Petit rappel : Le forum ne suit pas la série.
Tout ce qui se passe au-delà de la saison 1 est à jeter aux oubliettes, merci

Partagez | 
 

 Miram ♪ Make a wish and let the water rise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 20:19






Miram Héliodore Thane
Feat Misha Collins



ღ Ma véritable identité


ϟ nom : inconnu ϟ prénom : Miram, ou Héliodore, ça dépend de qui le demande ϟ date de naissance : inconnue, si ce n'est que c'est lointain ϟ Âge : un peu plus de deux siècles ϟ lieu de naissance : monde des contes, dans la profondeur d'une source glacée ϟ lieu de résidence : forêt enchantée, dans un petit village paisible ϟ métier(s), occupations : boulanger et esprit de la source ϟ orientation sexuelle : pansexuel ϟ statut social : croit encore au grand amour ϟ groupe : Wings, claws and scales ϟ rang : réponse ϟ personnage [X] inventé [] tiré d'un conte/autre... ϟ son univers : IB, ça compte ?


ϟ Quel est son caractère ? Miram, c'est le type souriant, aimable et toujours une blague au bout des lèvres. Dans le village, il est l'un des premiers debout, au boulot alors que tous dorment encore. Il prépare le pain, les pâtisseries et toutes autres sucreries : il n'est pas l'homme le plus travailleur au monde, mais il aime sa routine, ça lui apaise l'esprit. Il aime aussi sa solitude, aussi sociable qu'il puisse paraître. Même s'il est plutôt bien intégré, s'il se fait un plaisir de participer aux mises aux points sur les ragots quand il va laver son linge à la fontaine, s'il donne un coup de main quand il le peut, il y a des fois où il ne demande rien d'autre qu'être laissé seul. Ça, c'est parce qu'il n'est pas totalement Miram. Avant de devenir le gentil pâtissier, il était Héliodore. Et Héliodore est un être amer qui se plait à jouer le rôle du boulanger, un esprit cynique, un peu brisé par la vie, mais pas assez pour perdre espoir. Espoir qu'un jour il trouvera un équilibre, trouvera une âme soeur, fondera une famille... C'est son optimisme, son incapacité à abandonner ce genre de rêveries, qui le blesse le plus. Toujours est-il qu'il n'a jamais été du genre à rendre les armes, Miram ou Héliodore.

ϟ Quelles sont ses caractéristiques physiques ? Miram, il est pas spécialement grand. Il est pas particulièrement remarquable. Brun, proche de la quarantaine, mal rasé, il passe facilement inaperçu. Cependant, il est bien bâti, c'est l'avantage de devoir couper son bois de chauffage soi-même. Et puis, Miram, s'il a pas grand chose, il a un sourire rayonnant. Il sourit souvent, parfois pour un rien. Il sourit toujours comme si c'est la dernière fois, sourit comme si sa vie en dépend. Sourit comme un gosse de dix ans, comme s'il oubliait momentanément toutes ses vieilles blessures. Il a des dizaines de sourires différents : des sourire d'une joie désarmante, d'autres d'une sincérité douteuse, sans oublier les cyniques, les polis, les provocants et les presque inexistants. Et même quand il ne sourit pas, ils se lisent sur son visage, se devinent par les traces qu'ils ont creusées ; les rides les trahissent.

ϟ De quel camp faites-vous partie ? Il y a un temps, Héliodore se serait dit du côté des gentils. Il était alors paisible, reclus, inoffensif. Naïf. Il serait facile de prendre un raccourci et d'assumer qu'être un esprit protecteur lui fait profiter d'une inscription automatique au club de la lumière. Les choses ne sont jamais aussi simples. Héliodore, il se fiche des camps, et encore plus des autres. Alors oui, il protège les habitants des environs et accordent des voeux, c'est dans la description du job. Mais il le fait à sa manière bien particulière et il est hors de questions de faire profiter des étrangers de ses dons. Il est pour lui, la paix de son petit paradis et les autres peuvent bien s’entre-tuer, pour ce qu'il en a à faire.

ϟ Quel(s) est/sont votre/vos ennemi(s) ? Un ennemi personnel, il en manque cruellement. Ça le distrairait, en absence d'un amant. Pourtant, il n'a pas la rancune aussi tenace, Héliodore. Et Miram est trop généreux pour prendre franchement quelqu'un en grippe. Il serait cependant bien tenté de répondre les Hommes. Comme ça, en général, sans faire de distinction ni de favoritisme. C'est qu'au fil des années, il a appris à quel point ils pouvaient être égoïstes, stupidement aveuglés par le profit et parfois franchement malveillants. Il ne leur fait pas confiance, que ce soit en ce qui regarde son bien être ou le leur.

