le spectre noir vengeur, un être qui ne s’arrête qu’après avoir tué sa cible. Malheureusement mon comportement et cette malveillance bien présente en moi avaient blessé Belle, la décevant et malgré que je lui avais dis qu’il serait impossible pour elle de m’aimer, elle semblait ne pas perdre espoir, surtout à cause de ma Tasse ébréchée que j’avais gardé. Je ne portais point attention au combat contre le Spectre, la disparition d’Emma et Blanche, juste déçu de la survie de Regina, mais après tout elle était coriace, c’était mon élève. Je m’étais uniquement concentré pour préparer mon départ de Storybrooke, apprenant malheureusement une dure vérité, la malédiction était encore en partie présente et ceux qui sortaient de la ville redevenaient ceux qu’ils étaient pendant la malédiction, oubliant ceux qu’ils étaient réellement. Regina était venue me voir d’ailleurs malgré tout cela pour récupérer son livre de sort, chose que je lui ai rendu sans aucune honte en lui offrant une petite pique en souvenir du passé comme quoi elle était devenue comme Cora, la chose qu’elle ne voulait pas faire avant. Il est difficile de changer un homme, même avec l’amour, je sais que chaque jour qui était passé, Belle était déçue par mes actes, par le faite que j’usais de magie, elle me disait souvent que c’était la seule chose qui s’interposait entre nous et son père en avait d’ailleurs profité, soit disant pour la protéger, il l’avait fait capturer. Oh bien sur personne ne pouvait se mettre sur mon chemin, je l’avais retrouvé alors que Mouche allait la pousser par le Chariot de la Mine hors de la ville pour la faire oublier qui elle était. Mais j’avais retrouvé Belle, d’ailleurs j’avais aussi pris la décision d’enfermer Mouche pour savoir ce qu’il savait sur Crochet, où ce misérable pirate était. Oh cette petite boutique en a connue des histoires, en a vu passer du monde, comme Victor qui avait eut une sorte d’accident et qui m’avait demandé de lui recoller son bras… Comme Regina qui était revenue plus d’une fois comme pour avoir une solution pour aider son fils Henry qui souffrait de sortes de cauchemars.

Je sors du comptoir une petite baguette, la baguette que j’avais animé avec la poudre de fée de la mine pour bloquer et piéger le puits quand j’avais appris que Cora risquait de venir à Storybrooke, cela malgré le risque de voir Emma et Blanche mourir si elles passaient par la en première. Mais voilà, Regina était devenue une femme plus faible qui ne pouvait pas résister au regard de son fils, de cet enfant qui lui supplia de retirer le piège, ce qu’elle fit. Certes bon, c’était Emma et Blanche qui était ensuite sorties du puits, mais le risque était la et n’aurait pas du être pris, surtout pour elles. D’ailleurs depuis ce jour la, la Sauveuse se méfiait de moi, tout cela à cause du parchemin trouvé dans mon ancienne prison et quand Gemini avait disparu elle était venue me voir directement, m’accusant ouvertement de ce crime. Je range la baguette en repensant à cela, regardant le Dreamcatcher, cet objet que j’avais utilisé pour montrer les évènements passés à la Sauveuse, un événement qui avait accusé ouvertement Regina d’ailleurs, ce qui m’avait surpris car la connaissant, elle était plus subtile que cela. Mais tout ce qui m’intéressait n’était pas cette affaire, ni Regina, ni même Cora d’ailleurs, ce qui m’intéressait était de trouver comment franchir la frontière de la ville pour retrouver Baelfire, faisant quelques potions, faisant même un test en utilisant Mouche comme cobaye. Bon mes projets avaient eut une interruption alors que je comptais utiliser le foulard de mon fils comme réceptacle de la magie pour quitter Storybrooke, et cette interruption était Crochet qui semblait vouloir s’attaquer à Belle, ma Belle. Il ne m’avait pas été difficile de retrouver le Bateau invisible de Crochet pour sauver Belle et faire comprendre au Pirate que j’étais toujours plus fort que lui, mais alors que je le frappais, comme avec Robin, Belle m’avait demandé de l’épargner et une nouvelle fois je l’avais écouté, repartant avec elle… J’allais pouvoir enfin partir de Storybrooke pour retrouver mon fils, partir avec Belle jusqu’à la frontière pour lui dire au revoir et lui promettre de la retrouver. Sauf que Crochet était revenu, qu’il avait tiré, blessant Belle et lui faisant passer la frontière, lui ôtant sa mémoire. Même si j’avais pu la soigner, je ne pouvais pas lui rendre ses souvenirs, annulant provisoirement mon départ.