ϟ Avez-vous une quête à accomplir ? Esprit des sources. Il y a un temps, c'était un job facile : la nature a une façon de vivre un harmonie, un équilibre que seuls les humains semblent incapables d'intégrer. Depuis qu'il vit parmi eux, sa mission est on ne peut plus compliquée. Il faut veiller à la distribution des richesses naturelles, répondre aux souhaits et distribuer bénédictions et punitions. C'est épuisant. Et c'est sans compter son travail de boulanger.

ϟ Avez-vous des objets dont vous ne vous séparez jamais ? Mâle ou femelle, les ondins aiment les offrandes et encore plus les choses qui brillent ou les bijoux. Miram en a deux qu'il garde quoi qu'il arrive. Le premier est un pendentif qu'un enfant du village lui a offert un jour comme paiement contre un gâteau d'anniversaire pour son petit frère. Le deuxième est une bague sans vrai valeur sentimentale, qui lui a simplement tapé dans l'oeil, qu'un homme a jeté dans la fontaine de la grande place en faisant un vœux.

ϟ Avez-vous déjà été confronté à la magie ? Héliodore est un être d'eau et de magie. Si elle n'est pas aussi compliquée et dénaturée que celle des puissants sorciers, celle qui coule en lui est plus fondamentale. Élémentaire. Ce n'est pas quelque chose qu'on apprend à contrôler, c'est une part essentielle de son être. Sans magie, l'ondin n'aurait jamais prit vie.

ϟ Quelle est la dernière chose que vous faisiez avant que le sort ne vous envoie dans notre monde ? Miram aidait un de ses voisins à réparer un toit amoché par un orage particulièrement violent. Il était sur l'échelle quand la malédiction les a tous entraînés dans un nouveau monde et une nouvelle vie...




ღ Nouvelle identité : À Storybrooke


ϟ nom : Thane ϟ prénom : Miram ϟ date de naissance : 11 novembre 1976 ϟ Âge : 39 ans ϟ lieu de naissance : Morgan City, Etats-Unis ϟ lieu de résidence : une petite maison sur le littoral ϟ métier(s), occupations : moniteur d'équitation ϟ orientation sexuelle : pansexuel ϟ statut social : volage

ϟ Quel est son nouveau caractère ? Miram, il est pas aussi généreux que son homologue du monde des contes. Il a l'égoïsme ancré au plus profond de lui, et c'est rare qu'il fasse quelque chose sans penser d'abord à son intérêt personnel, même si devenir tuteur le fait constamment travailler sur cette mauvaise tendance. Parce que, dans le fond, il veut bien faire. Il y a peu de personnes pour qui il se démène, mais il remuera ciel et terre pour elles. Miram, il a l'air confiant, bien dans sa peau. Le plus souvent, c'est qu'il ne se pose pas de questions : il prend les choses comme elles arrivent et fait du mieux qu'il peut. Ça veut pas dire qu'il est à l'abris du doute, au contraire. Sa plus grande peur, c'est de ne pas être à la hauteur, et Dieu sait qu'il a tout une liste de choses qu'il a magistralement foirées. Ça le travaille, mais il ne le montrera pas. Il a mieux à faire de son temps en plaisante compagnie que de se torturer l'esprit. C'est que Miram, c'est un charmeur né. Pas forcément pour finir la nuit avec un corps pour réchauffer son lit. Simplement parce que c'est un jeu auquel il est bon, une chorégraphie familière dont il ne se lasse pas.

ϟ Quelles sont ses nouvelles caractéristiques physiques ? Il n'a pas changé : monde des contes ou monde sans magie, l'enveloppe reste la même. Les sourires restent aussi, même s'ils sont majoritairement charmeurs ou amusés. Etrangement, la bague et le pendentif d'antan sont toujours là, fidèle au poste. Vraiment, ce sort est une petite beauté d'ingéniosité : pas évident de tordre l'intérieur d'un esprit sans modifier le moindre détail extérieur.