Un soupire m’envahit, me rendant compte en cet instant que tout ce que j’ai dans cette boutique n’avait pas suffit à ramener Belle à moi, rien n’avait su lui rendre la mémoire, même pas la Tasse qu’elle avait cassée. Du coup tout ce que j’avais pu faire était de me retourner sur la quête de mon fils en espérant que Lacey redevienne Belle. Je m’en souviens encore, le foulard que j’ai ici, celui de Baelfire… Mais aussi Cora qui était venue à moi faire une trêve qu’elle avait scellée par un baiser en l’honneur du bon vieux temps. La Sauveuse me devait un service, donc je lui avais demandé de me suivre à Manhattan pour retrouver Baelfire, elle avait accepté emmenant Henry avec nous. C’était un voyage qui devait être facile mais qui s’était finalement révélé surprenant, très surprenant. Une fois sur place, la où le globe avait indiqué la présence de mon fils, c’était Emma qui l’avait trouvé en premier, et tout s’était enchainé de façon assez spectaculaire. Baelfire, mon fils était l’ancien compagnon de la Sauveuse, il était le père d’Henry… Mon petit fils, ce qui ramenait cette prophétie de l’enfant qui me guiderait à lui et serait aussi ma perte… Une prophétie qui m’avait donc dicté que mon petit fils serait responsable de ma chute… Que des nouvelles complexes, des découvertes un peu… Difficiles. Il faut avouer que se dire qu’être lié d’une certaine façon à la famille de Blanche et de Charmant était quelque chose que je n’avais pas vu venir, tout comme Crochet au pied du logement de Baelfire qui lui aussi voulait sa vengeance, qui m’avait planté son Crochet maudit par Cora en plein cœur pour m’apporter la mort. Emma était venue à temps pour me sauver, mais la blessure était la comme l’Agonie. Pour cela que la Sauveuse avait décidé de prendre le Bateau de Crochet pour partir au plus vite pour Storybrooke, accompagné de mon fils, celui dont j’avais le souhait de reconquérir son amour de fils envers un père qui n’avait jamais cessé de le rechercher.

Que de périples, de découvertes, mais cette fois la, la seule fois où je m’étais senti blessé et faible, j’ai vu la Sauveuse se battre pour moi, j’ai vu mon fils se battre pour moi, et un peu Blanche même si c’était à contre cœur. J’avais d’ailleurs tenté de faire comprendre à Blanche que la seule solution était de tuer Cora, d’empoisonner son cœur avec la Bougie avant de la remettre dans sa poitrine, mais Blanche avait refusé d’agir ainsi, refusé de tuer Cora. Ce fut une belle bataille, une grande bataille… Certes Cora n’était pas morte, juste renvoyée dans le Wonderland mais j’avais été sauvé du poison qui tentait de me tuer, Cora vaincue et Regina avait surement compris que sa mère ne voulait que le pouvoir. C’était une nouvelle victoire à Storybrooke, mais la perte du champ d’Haricots magiques et le gain d’un nouvel allié dans cette ville que j’aurai préféré voir mort, Crochet. Cora était peut-être une grande ennemie, mais elle aurait toujours une place dans mon cœur, après tout elle avait été mon âme sœur. J’avoue, tout ce temps après la chute de Cora je ne rêvais qu’à une chose, à tuer Henry pour m’assurer ma survie, j’en avais même fait un rêve étrange où je le transformais en porcelaine dans cette boutique pour son anniversaire avant de le briser en morceau. Mais maintenant que j’étais sauf, que mon fils était de retour, il me restait une chose importante à réussir, sauver Belle. Plusieurs fois j’étais parti la voir à l’hôpital, jusqu’au jour où Regina lui avait rendu la mémoire, pas celle de Belle, non celle de la Malédiction de Lacey. Il faut dire que Regina avait mal vécu le faite d’apprendre que j’étais le grand père d’Henry. Au début j’avais tenté de suivre le conseil de Charmant en me comportant comme Belle aimait, en homme bon, mais Lacey n’aimait point les hommes bons. Alors que j’avais rendez vous avec elle, elle m’avait faussé compagnie pour retrouver le Sheriff de Nottingham… Oh ma rage était forte, et ma colère s’était abattue sur le dit Sheriff, chose que Lacey avait aimé voir, voir l’homme dangereux que j’étais alors que je battais celui qui avait causé ma rage. C’était peut-être le prix à payer pour la magie, si je me comportais en homme bon je perdais Belle, si je me comportais dans ma nature la plus machiavélique je perdais mon fils Baelfire qui était déçu par moi… Mais en plus celui ci voulait me présenter sa fiancée, chose que j’avais refusé car je savais qu’il avait encore des sentiments pour la Sauveuse et je n’avais point besoin de perdre du temps avec de telles futilités. Je pense que je voulais profiter de chaque seconde avec Belle, enfin Lacey, acceptant même d’aider Blanche et Charmant qui voulaient retrouver Regina disparue, usant d’une larme de Regina pour offrir à Blanche une vision au travers des yeux de la Reine, m’en débarrassant ainsi rapidement pour me retrouver avec celle aimée.

Je frappe un instant sur la vitrine de mon poing, me souvenant du coup de mes erreurs, oui j’en avais commis des erreurs, tellement obsédé de retrouver ma Belle que j’avais encore négligé mon fils, encore une fois. Cette fois la j’avais cru le perdre définitivement, ne me préoccupant pas du combat qui se préparait contre ceux qui voulaient détruire la magie, un combat où la Sauveuse et Bae tentèrent de vaincre cet ennemi pour sauver Regina, un combat dont j’avais appris l’existence que trop tard, qu’au moment où la Sauveuse m’avait annoncé la perte de mon fils, une perte, une mort qu’elle pensait définitive et qui m’avait brisé au point de ne plus pouvoir profiter réellement de Lacey, au point de décider alors que la Magie allait s’éteindre ainsi que Storybrooke qu’il était temps que j’offre à Lacey cette potion que m’avait donné Grincheux, une potion qui me ramènerait Belle. Voulant passer mes derniers instant avec elle en faisant croire à Lacey que cette potion lui donnerait la jeunesse éternelle. Mais alors que j’étais seul avec Belle, la retrouvant, Regina et la Sauveuse se sont unies pour arrêter la destruction de Storybrooke… Les ennemis avaient pris la fuite en emmenant avec eux Henry. Du coup, pour la mémoire de mon fils Bae, j’avais décidé d’accompagner Regina, la Sauveuse, Charmant, Belle et Crochet vers cet autre monde pour sauver Henry, donnant à Belle un sortilège qui permettrait de Dissimuler Storybrooke aux yeux du reste de ce monde, lui disant un au revoir, un adieu car je pensais à ce moment la qu’en sauvant Henry, j’allais à ma perte comme l’avait dit la Prophétie… Avec mes alliés, mes ennemis, j’étais parti pour le Neverland, le monde de Peter Pan, de Malcolm… de mon Père.