ϟ À cause de la malédiction, les habitants de Storybrooke ont vécu la même journée pendant vingt-huit ans, jusqu'à l'arrivée d'Emma Swan. Décrivez-nous cette journée répétitive : Honnêtement, il se serait bien passé de la sonnerie du réveil. Peut être que c'était de sa faute, que ça lui apprendrait à ne pas ramener quelqu'un à la maison quand il travaillait le lendemain. Mais dans ce cas, ça ne lui laissait que le samedi soir, et, sérieusement, il n'était pas aussi fort face à la tentation. Peut être était-ce simplement le fait qu'il n'était plus si jeune que ça et qu'il aurait dû abandonner ce style de vie il y a des années. Malheureusement, la vie de couple bien rangée ça ne lui convenait pas. Il avait essayé, une fois, qu'on ne vienne pas dire qu'il était de mauvaise foi. La femme qui écrasait son bras gémit et se retourna, le laissant libre de mettre fin à la stupide chanson qui l'avait tiré d'une inconscience bien méritée.

Il ne fit pas plus de bruit, enfila rapidement sa tenue et descendit jusqu'à la machine à café. Dose de caféine, douche, petit déjeuner. Rien à faire : aujourd'hui serait désagréable. Il griffonna un mot à l'intention de son invitée d'une nuit et s'en alla. Il avait un club à faire tourner. Ça signifiait se lever tôt pour vérifier que tous les chevaux était nourris, les box faits, les plannings correctement rédigés. Il fallait aussi mettre au point l'organisation des manèges et de la carrières pour la semaine suivantes, sans parler des différentes promenades organisées. Puis les premiers habitués débarquaient et après ça, il enchaînait cours, supervision des jeux, promenades. Jusque midi où, théoriquement, il aurait dû profiter d'une pause d'une heure entière pour manger. Au lieu de ça, il n'eut qu'un petit quart d'heure pour avaler deux sandwiches et une pomme parce qu'Alexis était tombé malade et qu'il devait revoir tout le programme de la journée pour s'occuper de la classe d'écoliers toute l'après midi. Sérieusement, il n'avait plus l'âge de faire ça. Il devait penser à engager, et vite.

Le matos rangé, les bêtes pansées, et il était finalement de retour chez lui. Juste un peu en avance pour laver sa vaisselle, celle de sa compagne et prendre une bonne douche chaude. Puis Isaura débarqua et fila dans sa chambre. Il la laissa tranquille un bon moment, avant de finalement monter voir ce qu'elle fabriquait. Des devoirs. Il n'était pas particulièrement doué quand ça touchait au scolaire, mais il offrit tout de même son aide. Il ne sait pas exactement comment ça finit par déraper, toujours est-il qu'il était d'humeur maussade en redescendant préparer à manger, après une nouveau désaccord avec sa nièce. Ils mangèrent, presque en silence. Il était en train de profiter de la petite cheminée et d'un bon bouquin policier quand la jeune femme lui apporta le chocolat chaud. Il le prit comme l'offre de paix que c'était et finit cette journée pourtant mal partie sur un sourire apaisé.

ϟ La nouvelle vie de ton personnage en quelques lignes : Miram, s'il a pas eu la pire famille au monde, il a pas non plus grandi dans une de celles qui aurait pu faire une de ces pubs pour céréales. Il avait un père distant, froid et pas assez souvent là et une mère triste. Que c'était dur de s'épanouir en faisant face à la dépression d'autrui. Surtout que Miram il avait pas la facilité de son frère pour prendre soin des autres, pour ramener des bonnes notes et rendre les parents fier de lui. Miram, c'était un gamin à la recherche d'aventures, qui aurait mieux fait d'apprendre à fermer sa grande bouche pour revenir moins souvent à la maison avec de nouveaux bleus. Qui aurait mieux fait d'écouter en cours, plutôt que de rêvasser, et, surtout, d'écouter son père. Après tout il savait mieux qu'un gosse de dix ans, avait travaillé dur pour fonder son entreprise et assurer un poste d'avocat dans la compagnie pour son petit dernier. Son petit ingrat. Miram, il aurait essayé, si seulement quelqu'un avait cru en lui. Avait essayé malgré tout, sans cesser d'échouer et de se relever. Puis Maman finit par rassembler assez de courage pour les quitter, pour s'en aller là où la tristesse ne la trouverait plus. Son frère était parti à l'université, en route pour devenir un brillant homme d'affaire. Il n'y avait plus que lui et Père, dans une maison trop grande et trop sombre. Plus qu'un homme brisé par une perte de trop, toujours trop distant et maintenant que trop présent, et un gamin perdu. Miram, il n'est pas fier des choix qu'il a fait à cette époque. Il pouvait le blâmer sur le deuil, la pression de réussir, l'adolescence, les mauvaises fréquentations. Le fait est qu'il n'était simplement pas à la hauteur et qu'il était si fatigué d'essayer. C'est pas très clair, c'est dur de trouver quand tout est parti en fumé autour de lui. Cigarette, alcool, drogue. Tout était bon pour ne plus se sentir prisonnier dans sa peau. Pour réussir à se fuir.