Je n’avais jamais pensé retourner un jour au Neverland, jamais pensé un jour retrouver mon père. Je pensais que c’était surement ce voyage qui serait ma fin, la où finalement tout avait commencé. Je marche à nouveau dans ma boutique proche d’une maquette de navire, la regardant en pensant à ce voyage emplit de troubles. Je ne croyais pas en la réussite de mes compatriotes, simplement car je voyais que la Sauveuse n’avait pas foi en ses parents, ni en elle même, ni en la magie… Comment pouvaient ils réussir à sauver Henry dans une telle condition, surtout en suivant un être aussi fourbe que Crochet ? Une fois au Neverland j’avais décidé de quitter le Navire pour me rendre directement sur l’île, retrouver la trace d’Henry, tombant premièrement sur l’ancienne fiancée de Baelfire, celle qui avait capturé mon petit fils, qui demandait pardon mais à qui j’avais donné le sort qu’elle méritait, lui arrachant son cœur. J’avais directement prévenu un des enfants perdus que j’allais m’attaquer à Peter Pan, quitte à en mourir mais en emportant bien des vies avec moi. Ma main glisse en repensant à cela vers une petite poupée de paille à la veste bleue, une poupée de mon enfance que Felix m’avait redonné au nom de Peter Pan. Pour continuer dans cette île, j’avais été obligé de me séparer de mon ombre, lui confiant ma dague pour qu’elle soit en sécurité, la même où moi j’ignorerai sa présence. Ce Pays Imaginaire était empli de pièges, mais aussi d’ennemis comme cette Belle qui vient à moi pour me parler, cette Belle que je savais n’être qu’une Ombre volant son apparence pour m’espionner et briser ma conviction dans cette quête. Au Peter avait tenté de me convaincre d’abandonner cette quête et d’ainsi oublier la prophétie de ma fin, mais je m’étais refusé à accepter cet accord, car je le faisais pour mon fils. Mais en progressant dans la jungle du Neverland, faisant tomber les enfants perdus que j’avais croisés, je m’étais retrouvé face à Baelfire, bien vivant. Au début j’avais cru à un tour de Pan, j’avais cru à une illusion, mais mon fils était bien vivant, il avait été jeté dans la Foret Enchanté et avait refait le voyage jusqu’ici pour retrouver Henry. Avec Baelfire qui m’avait, pour la première fois depuis nos retrouvailles à New York, appelé « Papa », nous avions attaqué le repaire de Pan, paralysant celui qui un temps avait été mon père pour récupérer Henry mais alors que nous étions prêts à partir avec lui, Pan avait dévoilé la prophétie à Baelfire qui du coup perdait toute confiance en ma personne, pensant que je venais ici uniquement dans l’objectif de tuer mon petit fils pour sauver ma propre vie. Mon propre fils était tombé dans le piège de Peter Pan, me trahissant en utilisant l’encre de sèche pour me paralyser à mon tour et fuir. Je savais déjà qu’il allait perdre, que Peter allait les récupérer, et ce manque de confiance en ma personne avait fait naitre un peu plus des ténèbres. Peter était un petit lâche vicieux, qui tentait encore de me faire partir en me disant que ni Henry, ni Baelfire ne pourraient me pardonner ce que je suis, qu’ils étaient condamnés et allaient me condamner, alors que je pouvais repartir à Storybrooke pour refonder une famille avec Belle, mais rien ne m’avait fait abandonner.

Il m’arrive encore aujourd’hui de me demander ce qu’il serait arrivé si j’avais écouté Peter, retrouver Belle, refaire ma vie avec elle et oublier le reste. Je serai surement redevenu aussi lâche que mon père, aussi lâche que l’homme faible que j’ai été. Je tourne mon regard sur l’Ecu Enchanté, un petit objet que j’avais utilisé justement au Pays Imaginaire pour communiquer avec Belle, quand je m’étais allié avec Regina, que nous avions invoqué une Sirène pour que celle ci aille retrouver Belle, lui donner l’Ecu et revenir avec un objet qui me permettrait de vaincre Peter, la Boite de Pandore. Cette boite je l’ai toujours ici, sous le planché, cette boite bien caché qui peut servir de prison pour n’importe qui. J’avais foi en Belle, j’aurai toujours foi en elle car elle agissait avec Amour, une force puissante, la plus grande de toutes les magies. La Sirène avait réussit, belle avait réussit et j’avais récupéré la boite de Pandore, m’informant que Peter Pan avait des otages, choses qui ne me concernait pas réellement. Avec Regina nous avions retrouvé les autres mais mon fils pointait son doigt sur moi en m’accusant de complot, d’être une menace pour Henry et la mission. J’avais été obligé de confier la boite à Baelfire pour apaiser ses craintes, mais je vivais avec la peur qu’il sous estime le monstre qu’était mon père. Avançant nous avions découvert le repaire de Peter ainsi que son otage, mais il était déjà parti avec Henry sur l’île du crane, voulant sacrifier le cœur de mon petit fils pour avoir le droit de continuer encore à vivre enfant, le manipulant en faisant croire que c’était pour sauver la magie. La magie posée sur cette île avait une frontière empêchant les ombres d’entrer, mais heureusement mon ombre était partie avec ma dague et rien ne m’empêchait d’avancer en ce lieu maudit. Ayant récupéré la boite je m’étais avancé pour faire face à mon Père avant qu’il ne soit trop tard, bien sur mon père était un vile menteur, une langue de serpent qui tentait de me dissuader en parlant de recommencer une autre vie, mais tout cela était que pour me déconcentrer car ma boite était fausse, Peter avait récupéré la vrai, m’enfermant dedans comme je comptais faire pour lui.

Je regarde ce planché où est caché la boite de Pandore, ce lieu où seule la magie que j’ai mise sur la tache ébréchée peut ouvrir une porte me permettant d’y accéder. C’était mon fils qui m’avait libéré de cette prison sur le navire de Crochet après avoir capturé mon père. J’avais été touché de voir que mon fils considérait que j’étais devenu un homme meilleur, mais je n’avais aucune confiance en mon père, il était une bien trop grande menace, pour cela que j’avais décidé de malgré tout l’enfermer dans la boite de Pandore pour venir la cacher ici une fois de retour à Storybrooke. Retrouver mon fils, mon petit fils, ma Belle, j’en étais d’une humeur tellement généreuse que j’avais offert gratuitement à Charmant l’élixir pour le protéger du poison du Neverland, lui sauvant la vie. Mais rien ne se passait comme prévu, rapidement Blanche me demandait de libérer Pan, craignant que l’Ombre présente mijote quelque chose et quand nous l’avions fait à la frontière de la ville, il prétendait être Henry, le prouvant aux yeux de la Sauveuse, nous laissant ainsi comprendre que Peter était dans le corps de mon petit fils. Peter était toujours fourbe et rusé, il comptait refaire la malédiction, nous n’avions point réellement le temps de la contrer mais il fallait sauver Henry, alors grâce à la magie j’avais su inverser le sort de Pan sur Henry, renvoyant mon père dans son corps avec un bracelet qui devait le priver de magie, sauf que celui ci avait très facilement déjoué ce bracelet. Me laissant seul dans cette boutique, Peter pensait que sans magie j’aurai été trop lâche pour l’affronter, mais il se trompait. Ce jour la, la Prophétie allait se réaliser, pour Henry j’allais à ma perte, rejoignant mon Père sur la place de Storybrooke, la où tous étaient, lui parlant une dernière fois, face à face, et finalement j’avais rappelé mon ombre qui détenait toujours ma dague. Il ne pouvait être que vaincu par mon sacrifice, alors j’avais agrippé mon Père, le serrant avant de le poignarder lui et moi de ma dague, mettant fin à nos deux vies…