Et fuir, ça, il a réussi. Avec son petit ami, une vieille voiture d'occasion et l'argent volé au vieux. Ils ont fait un bout de chemin ensembles, dormant dans des hôtels miteux où à la belle étoile. Ils ont fait des conneries ; ils étaient jeunes, invincibles, libres et tellement, tellement perdu. Éventuellement, il a fait une bêtise de trop, a manqué de chance -en a finalement eu- et est passé par la case prison. Si ça ne l'a pas convaincu de rentrer à la maison, au moins en était-ce fini pour ces anciennes addictions, substances comme relations. Il a fait peau neuve, a finalement décidé de se consacrer à sa passion pour la nature et les animaux. Il est parti en Afrique sur un nouveau coup de tête. Le meilleur et le pire de sa vie. Le meilleur parce qu'il a enfin fait quelque chose de bien dans sa vie, a réussi à se prendre en main et, après des efforts et des mois de bénévolat, a décroché un job dans un parc national. Le meilleur parce qu'il pouvait faire table rase du passé, devenir celui qu'il avait toujours rêvé d'être. Le pire, parce que terriblement égoïste. Terriblement lui. Il n'a jamais su, jamais pensé, jamais imaginé qu'il aurait pu manquer à son frère. Pourquoi donc le fils prodige aurait eu besoin du vilain canard ? Il n'a jamais appris qu'il aurait pu être témoin à un mariage, si seulement il avait été trouvable. N'a pas été au courant qu'il était devenu oncle. N'a senti aucune déchirure, aucune douleur soudaine quand son aîné est parti lui aussi.

Tout ça, ça a mis un temps fou à le rattraper. Miram, il est tombé amoureux, s'est marié, a cru un moment qu'il allait devenir père. A perdu son enfant avant sa naissance, s'est battu, a perdu, a divorcé, est retombé dans les relations sans avenir. Son avenir, il se l'est construit dans son travail. Mais, aussi doué qu'on est quand il s'agit de fuir, le problème c'est que ça ne dure jamais pour toujours. Un moment, les vieilles erreurs vous rattrape. C'est là qu'il a pu constater à quel point tout ce qu'on bâtissait sur des fondations aussi instables que les siennes étaient facilement balayé. Il a tout appris en une fois, sans un moment pour digérer. A appris que la seule autre Thane en vie était une gamine dans un orphelinat. Qu'elle y était restée bien des années, simplement parce que le seul don qu'il s'était trouvé était la fuite. Simplement parce qu'il n'avait pas écouté et avait poursuivi ses petits rêves égocentriques. Aussi simplement que ça, c'en était fini de la vie à peu près équilibrée qu'il s'était fabriqué. Adieu l'Afrique et rebonjour l'Amérique.

Si les choses n'ont pas été des plus simples, Miram a retrouvé une sorte d'harmonie, aussi tordue qu'elle puisse paraître aux autres. Il a monté son centre équestre, est son propre patron, a adopté une gosse et s'est retrouvée avec trois jeunes filles pour le prix d'une. N'est pas si mécontent de ça d'avoir Phoenix et Rowan dans le lot : elles sont essentielles à Isaura et lui ont permis d'apprendre le rôle de tuteur à son rythme. S'il a sa dose de regrets, il est heureux d'avoir eu l'opportunité de faire la bonne chose et de revenir pour sa nièce, même si beaucoup trop tard. C'est mieux que rien et, peut être qu'avec lui, elle n'aurait pas aussi bien tourné qu'avec les Stowers. Dans l'état des choses, ils forment peut être une petite famille dysfonctionnelle, mais c'est tellement mieux que rien.











Dernière édition par Miram Thane le Ven 24 Avr - 0:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 20:20



COPYRIGHT

ღ Tell Me A Story...


Miram : un nom d'emprunt, une jolie couverture qu'il s'était créé de toutes pièces il y avait déjà plus de cinquante printemps. Un sourire avenant, quelques mots gentils et une vie sans histoire qui le faisait passer presque inaperçu parmi les hommes. Bien sur, il y avait toujours quelques problèmes dans le plan, à savoir son absence de vieillissement : pas une ride depuis tout ce temps ! Seulement voilà qui aidait tout autant à tenir les curieux à distance. Trop enfoncés dans leurs spéculations et leurs hypothèses, aucun d'entre eux n'étaient désireux de se frotter ouvertement à un tel mystère. Après tout, la croyance populaire voulait qu'il soit magicien ou ait fait un marché avec l'un d'entre eux et il n'était pas bon de se mettre à dos ce genre de personnes. Etrange que nul n'ait fait le rapprochement entre l'installation du pâtissier et l'apparition de l'esprit de la fontaine, comme ils se plaisaient à le nommer ici.