La mort, c’est une expérience particulière, une fin, juste une fin. Je m’étais donné la mort dans un des plus beaux sacrifices, mais mon fils et Belle avaient décidé que mon temps n’était pas révolu. Je marche dans cette boutique, un pas léger, je marche en regardant tout ce qui m’entoure, m’arrêtant un instant pour regarder le rouet qui me permet de faire mon fil d’or, ce rouet que j’avais si longtemps laissé de coté. Mon regard se porte ensuite sur l’armoire des potions, la où je range toutes mes concoctions, toutes mes expériences ou formules pouvant servir. Tout cela me rappel non ma mort, mais mon retour, quand Zelena avait manipulé mon fils et Belle, poussant Baelfire à se sacrifier, à se marquer pour me ramener d’entre les morts. Mais bon sang, pourquoi avait il fait cela ? Pour sauver mon fils j’avais du faire une folie, user d’une magie interdite, l’absorbant pour que lui et moi ne fassions qu’un. On venait à peine de se trouver réellement, j’en étais mort pour lui, je ne pouvais pas accepter qu’il en mourrait pour moi. Zelena par contre avait ma Dague et elle avait décidé de faire de moi son prisonnier, son esclave. Mais j’avais difficile, pas uniquement à cause de cela, mais que deux esprits dans un corps c’était quelque chose qui pouvait rendre fou. Au début je ne savais pas ce que préparait Zelena, je me concentrai sur mon rouet pour tisser de l’or, pour tenter de maintenir mon esprit intact, et elle parlait de certains plan, pendant une année j’avais vécu ainsi, captif alors qu’elle me rappelait qu’elle était meilleure que Regina, que j’aurai du la choisir elle, qu’elle pouvait changer les choses, qu’elle allait changer les choses, elle semblait presque persuadée que j’allais changer d’avis et l’accepter elle, la prendre elle comme alliée, comme si d’un coup je pouvais dire que je m’étais trompé, mais non je disais encore que Regina était meilleure qu’elle. Elle parlait de choses folles comme de changer ce qui avait été déjà fait, de magie impossible allant à l’encontre des lois de la Magie, mais je ne l’avais pas écouté, me disant juste qu’elle était trop prétentieuse ou folle. Mais comme les héros, toujours la pour le meilleur, commençait à se préparer à la combattre, elle se préparait à faire tout autre chose. En effet pour tout changer, Regina, Blanche et Charmant voulaient relancer le sort noir, mais Zelena voulait prendre un coup d’avance, voulait que je refasse pour elle et moi une nouvelle potion qui nous permettrait de ne pas oublier cette année, tout comme elle voulait une potion pour modifier le sort noir. Zelena semblait folle, pourtant je voyais bien qu’elle préparait ses actions comme si elle avait toujours deux coups d’avance sur l’échiquier. Finalement elle avait réussit, Blanche sacrifia le cœur de Charmant et Zelena détourna la malédiction à son avantage, nous renvoyant tous à Storybrooke sauf que tous en dehors d’elle et moi avaient oublié Zelena et la demande qu’elle représentait.

Je m’approche du Rouet, l’effleurant de mes doigts, me souvenant de cette détention dans la pseudo cave de cette ferme qu’avait prise Zelena à Storybrooke, occupé à faire encore et encore des fils en or pour garder l’esprit concentré, pour protéger Baelfire. Elle s’amusait avec moi, me provoquant, venant même me raser avec ma propre dague en m’expliquant qu’elle avait besoin de moi, mais son projet énoncé était folie, elle voulait retourner dans le passé pour empêcher tout ce qu’il s’était produit, se débarrasser de Regina et faire que ce soit elle ma disciple, elle montrait une sorte de comportement obsessionnel sur ma personne. Bien entendu j’avais tenté de fuir, m’évader dans la foret de Storybrooke en sentant que mon fils allait m’échapper, allait sortir de mon corps, craignant que ce dernier se meurt. Zelena tentait de me rappeler, mais le faite que mon fils était avec moi me permettait de résister, mais la douleur devenait bien trop forte, c’était si dur, si difficile… La Sauveuse m’avait retrouvé, tentait de me rattraper alors que les abominations volantes de Zelena attaquèrent. La Sauveuse me rattrapant, elle avait vite compris que Baelfire et moi ne faisions qu’un et avait réussit à nous séparer en deux êtres, me rendant mon esprit, mais laissant Baelfire mourant, agonisant, s’éteignant. J’avais su juste prévenir la Sauveuse que l’ennemi était Zelena. Emma était parti ensuite pour prévenir les autres alors que je m’occupais de mon fils, lui parlant comme si c’étaient des adieux. Quand Zelena était enfin arrivée, j’avais cru que mon fils était mort, elle a d’ailleurs laissé fait croire cela même si elle avait décidé en faite de le transformer en Singe Volant. Retournant à la cave de la ferme, mon esprit était envahit de haine pour Zelena, de tristesse de la perte de mon fils mais l’emprise de la sorcière sur moi était plus forte maintenant que j’étais qu’un. La Zelena n’avait fait que m’utiliser comme une arme, que ce soit pour avertir ses ennemis, tout comme pour tenir à distance les héros quand elle affrontait sa sœur Regina pour lui arracher son cœur. Suite à cette absence de cœur, Zelena m’avait ordonné de le retrouver, m’obligeant d’attaquer Robin des Bois, menaçant la vie de son fils Roland pour avoir le cœur de la Reine et l’offrir à Zelena. La sorcière avait du coup trois de ses ingrédients, le cœur noir de la Reine, le courage du Prince Charmant et mon intelligence par un cerveau fait de fils d’or. Zelena tentait même de me convaincre en disant que je pourrai sauver mon fils en changeant le passé, mais tout ce que je voyais c’était une ennemie, allant jusqu’à la séduire en profitant de son obsession, l’allumant ouvertement comme si je la désirais, cherchant à attraper ma dague mais elle avait trop vite compris mon jeu, me repoussant et me renfermant, surement frustrée ou vexée de ce que j’avais fait. Petit à petit son plan prenait forme, je traçais pour elle la glyphe pour son sort dans la grange, mais la Sauveuse et son Pirate étaient intervenus, Zelena m’obligeant sur le coup de noyer Crochet pour donner une leçon mais surtout pour obliger la Sauveuse à l’embrasser et se faire priver de ses pouvoirs car seule la magie blanche pouvait arrêter Zelena qui n’attendait que la naissance du nouveau fils de Blanche et Charmant. Après le moment était venu, elle était décidée d’aller chercher le dernier ingrédient, le bébé, m’emmenant avec elle pour que la débarrasser de tous les ennemis, mais quand c’était Belle face à moi, j’avais su résister et c’était elle qui l’avait endormie. La capture du bébé avait été facile, et de retour à la grange les héros arrivaient rapidement pour l’arrêter, mais Zelena m’avait forcé à les combattre, tout ce que j’avais pu faire c’était de conseiller la Sauveuse, lui dire d’arracher la Dague à Zelena. Mais ce qui allait me surprendre, c’était que Regina, mon élève, avait réussit la maitrise de la Magie Blanche par amour pour Henry, venant vaincre Zelena, me libérant de son emprise et empêchant le sortilège d’être lancé. Bien sur, sur le coup je ne voulais qu’une chose, tuer Zelena, mais alors que je m’apprêtais à venger mon fils, me venger de ma captivité, Regina m’avait arrêté en prenant ma Dague, m’ordonnant d’épargner sa sœur. Depuis ce jour d’ailleurs, Regina garde ma Dague pour m’empêcher d’agir, m’empêcher d’attaquer Zelena et régler son compte. Bien entendu, je suis heureux que finalement mon fils ne soit pas mort, que Zelena n’avait fait que le transformer, mais j’ai toujours des comptes à régler.