Fontaine à laquelle il ne devrait pas tarder à retourner, songea Héliodore avec un soupir. Il ne s'éloignait du village qu'en de rares occasions, quand son caractère naturel devenait trop dur à contrôler. Il ne pouvait se permettre de déraper et de se montrer aussi capricieux et sarcastique qu'il le souhaitait, sans parler de jouer ouvertement des tours aux habitants. Pourtant cette cohabitation forcée était souvent plus que sa patience et ses instincts ne pouvaient supporter. Alors il était là, au milieu des bois. Il se sentait toujours mieux dans la solitude des grandes forêts même s'il ne pouvait se rendre dans leurs profondeurs. Car même s'il l'oubliait presque quelques fois, Héliodore n'était pas Miram. Miram était rieur, sociable et agréable. Héliodore, s'il était tout aussi rieur, avait parfois un besoin irrépressible de solitude et n'était ni ne serait oh grand jamais aux besoins de son prochain. Il savait que ses longues escapades, bien qu'apaisantes sur le moment, le rendait toujours plus furieux de retourner à la "civilisation". Retrouver son environnement naturel, se perdre dans une forêt si semblable à ce qu'aurait pu être aujourd'hui celle qu'il avait l'habitude d'habiter... Tout cela ne l'aidait pas à voir d'un meilleur œil la race humaine. Il se languissait toujours de sa source, celle dont il avait été autrefois le gardien. Plus de cent-cinquante ans à veiller sur elle avait instauré un lien bien trop profond ; il ressentait toujours son absence dans un coin de son être. Cela ne rendait son attachement aux points d'eau dont il avait pris la charge que plus difficile, plus fragile. Auparavant il n'avait pas besoin de penser à ce qu'il faisait : tout lui était aussi naturel que respirer. Dorénavant, il devait sans cesse se concentrer pour garder une partie de son esprit focalisé sur sa tâche.

Et c'était précisément pour cela qu'il ne pouvait rester plus longtemps à profiter des sous-bois. Il ne pouvait pas s'autoriser à se laisser distraire plus avant et faillir à sa mission. Pas une nouvelle fois. Et puis, malgré tout ce qu'il pouvait penser de mal envers les hommes, il ne pouvait nier s'attacher aux rires de leurs enfants : sons purs résonnant comme autant de gouttelettes sur les rochers d'un ruisseau. Pour le meilleur comme le pire, ce petit village était son nouvel havre de paix.E



ღ through the looking-glass

Prénom : Cécile
Pseudo(s) : Paigie
Âge : 19 printemps
Anniversaire : 5 novembre
Pays : France
Comment as-tu connu le forum : ...c'est une longue histoire maintenant
Fréquences de connexions : aussi souvent que possible ~
Commentaire(s) Un revenant, rien que pour le plaisir de vos yeux Cool /pan







Dernière édition par Miram Thane le Ven 24 Avr - 0:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 20:23


Bienvenue Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 20:25


Meeerci
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 20:29


Re bienvenue (a) Et Berach me dit de te dire qu'il t'aime déjà très fort
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 21:52


Remplis ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 22:03


Re bienvenue a toi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Jeu 23 Avr - 23:59


Je me passerai de l'amour de Berach
Je remplis, je fais que ça

Merci
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Ven 24 Avr - 11:51


Miiisshaaaaa

Et bah Re bienvenue parmi nous Franchement ton histoire elle déchire trop
Revenir en haut Aller en bas

Invitéavatar

Invité




MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   Ven 24 Avr - 11:55


Miraaaaaaaaaaaaam

Une partie de moi est ravie de le voir ici tandis que l'autre s’interroge sur ce qu'il risque d'arriver à ce gros nounours ._.
Enfin, bienvenue quand même !

*A Phoenix qui observe l'individu suspicieusement*
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Miram ♪ Make a wish and let the water rise   


Revenir en haut Aller en bas
 

Miram ♪ Make a wish and let the water rise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MAGIC IS COMING ™ :: HORS-JEU :: ARCHIVES :: ARCHIVES VERSION N°01 :: ANCIENNES FICHES-