J’entends la sonnette de la porte, quelqu’un entrant dans ma boutique et mon regard se tourne directement vers la dite personne d’un air interrogateur. – Pardonnez moi, mais je suis fermé – Dis je d’une voix des plus glaciales pour faire comprendre que cette personne me dérange dans mes pensées, dans ce moment de nostalgie, venant me rétorquer qu’il y a marqué ouvert sur la porte. D’un mouvement de ma main la pancarte se retourne par magie, mon regard s’impose sur cet homme, mon corps se dresse, se mettant droit, mes doigts prennent ma canne et je m’approche de lui. – Je crois que vous ne m’avez pas bien compris, soit vous partez, soit vous devenez un objet à vendre en ces lieux. Est ce que cet accord vous conviendrait il ? – À mes mots l’homme se retire et derrière lui je verrouille la porte, abaissant ensuite les stores pour me diriger vers l’arrière salle d’un pas patient et calme, m’installant sur mon fauteuil en posant mes deux mains sur ma tête. Il faut que je récupère ma Dague, non pas pour me venger de Zelena, je n’ai point besoin d’elle pour cela… Mais je ne peux laisser cet objet si important entre les mains de Regina. Il faut aussi que je change le destin, que je change les choses… En faite je me rends compte que je dois me libérer de ma dague si je veux un réel avenir, mais aussi si je veux partir en quête de ma fin heureuse, malheureusement en cette ville je n’ai plus réellement d’alliés. Un sourire apparaît sur mon visage, c’est ce qui me manque aujourd’hui, des alliés, des personnes qui croient encore en la puissance de la magie. Je m’approche de mon ordinateur pour contacter quelques anciennes amies, leur envoyant un mail, une invitation à Storybrooke pour parler du bon vieux temps, pour reformer une ancienne alliance, pour… Trouver notre fin heureuse. Peu de temps après je me suis rendu simplement à la frontière de la ville, laissant glisser au travers de celle ci un petit parchemin magique qui permettrait à mon invité de faire son entrée, la première… Cruella, que j’accueille avec plaisir pour lui conter un peu plus sur cette ville et sur le mensonge qu’elle devra utiliser pour justifier sa présence, sa fausse rédemption.


ღ through the looking-glass

Prénom : Rumple
Pseudo(s) : J'en ai des tonnes
Âge : Majeur
Anniversaire : Oui chaque année
Pays : France
Comment as-tu connu le forum : J'y suis
Fréquences de connexions : 6/7
Commentaire(s) Trop bien ici il manque que Belle







Dernière édition par Monsieur Gold le Mar 17 Mar - 2:43, édité 32 fois
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyVen 13 Mar - 13:31


Bienvenue mon ancien beau-pere Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyVen 13 Mar - 18:08


Ruuuuuuuuuuuumple Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 2228576334 Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 2228576334 Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 2228576334 Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 4188181515

Re bienvenue Smile
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyVen 13 Mar - 21:37


Salut fiston Cool
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptySam 14 Mar - 12:57


Rumple Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 2228576334 Bienvenu ! Bonne chance pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptySam 14 Mar - 22:54


Merci beaucoup Ex belle fille, Zelena..., Père et ma Chère Regina
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyLun 16 Mar - 6:39


Au fait rumple, j'ai oublié de te dire que c'est moi qui suis en possession de la dague.
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyMar 17 Mar - 3:18


voila terminé

J'en ai tenu compte Regina, merci
Revenir en haut Aller en bas

InvitéAnonymous

Invité




Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos EmptyMar 17 Mar - 10:39









Notes de bienvenue



J'ai eu de la lecture ce matin (a) En tout cas, j'aime beaucoup ta fiche ! Je te valide donc ! Bon jeu mr. Rumple ! Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 817460276


♣️ Puisque tu es validé(e), il faut maintenant que tu signes l'accord de Mr.Gold dans ce sujet.

♣️ Tu dois penser à enregistrer ton avatar ici

♣️ Si tu as pris un personnage existant dans une oeuvre, il faut penser à l'enregistrer ici

♣️ Recense le métier de ton personnage dans ce sujet

♣️ Créer tes utilitaires (fiches de liens, fiche de rp) pour éviter les oublis, ce qui arrive à tout le monde si on ne note pas correctement Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 3394673854

♣️ N'oublie pas de remplir correctement ton profil avec tous les renseignements demandés.

♣️ Si tu as des questions, n'hésite surtout pas. Nous sommes là pour t'aider à t'intégrer sur le forum Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos 3808369427 et nous avons des cookies !

♣️ N'hésite pas à te rendre dans le flood, à participer aux divers sujets/jeux proposés dans la partie hors rpg et aux discussions concernant la série.




Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Vide
MessageSujet: Re: Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos   Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Monsieur Gold pour vous faire froid dans le dos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: ANCIENNES FICHES-